Supplique à Emmanuel Macron

Et si on envoyait tous une lettre ou un mail à l'Elysée pour exiger de Macron qu'il démissionne après la Pandémie ?

Cher Emmanuel Macron

C’est en tant que citoyen que je vous adresse cette missive afin de vous demander tout à fait solennellement de renoncer à votre poste de président de la république. Bien entendu il n’est pas question d’exiger de vous que vous abandonniez votre mission en pleine crise du coronavirus. L’urgence de la situation nécessite la continuité de l’action publique et une rupture gouvernementale n’y a pas sa place. Toutefois, une fois la pandémie enrayée et la crise passée, vous aurez à cœur de présenter votre démission ainsi que celle de votre gouvernement en provoquant des élections présidentielles anticipées.  Cette requête que vous ne sauriez ignorer est motivée par le constat de la faillite retentissante et tout à fait considérable de votre action, qui elle-même s’inscrit dans la droite lignée des fiascos de vos prédécesseurs néolibéraux de droite comme de gauche. Ainsi aura-t-il fallu attendre qu’une crise planétaire mette l’humanité à genoux pour que vous et vos semblables entendiez enfin le message que d’autres vous envoient depuis près de quarante ans : les règles du marchés ne sont rien d’autre que des chimères inventées par l’Homme dans l’espoir vain de plier les règles du vivant à son propre désir. Hélas le vivant se moque bien des lubies humaines en générale et des vôtres en particulier. Et c’est ce fameux principe de réalité que vous n’avez cessé d’invoquer au nom de la « réalité économique » qui aujourd’hui se rappelle à vous sous les atours de cette pandémie, à laquelle  il n’aura fallu que deux ridicules petites semaines pour balayer quatre décennies de constructions néolibérales. Quarante années d’économies de bouts de chandelles réalisée sur le dos des services publiques au nom de la sacro-sainte compétitivité et qui, aujourd’hui, vont coûter un « pognon de dingue » à l’ensemble du pays, et principalement aux plus faibles et aux plus vulnérables, mais pas à vous. Quarante années de mépris envers les gens « qui ne sont rien » mais qui, manque de chance, constituaient le principal rempart entre nous et les contingences naturelles qui jamais ne cessèrent de nous menacer. Il fallait toutes les certitudes d’un énarque de votre trempe et tout l’hubris de votre caste pour penser que dame nature se plierait à votre poigne d’aristocrate de la finance. Malheureusement  aujourd’hui c’est une menotte d’enfant que vous opposez à la puissance d’un phénomène qui vous dépasse.

C’est pour cette raison que vous ne pouvez plus prétendre nous représenter ni nous protéger. Au nom de votre idéologie vous avez failli dans votre mission. Vous avez systématiquement et consciencieusement affaiblit toutes les institutions qui assuraient la solidarité du peuple que vous prétendez incarner. Vous avez insulté les soignants et les soignantes qui aujourd’hui risquent leurs vies pour sauver celles des autres, vous les avez privé de leurs moyens, de leurs outils, vous les avez maltraités, ignorés, et maintenant vous les portez aux nues, comme si la flatterie pouvait pardonner votre incurie. Mais nous n’en sommes plus là monsieur Macron, votre époque est révolue et ceux qui ont entraîné ce monde dans l’abîme hier ne pourront prétendre le sauver demain. Une fois la pandémie vaincue, il restera beaucoup de choses à accomplir pour que nos enfants puissent espérer vivre en paix : lutter contre le réchauffement climatique, endiguer l’extinction du vivant, dépolluer les océans, entamer la décroissance, lutter contre la faim et la pauvreté… Mais tout ça ne pourra s’accomplir avec vous. Le meilleur des gestes que vous pouvez désormais accomplir pour la planète c’est d’annoncer dès aujourd’hui qu’une fois la pandémie vaincue, vous présenterez votre démission et vous retirerez définitivement de la vie politique.

En vous remerciant d’avance.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.