Felix Bankounda Mpele
Enseignant-Chercheur, Juriste et Politologue, consultant, Constitutionnaliste
Abonné·e de Mediapart

68 Billets

0 Édition

Billet de blog 25 oct. 2021

TURBULENTES ACTUALITÉS CONGOLAISES ET AFRICAINES

Sommet France-Afrique de Montpellier, Pandora paper's, le pouvoir de Brazzaville pris la main en pleine confiture, coup d'État toujours au rendez vous dans le continent, les sujets abondaient pour justifier un décryptage, mais loin des sentiers battus, comme on l'écoutera ici, notamment sur la prise de position détonante face aux critiques rudes et dominantes sur le sommet de Montpellier

Felix Bankounda Mpele
Enseignant-Chercheur, Juriste et Politologue, consultant, Constitutionnaliste
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

LE DENI EST SYSTEMATIQUE CHEZ SASSOU NGUESSO © TLR-TV CHANNEL

C'est sans équivoque, le mois d'octobre, en Afrique, a été une parfaite moisson en  actualités turbulentes: 'Pandora paper's, Sommet Afrique-France de Montpellier, autres relations franco-africaines, coup d'État encore ce jour au Soudan, etc. Et, comme toujours, le Congo-Brazzaville n'a pas manqué le coche mais, comme toujours encore, avec le déni systématique du pouvoir de Brazzaville.

C'est, ainsi, l'occasion de se rendre compte, avec la rétrospective de sa vie et de ses pratiques politiques, de sa longue, grossière et criminelle carrière politique, et surtout avec la coïncidence du 24 octobre comme anniversaire de son retour sanglant au pouvoir en 1997 où, le 24 octobre de cette année, il avait foudroyé la seule Constitution du pays, celle du 15 mars 1992, régulièrement et démocratiquement adoptée, qu'en fait, le mode opératoire du criminel est littéralement le même: le forfait, le pillage et le crime permanents chez Sassou Nguesso, bien que macroscopiques, sont systématiquement déniés quand ils sont dénoncés, malgré la flagrance des faits!

Du coup, on ne peut ne pas s'empêcher, avec la parfaite similitude de la méthode, de se rappeler tous les dénis du passé de notre cher Denis, très nombreux évidemment, dans de troublantes affaires, dont celle de l'assassinat du président Marien Nguouabi, son "ami et frère" (selon lui-même), le 18 mars 1977,  chez lui à l'État Major Militaire, mais resté une insondable énigme! Et pourtant, c'est lui, Sassou Nguesso, son Ministre de la Défense, qui sera le principal bénéficiaire de cette disparition ! Là, alors qu'il se targuait d'être "le fidèle continuateur de l’œuvre de Marien Ngouabi", alors que la vacance de la présidence de la République avait été strictement anticipée et réglée par la loi fondamentale, il n'hésitera paradoxalement pas à abroger la Constitution en vigueur du 24 juin 1973 pour un Acte fondamental du 5 avril 1977, comme il le fera vingt ans plus tard, on l'a dit, le 24 octobre 1997, en adoptant encore un Nouvel Acte fondamental, après avoir froidement expédié le régime démocratique naissant et son président en enfer ! Usant du déni pathologique, ici comme là, et droit dans ses bottes, le sinistre et inquiétant individu est égal à lui-même: dans les deux cas, il n'y a jamais eu de coup d’État ! En mars 1977, "le président Marien Ngouabi a été tué par...l'impérialisme et ses valets locaux", tandis qu'en été 1997, c'est  "l'incroyable agression" contre sa personne qui a justifié l'intervention des armées étrangères les plus féroces de la sous-région au Congo, carbonisé le régime en place, l'ensemble des institutions en vigueur y compris la Constitution, entraîné pas moins de dix mille morts, et accouché d'un nouvel Acte fondamental ! Le croira, qui pourra et voudra !

