feredor
Citoyen
Abonné·e de Mediapart

41 Billets

0 Édition

Billet de blog 15 juin 2021

Il n'y a pas de déficit du régime de retraite

Il n’y a pas de déficit du régime des retraites. Du moins pas au sens où essaie de nous le faire entendre habituellement le gouvernement. En fait c'est la notion même de déficit qui n'est pas pertinente pour quelque chose qui relève de la solidarité.

feredor
Citoyen
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Lorsque l’on parle de déficit dans le domaine économique, on associe cela en général à une activité. Dans le cas d’une activité commerciale, la notion de déficit intervient lorsque les dépenses excèdent les recettes et que l’équilibre économique devient négatif. Dans le cas d’une activité économique à but non lucratif (Entreprise publique, ministère, association…) le déficit intervient lorsque les frais de fonctionnement (salaires, matériels….) excèdent les budgets alloués. Dans ces deux cas on peut considérer (et en général on ne se prive pas de le faire), que le déficit est dû à des insuffisances humaines (mauvaise gestion, mauvaise politique commerciale, mauvais investissements…). Bref, le déficit est une notion marquée négativement tant dans sa dimension quantitative que qualitative.

Or dans le système de retraite par répartition, il n’existe pas d’activité économique « Retraite ». Les retraités ne sont pas des « agents économiques » qui auraient à ménager leurs dépenses pour préserver un budget (hormis le leur individuellement). Il s’agit simplement d’un système de solidarité inter générationnel dans lequel, collectivement, on décide d’allouer arbitrairement une certaine somme aux citoyens qui ont travaillé toute leur vie afin de leur permettre de continuer à subvenir à leurs besoins jusqu’à leur mort sans les plonger dans la précarité. Et bien entendu, en fonction de l’époque, de la richesse du pays, de la productivité, de la démographie, cette somme peut être amener à évoluer.

Parler de déficit dans ce cas de figure est donc impropre sauf s’il s’agit de diaboliser le débat en le nimbant d’une connotation péjorative laissant entendre que nous ne serions pas collectivement dans une gestion des affaires de l’Etat sur le mode revendiqué de la droite « du bon père de famille ».

La question authentique à poser aux français (et peut être même par voie de referendum) et qui aurait du sens serait : « Quelle somme êtes-vous disposés à attribuer aux retraites, sachant que vous serez vous aussi un jour un retraité »

Gageons que sous cette forme-là, la réponse serait bien différente de celle qui laisse entendre que nous sommes des fainéants irresponsables qui n’aiment pas bosser.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Algériens sans papiers : la France ne peut plus les expulser mais continue de les enfermer
Dans un courriel confidentiel, le ministère de l’intérieur reconnaît l’impossibilité, à la suite des tensions diplomatiques entre Paris et Alger, d’éloigner les Algériennes et les Algériens sans papiers. Et pourtant : leur enfermement en centres de rétention se poursuit. Une situation « absurde » dénoncent associations et avocats.  
par Yasmine Sellami et Rémi Yang
Journal — Extrême droite
Révélations sur les grands donateurs de la campagne d’Éric Zemmour
Grâce à des documents internes de la campagne d’Éric Zemmour, Mediapart a pu identifier 35 de ses grands donateurs. Parmi eux, Chantal Bolloré, la sœur du milliardaire Vincent Bolloré, qui siège au conseil d’administration du groupe. Premier volet de notre série sur les soutiens du candidat.
par Sébastien Bourdon, Ariane Lavrilleux et Marine Turchi
Journal
La réplique implacable de Laurent Joly aux « falsifications » sur Vichy
En amont du procès en appel ce jeudi du candidat d’extrême droite pour contestation de crime contre l’humanité, l’historien Laurent Joly a publié un livre dévastateur. Il pointe ses mensonges sur le régime de Vichy, et analyse les raisons politiques de cette banalisation des crimes de l’époque.
par Fabien Escalona
Journal
Le parti républicain poursuit son offensive contre le système électoral
Un an après l’investiture de Joe Biden, le 20 janvier 2021, ses adversaires cherchent à faire pencher les prochaines élections en leur faveur en modifiant, avec une ingéniosité machiavélique, les rouages des scrutins. En ligne de mire, le vote de mi-mandat de novembre, grâce auquel une grande partie du Congrès sera renouvelée.
par Alexis Buisson

La sélection du Club

Billet de blog
Molière porte des oripeaux « arabes »
Le 15 janvier 2022, Molière aurait eu 400 ans. Ce grand auteur a conquis le monde, a été traduit et adapté partout. Molière n'est désormais plus français, dans les pays arabes, les auteurs de théâtre en ont fait leur "frère", il est joué partout. Une lecture
par Ahmed Chenikii
Billet de blog
Molière et François Morel m’ont fait pleurer
En novembre 2012, François Morel et ses camarades de scène jouaient Le Bourgeois gentilhomme de Molière au théâtre Odyssud de Blagnac, près de Toulouse. Et j’ai pleuré – à chaudes larmes même.
par Alexandra Sippel
Billet de blog
On a mis Molière dans un atlas !
Un auteur de théâtre dans un atlas ? Certes, Molière est génial. Parce qu'il n'a laissé quasiment aucune correspondance, un trio éditorial imagine comment Jean-Baptiste Poquelin a enfanté "Molière" dans un atlas aussi génial que son objet. (Par Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Quoi de neuf ? Molière, insurpassable ! (1/2)
400e anniversaire de la naissance de Molière. La vie sociale est un jeu et il faut prendre le parti d’en rire. « Châtier les mœurs par le rire ». La comédie d’intrigue repose forcément sur le conflit entre la norme et l’aberration, la mesure et la démesure (pas de comique sans exagération), il reste problématique de lire une idéologie précise dans le rire du dramaturge le plus joué dans le monde.
par Ph. Pichon