Communiqué de Presse de l'édition 2016 du Festival Ciné-Palestine

La conférence de presse de la 2ème édition se tiendra le lundi 23 mai de 11h30 à 13h30 à la Mairie du 2e, en présence de : Rana Alamuddin, Raed Andoni, Costa Gavras, Robert Guédiguian, Michel Khleifi, Elli Medeiros, Eyal Sivan, Lucia Eminenti (comité de parrainage du festival) Mai Masri (réalisatrice), Les Films d'ici et JHR Films (l'équipe de 3000 Nuits).

Communiqué de Presse

Avec plus de 1500 spectateurs pour 16 séances, la première édition du Festival Ciné-Palestine (FCP), en mai 2015, fut un succès tant sur le plan de la fréquentation que celui des retombées médiatiques, en France comme à l’international. Pour sa deuxième édition, le comité d’organisation a revu ses ambitions à la hausse avec 22 séances et 31 films.

Cette édition se tiendra du 23 mai au 5 juin, à Paris (Institut du monde arabe, cinéma Le Luminor Hôtel de ville) la première semaine, puis à Saint-Denis (université Paris 8) et Aubervilliers (cinéma Le Studio). Deux séances exceptionnelles se tiendront à l’Institut du monde arabe : la soirée d’ouverture du 23 mai, organisée en collaboration avec JHR films et Les Films d’ici, avec la projection de 3000 Nuits de Mai Masri en avant-première parisienne, et la séance du 30 mai avec The Idol de Hany Abu-Assad, pour une exclusivité du FCP, avec la seule et unique projection en salles, en France.

En plus de Mai Masri, réalisatrice du film d’ouverture, la soirée du 23 mai verra la présence de nombreux parrains et marraines du Festival Ciné-Palestine : Raed Andoni (sous réserve), Rana Alamuddin, Garance Clavel, Costa-Gavras, Licia Eminenti, Robert Guédiguian, Elli Medeiros, Eyal Sivan et Michel Khleifi, inspirateur de toute une génération de jeunes cinéastes palestiniens, et qui fait l’objet d’une rétrospective cette année.

La programmation du festival Ciné-Palestine innove également, avec un important focus Archives et Mémoire, organisé en collaboration avec le département cinéma de l’université Paris 8. Au travers de projections, de débats et d’une table ronde, il traitera des archives du cinéma palestinien, des difficultés de leur inventaire et de leur conservation, ainsi que du lien entre cinéma et mémoires historique, politique et culturelle des Palestiniens. La table ronde du 1er juin sera l’occasion d’une rencontre exceptionnelle avec Khadijeh Habashneh Abu Ali, qui dirigea l’Unité Cinématographique de l’Institut du Film Palestinien à Beyrouth, et qui coordonne aujourd’hui le projet de Préservation des anciens films palestiniens.

La communauté des cinéastes et artistes palestiniens, qu’ils vivent et travaillent sur place ou à travers le monde, a renouvelé son grand intérêt pour notre initiative et sera largement présente pour participer aux débats et rencontres avec le public : Michel Khleifi, Mai Masri, Mayisa Abd Elhadi, Betty Saadeh, Marah Zahalqa, Salim Abu Jabal, Ahmed Saleh, Ahmad Al-Rokh, Khalil Al-Mozian, Annemarie Jacir, Muayad Alayan, Basil Khalil.

De nombreuses personnalités du monde du cinéma et de la culture, comme Ken Loach et Aki Kaurismaki nous ont renouvelé leur parrainage, et ils ont été rejoints cette année par d’autres, tout aussi éminents, tels Hala Alabdalla, Mohammad Bakri, Licia Eminenti, Tony Gatlif et Mark Rylance.

Le Festival Ciné-Palestine ouvrira, cette année encore, de multiples fenêtres sur l’histoire, la société et la culture palestiniennes, illustrera les liens entre passé et présent, et portera en avant plusieurs cinéastes qui sont le futur de la cinématographie palestinienne. Les films proposés et leurs auteur-e-s abordent tous les thèmes, souvent avec une touche d’humour et une sensibilité un peu décalée qui donnent une force visuelle et émotionnelle aux histoires qu’ils ou elles portent, dans le documentaire comme dans la fiction.

Le comité d'organisation du Festival Ciné-Palestine 2016

Si vou souhaitez paticiper à la conférence de Presse, vous pouvez nous ennvoyer un mail à : mediacinepalestine@gmail.com

fcp2016-bandeautwitter

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.