C'est de cette actualité et d'autres qu'il a été fait état au cours de cette interview. Dont, non moins essentiel, la mise en lumière par Macron de la Société civile africaine, la signification qu'elle compte elle aussi, une façon de la déshiniber, de lui dire en quelque sorte 'N'ayez pas peur', mais curieusement réduite par une certaine élite africaine comme une démarche électoraliste de Macron ! Faites vous votre opinion, si vous le voulez bien...

_----------------------------------

Petite correction : le numéro de L'EVÉNEMENT DU JEUDI cité au cours de l'interview, qui faisait état du pactole de 1,2 milliard de Francs français détenu alors par Sassou Nguesso dans les banques occidentales, est du 22 AU 28 MAI 1997, et non du 12 au 19 mai 1997

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Économie
Marchandisation du virtuel : la fuite en avant du système économique
Les NFT, ces jetons non-fongibles qui garantissent la propriété exclusive d’un objet numérique, et le métavers, sorte d’univers parallèle virtuel, sont les deux grandes tendances technologiques de 2021. Mais ce sont surtout les symptômes d’un capitalisme crépusculaire.
par Romaric Godin
Journal
Le fonds américain Carlyle émet (beaucoup) plus de CO2 qu’il ne le prétend
La société de de capital-investissement, membre d’une coalition contre le changement climatique lancée par Emmanuel Macron, affiche un bilan carbone neutre. Et pour cause : il ne prend pas en compte ses actifs dans les énergies fossiles. Exemple avec l’une de ses compagnies pétrolières, implantée au Gabon, Assala Energy.
par Michael Pauron
Journal — Santé
Covid long : ces patientes en quête de solutions extrêmes à l’étranger
Le désespoir des oubliées du Covid-19, ces Françaises souffrant de symptômes prolongés, les pousse à franchir la frontière pour tester des thérapies très coûteuses et hasardeuses. Dans l’impasse, Frédérique, 46 ans, a même opté pour le suicide assisté en Suisse, selon les informations de Mediapart.
par Rozenn Le Saint
Journal
À Hong Kong, Pékin met les médias au pas
En moins de vingt ans, l’ancienne colonie britannique est passée de la 18e à la 80e place dans le classement mondial de la liberté de la presse de Reporters sans frontières (RSF). De nombreux journalistes partent ou s’apprêtent à le faire, tandis que d’autres ont décidé de résister.
par Alice Herait

La sélection du Club

Billet de blog
Lettre ouverte du peuple kanak au peuple de France
Signé par tous les partis indépendantistes, le comité stratégique indépendantiste de non-participation, l’USTKE et le sénat coutumier, le document publié hier soir fustige le gouvernement français pour son choix de maintenir la troisième consultation au 12 décembre.
par Jean-Marc B
Billet de blog
Ne nous trompons pas de combat
À quelques jours du scrutin du 12 décembre, il importe de rappeler quel est le véritable objet du combat indépendantiste dans notre Pays. Ce n’est pas le combat du FLNKS et des autres partis indépendantistes contre les partis loyalistes. Ce n’est même pas un combat contre la France. Non, c’est le combat d’un peuple colonisé, le peuple kanak, contre la domination coloniale de la République française qui dure depuis plus d’un siècle et demi.
par John Passa
Billet de blog
Lettre ouverte à Sébastien Lecornu, Ministre des Outre mer
La Nouvelle-Calédonie connaît depuis le 6 septembre une dissémination très rapide du virus qui a provoqué, à ce jour, plus de 270 décès dont une majorité océanienne et en particulier kanak. Dans ce contexte le FLNKS demande le report de la consultation référendaire sur l'accession à la pleine souveraineté, fixée par le gouvernement au 12 décembre 2021.
par ISABELLE MERLE
Billet de blog
Pourquoi ne veulent-ils pas lâcher la Kanaky - Nouvelle Calédonie ?
Dans quelques jours aura lieu, malgré la non-participation du peuple kanak, de la plupart des membres des autres communautés océaniennes et même d'une partie des caldoches. le référendum de sortie des accords de Nouméa. Autant dire que ce référendum n'a aucun sens et qu'il sera nul et non avenu.
par alaincastan