Félix Tréguer
Chercheur, membre de La Quadrature du Net
Abonné·e de Mediapart

40 Billets

1 Éditions

Billet de blog 30 oct. 2013

Cet été à Trappes, le mépris de Valls face à une citoyenne défiante, fière, libre-penseuse

Félix Tréguer
Chercheur, membre de La Quadrature du Net
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

© i>TELE

Source "Manuel Valls à Trappes" | Durée : 04:20  |  Images : iTélé
J'avais manqué cette petite vidéo, tournée cet été après une conférence de presse donnée à Trappes suite aux émeutes dans cette ville des Yvelines. Le ministre de l'Intérieur Manuel Valls, accompagné du maire de la ville, est interpellé par une habitante. La femme reproche au ministre l'inaction des pouvoirs publics et certaines méthodes policières dans la gestion de ces événements survenus à proximité du commissariat de la ville.
Cet échange est extrêmement révélateur des rapports entre, d'un côté, la politique « institutionnelle » et ses représentants et, de l'autre, les citoyens « ordinaires ». La gêne provoquée par cette femme qui entend simplement être en mesure de parler pendant un moment d'égal à égal avec Valls est palpable. Car cette revendication d'égalité se heurte à l'asymétrie qui sous-tend la conception qu'a le ministre du politique, de son rôle, de son statut, du rapport entre un responsable publique et les citoyens qu'il est censé servir. D'ailleurs, Valls refuse d'écouter cette femme jusqu'au bout et termine la « discussion »  avec un sermon :

La mise en cause d'un élu, d'un ministre, des forces de l'ordre, y compris dans vos mots, montre bien qu'il y a un problème (...). Ne profitez jamais, jamais d'un micro pour mettre en cause un maire qui fait bien son boulot et encore moins la police qui fait son travail remarquable.

Donc, pour lui, un citoyen n'aurait pas le droit d'utiliser les médias pour faire valoir ses vues et mettre en cause le pouvoir. Conception particulière de la démocratie et de la liberté d'expression, et malheureusement largement partagée au sein de la classe politique. Conception asymétrique d'ailleurs relevée par cette interlocutrice dans les dernières secondes de la vidéo.

Avant de lui tourner les talons, le ministre -- qui sort tout juste d'une conférence de presse -- accuse même cette femme d'avoir « préparé » son interpellation publique. Admettons que ce soit effectivement le cas, même si rien dans cette vidéo ne permet de le penser. Manuel Valls fait comme si l'utilisation stratégique des médias devait être l'apanage des seules élites dirigeantes, rompues qu'elles sont aux joies du spin et aux discours formatés à coup de media training sous l'égide des professionnels de la communication politique. Asymétrie persistante, une nouvelle fois relevée par cette inconnue qui dénonce la « double mesure ».

Dans cet échange, il est aussi question des réseaux sociaux. la femme invite le ministre de l'Intérieur à prendre en compte les vidéos faisant état des violences policières, qui circulent alors sur Twitter. On a aussi appris par la suite que certains membres des forces de l'ordre se laissaient aller au moment des émeutes à des propos ouvertement racistes et violents, notamment sur Facebook. Une affaire révélée par le site militant Copwatch (dont le ministère de l'Intérieur avait obtenu la condamnation en justice et le blocage en 2011 -- autre exemple où le pouvoir a voulu nier aux citoyens le droit de le mettre en cause). Mais quand elle lui demande s'il regarde « ce qu'il se passe » sur Internet, Valls répond :

Ne regardez pas trop Twitter et les réseaux sociaux

Qu'on se contente de TF1, M6, BFMTV ou Pujadas, « chère madame », et les poules seront bien gardées...

Un échange symptomatique qui montre une fois de plus l'inconfort des gouvernants vis-à-vis d'Internet, un moyen de communication qui révèle du pouvoir un tout autre visage que celui qu'il aimerait donner. Symptomatique aussi de la profonde hostilité dont font preuve beaucoup de dirigeants envers ce peuple défiant, fier, libre-penseur, porteur d'une revendication d'égalité, incarné ici par cette citoyenne insurgée.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Europe
Le double « je » de Macron au Parlement européen
Mercredi, à Strasbourg, Emmanuel Macron et ses adversaires politiques ont mené campagne pour la présidentielle française dans l’hémicycle du Parlement européen, sous l’œil médusé des eurodéputés étrangers. Le double discours du chef de l’État a éclipsé son discours sur l’Europe.
par Ellen Salvi
Journal
Covid-19 : lever les brevets, une solution mondiale ?
Vaccination générale, nouveaux médicaments contre le Covid-19 : les profits des laboratoires pharmaceutiques explosent. Est-il envisageable qu’ils lèvent un jour leurs brevets ? On en parle avec nos invités Isabelle Defourny, de MSF, Jérôme Martin, cofondateur de l’Observatoire de la transparence dans les politiques du médicament, et Rozenn Le Saint, journaliste santé à Mediapart.
par à l’air libre
Journal — International
Corruption en Afrique : le protocole Bolloré
Mediapart révèle de nouveaux éléments qui pointent l’implication personnelle de Vincent Bolloré dans l’affaire de corruption présumée de deux chefs d’État pour obtenir la gestion de ports africains. Après l’échec de son plaider-coupable, le milliardaire est présumé innocent en attendant son futur procès.
par Yann Philippin
Journal — Migrations
Dans le sud de l’Espagne, ces Algériens qui risquent leur vie pour l’Europe
En 2021, les Algériens ont été nombreux à tenter la traversée pour rejoindre la péninsule Ibérique, parfois au péril de leur vie. Le CIPIMD, une ONG espagnole, aide à localiser les embarcations en mer en lien avec les sauveteurs et participe à l’identification des victimes de naufrages, pour « soulager les familles ». Reportage.
par Nejma Brahim

La sélection du Club

Billet de blog
Présidentielles: penser législatives
La ficelle est grosse et d'autant plus visible qu'elle est utilisée à chaque élection. Mais rien n'y fait, presque tout-le-monde tombe dans le panneau : les médias aux ordres, bien sûr, mais aussi parfois ceux qui ne le sont pas, ainsi que les citoyens, de tous bords. Jusqu'aux dirigeants politiques qui présidentialisent les élections, y compris ceux qui auraient intérêt à ne pas le faire.
par Liliane Baie
Billet de blog
Élection présidentielle : une campagne électorale de plus en plus insupportable !
Qu’il est lassant d’écouter ces candidats qui attendent des citoyens d'être uniquement les spectateurs des ébats de leurs egos, de s'enivrer de leurs mots, de leurs invectives, et de retenir comme vainqueur celle ou celui qui aura le plus efficacement anéanti son adversaire !
par paul report
Billet de blog
Lettre aux candidats : vous êtes la honte de la France
Course à la punchline, postillonnage de slogans... vous n'avez plus grand chose de politiques. Vous êtes les enfants de bonne famille de la communication. Vous postulez à un rôle de gestionnaire dans l’habit de Grand Sauveur. Mais je suis désolée de vous apprendre que nous ne voulons plus d’homme providentiel. Vous avez trois trains et quelques générations de retard.
par sarah roubato
Billet de blog
Quand l’archaïsme du système des parrainages s’ajoute à celui du présidentialisme
La question de la pertinence du système des 500 parrainages revient régulièrement au moment de l’élection présidentielle. Plutôt que de revenir au système de l’anonymat des signatures, il serait préférable d’élargir le champ de la responsabilité de la sélection aux citoyens.
par Martine Chantecaille