Festival Ciné-Palestine
Association du Festival du film Palestinien à Paris
Abonné·e de Mediapart

69 Billets

0 Édition

Billet de blog 2 mai 2022

La sélection du concours de courts-métrages du Festival Ciné-Palestine se dévoile !

Ils sont 6 courts-métrages à être en compétition cette année dans deux catégories : professionnelle et étudiante. Des noms déjà connus par les fidèles du FCP comme Wissam Al Jafari ou Ahmad Saleh, seront présents aux côtés de nouveaux visages du cinéma palestinien comme Akram Al-Waara ou Luay Awwad. Le vote du public se tiendra durant le festival sur le Club de Mediapart.

Festival Ciné-Palestine
Association du Festival du film Palestinien à Paris
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La sélection des courts-métrages professionnels 

La sélection professionnelle de cette année invite le.la spectateur.rice à retracer en quelques instants la vie de femmes arabes vivant la guerre, l'exil et/ou la souffrance du quotidien sous occupation. À travers les figures de chaque femme est porté un message, une image, en différents aspects de ce que signifie la vie sous conflit. Chacun de ces courts-métrages explore alors une expression distincte qui nous impacte tout autant par le dessin, l'animation, la mise en scène. Chacun enfin, explore une vision, une perception, les sentiments de toute une vie. 

The Seven Villages de Farah Abou Kharroub

République tchèque, Liban | 2020 | 17 min 

Réalisé par Farah Abou Kharroub, The Seven Villages retrace l'histoire d'une famille provenant de la région du même nom, d'abord libanaise puis devenue palestinienne durant la Nakba en 1948. Ce court métrage est un roman graphique de tracés noirs sur fond blanc ; au son des révoltes et des bruits de tir desquels ressort la voix narratrice d'une grand-mère expliquant à sa fille pourquoi certain.es la considèrent Libanaise et d'autres non. Un film explicatif sur la condition peu connue des réfugié.es des Seven Villages.

Night d'Ahmad Saleh

Allemagne, Qatar, Jordanie, Palestine | 2021 | 16 min

Une ville en maquette, des êtres en résine, c'est le choix plastique d'Ahmad Saleh pour découvrir la nuit d'une cité en guerre. De là, du haut de son perchoir, une âme lunaire, assistant au désastre d'une mère à la recherche de son fils, d'enfants pleurant entassés dans un abri en ruine, de corps ensevelis sous la poussière des décombres. Elle distribue alors des étoiles en marchand de sable. Une image minimaliste qui invite tous les sens pour exprimer la nuit et la difficulté d'y trouver son sommeil.

By the Sea de Wissam Al-Jafari

Palestine | 2022 | 12 min

Une mise en scène simple, une photographie sobre, et pourtant un court-métrage complexe : By the Sea nous plonge dans le quotidien d'une femme palestinienne préparant alors un gâteau tandis que son fils demande où est son père. Entre descentes des forces israéliennes et pandémie, c'est avec brio que Wissam Al Jafari nous fait vivre en seulement quelques minutes l'insécurité d'une famille palestinienne, d'un père recherché, et surtout d'une mère qui essaye tant bien que mal de gérer les deux côtés. 

La sélection des courts-métrages étudiants

Cette année, les courts-métrages étudiants explorent des quotidiens différents de la jeunesse palestinienne. Du séjour en prison à la discussion informelle entre un père et son fils, en passant par une virée sans but en voiture, les films de cette nouvelle édition nous engagent à découvrir la vie des jeunes Palestinien.nes sans omettre l'émotion et les ressentis qu'iels puissent avoir. Réalistes et naturels sont les mots d'ordre pour définir les films du concours de cette année. 

Headcount d'Akram Al-Waara

Palestine | 2020 | 14 min

Dans une mise en scène à huit-clos, Akram Al-Waara nous partage le quotidien latent du séjour d'un homme dans une prison israélienne. Sans aucune notion du temps, enfermé dans la cellule avec lui, le.la spectateur.rice voit défiler les gardes, les repas, les hallucinations et... un cafard, le seul compagnon du prisonnier. Headcount est un témoignage de ce que traverse un très grand nombre de jeunes Palestinien.nes, partisan.es ou seulement suspecté.es des différents mouvements de libération de la Palestine.

Borekas de Saleh Saadi

Palestine | 2020 | 15 min

Un père et son fils sont sur le départ pour l'aéroport. Ce dernier repart chez lui à Munich mais le taxi de son père est en panne. Il faut en appeler un autre. Autour des croissants et des borekas, les deux hommes attendent la voiture et le père en profite alors pour avoir une discussion. Saleh Saadi propose un film naturel qui donne une bouffée d'air frais au cinéma palestinien en proposant un sujet léger et touchant, sur l'amour et le manque entre un père et son fils. 

Siri Miri de Luay Awwad

Palestine | 2021 | 6 min

Dans Siri Miri, nous suivons deux jeunes hommes palestiniens en quête d'une occupation... sous l'occupation. D'astreinte dans leur voiture, ils interrogent Siri sur la prochaine chose à faire. Débuter un road trip, aller à la piscine, improviser une soirée. Ce court métrage nous invite à prendre conscience de la vie restreinte des jeunes Palestinien.nes dans la Cisjordanie occupée. 

Tous ces films sont à voir sans plus attendre et nous attendons avec impatience vos votes pour définir les gagnants du concours de courts-métrages de la 8ème édition du Festival Ciné-Palestine !

Les courts seront projetés le 2 juin au cinéma L'Ecran de Saint Denis et seront disponibles en ligne pour les lecteurs de Mediapart.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Pouvoir d'achat
« Et Macron, il pense aux familles nombreuses quand tout augmente ? »
En avril 2022, selon l’Insee, les prix des produits de grande consommation vendus dans la grande distribution ont augmenté de 1,3 %. Une hausse des prix que subissent de plein fouet les plus modestes. À Roubaix, ville populaire du nord de la France, la débrouille règne.
par Faïza Zerouala
Journal — France
Violences conjugales : Jérôme Peyrat finalement contraint de retirer sa candidature
L’ancien conseiller d’Emmanuel Macron, condamné pour violences conjugales, renonce à la campagne des législatives. La défense catastrophique du patron de LREM, Stanislas Guerini, a accéléré les choses. Et mis fin à la gêne qui montait au sein du parti présidentiel, où personne ne comprenait cette « décision venue d’en haut ».
par Ellen Salvi
Journal
Affaire Jérôme Peyrat : « