feredor
Citoyen
Abonné·e de Mediapart

44 Billets

0 Édition

Billet de blog 22 mars 2020

Supplique à Emmanuel Macron

Et si on envoyait tous une lettre ou un mail à l'Elysée pour exiger de Macron qu'il démissionne après la Pandémie ?

feredor
Citoyen
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Cher Emmanuel Macron

C’est en tant que citoyen que je vous adresse cette missive afin de vous demander tout à fait solennellement de renoncer à votre poste de président de la république. Bien entendu il n’est pas question d’exiger de vous que vous abandonniez votre mission en pleine crise du coronavirus. L’urgence de la situation nécessite la continuité de l’action publique et une rupture gouvernementale n’y a pas sa place. Toutefois, une fois la pandémie enrayée et la crise passée, vous aurez à cœur de présenter votre démission ainsi que celle de votre gouvernement en provoquant des élections présidentielles anticipées.  Cette requête que vous ne sauriez ignorer est motivée par le constat de la faillite retentissante et tout à fait considérable de votre action, qui elle-même s’inscrit dans la droite lignée des fiascos de vos prédécesseurs néolibéraux de droite comme de gauche. Ainsi aura-t-il fallu attendre qu’une crise planétaire mette l’humanité à genoux pour que vous et vos semblables entendiez enfin le message que d’autres vous envoient depuis près de quarante ans : les règles du marchés ne sont rien d’autre que des chimères inventées par l’Homme dans l’espoir vain de plier les règles du vivant à son propre désir. Hélas le vivant se moque bien des lubies humaines en générale et des vôtres en particulier. Et c’est ce fameux principe de réalité que vous n’avez cessé d’invoquer au nom de la « réalité économique » qui aujourd’hui se rappelle à vous sous les atours de cette pandémie, à laquelle  il n’aura fallu que deux ridicules petites semaines pour balayer quatre décennies de constructions néolibérales. Quarante années d’économies de bouts de chandelles réalisée sur le dos des services publiques au nom de la sacro-sainte compétitivité et qui, aujourd’hui, vont coûter un « pognon de dingue » à l’ensemble du pays, et principalement aux plus faibles et aux plus vulnérables, mais pas à vous. Quarante années de mépris envers les gens « qui ne sont rien » mais qui, manque de chance, constituaient le principal rempart entre nous et les contingences naturelles qui jamais ne cessèrent de nous menacer. Il fallait toutes les certitudes d’un énarque de votre trempe et tout l’hubris de votre caste pour penser que dame nature se plierait à votre poigne d’aristocrate de la finance. Malheureusement  aujourd’hui c’est une menotte d’enfant que vous opposez à la puissance d’un phénomène qui vous dépasse.

C’est pour cette raison que vous ne pouvez plus prétendre nous représenter ni nous protéger. Au nom de votre idéologie vous avez failli dans votre mission. Vous avez systématiquement et consciencieusement affaiblit toutes les institutions qui assuraient la solidarité du peuple que vous prétendez incarner. Vous avez insulté les soignants et les soignantes qui aujourd’hui risquent leurs vies pour sauver celles des autres, vous les avez privé de leurs moyens, de leurs outils, vous les avez maltraités, ignorés, et maintenant vous les portez aux nues, comme si la flatterie pouvait pardonner votre incurie. Mais nous n’en sommes plus là monsieur Macron, votre époque est révolue et ceux qui ont entraîné ce monde dans l’abîme hier ne pourront prétendre le sauver demain. Une fois la pandémie vaincue, il restera beaucoup de choses à accomplir pour que nos enfants puissent espérer vivre en paix : lutter contre le réchauffement climatique, endiguer l’extinction du vivant, dépolluer les océans, entamer la décroissance, lutter contre la faim et la pauvreté… Mais tout ça ne pourra s’accomplir avec vous. Le meilleur des gestes que vous pouvez désormais accomplir pour la planète c’est d’annoncer dès aujourd’hui qu’une fois la pandémie vaincue, vous présenterez votre démission et vous retirerez définitivement de la vie politique.

En vous remerciant d’avance.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Violences sexuelles
À LREM, des carences systématiques
Darmanin, Hulot, Abad : depuis 2017, le parti d’Emmanuel Macron a ignoré les accusations de violences sexuelles visant des personnalités de la majorité. Plusieurs cas à l’Assemblée l’ont illustré ces dernières années, notamment au groupe, un temps présidé par Gilles Le Gendre. 
par Lénaïg Bredoux, Antton Rouget et Ellen Salvi
Journal
Total persiste et signe pour le chaos climatique
Dans une salle presque vide à la suite du blocage de son accès par des activistes climatiques, l’assemblée générale de Total a massivement voté ce 25 mai pour un pseudo-plan « climat » qui poursuit les projets d’expansion pétro-gazière de la multinationale.
par Mickaël Correia
Journal
Fusillades dans les écoles : le cauchemar américain
Une nouvelle fusillade dans une école élémentaire a provoqué la mort d’au moins 19 enfants et deux enseignants. L’auteur, âgé de 18 ans, venait d’acheter deux armes à feu de type militaire. Le président Joe Biden a appelé à l’action face au lobby de l’industrie des armes. Mais, à quelque mois des élections de mi-mandat, les républicains s’opposent à toute réforme. 
par François Bougon et Donatien Huet
Journal — France
Le candidat Gérald Dahan sait aussi imiter les arnaqueurs
Candidat Nupes aux législatives en Charente-Maritime, l’humoriste a été condamné en 2019 par les prud’hommes à verser plus de 27 000 euros à un groupe de musiciens, selon les informations de Mediapart. D’autres artistes et partenaires lui réclament, sans succès et depuis plusieurs années, le remboursement de dettes.
par Sarah Brethes et Antton Rouget

La sélection du Club

Billet de blog
Violences faites aux femmes : une violence politique
Les révélations de Mediapart relatives au signalement pour violences sexuelles dont fait l'objet Damien Abad reflètent, une fois de plus, le fossé existant entre les actes et les discours en matière de combat contre les violences sexuelles dont les femmes sont victimes, pourtant érigé « grande cause nationale » par Emmanuel Macron lors du quinquennat précédent.
par collectif Chronik
Billet de blog
En finir avec la culture du viol dans nos médias
[Rediffusion] La culture du viol est omniprésente dans notre société et les médias n'y font pas exception. Ses mécanismes sont perceptibles dans de nombreux domaines et discours, Déconstruisons Tou(rs) relève leur utilisation dans la presse de masse, dans la Nouvelle République, et s'indigne de voir que, depuis près de 10 ans, ce journal utilise et « glamourise » les violences sexistes et sexuelles pour vendre.
par Déconstruisons Tours
Billet de blog
Pour Emily et toutes les femmes, mettre fin à la culture du viol qui entrave la justice
[Rediffusion] Dans l'affaire dite du « viol du 36 », les officiers de police accusés du viol d'Emily Spanton, alors en état d'ébriété, ont été innocentés. « Immense gifle » aux victimes de violences masculines sexistes et sexuelles, cette sentence « viciée par la culture du viol » déshumanise les femmes, pour un ensemble de collectifs et de personnalités féministes. Celles-ci demandent un pourvoi en cassation, « au nom de l’égalité entre les hommes et les femmes, au nom de la protection des femmes et de leur dignité ».
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Amber Heard et le remake du mythe de la Méduse
Depuis son ouverture le 11 avril 2022 devant le Tribunal du Comté de Fairfax en Virginie (USA), la bataille judiciaire longue et mouvementée qui oppose Amber Heard et Johnny Depp divise l'opinion et questionne notre société sur les notions fondamentales de genre. La fin des débats est proche.
par Préparez-vous pour la bagarre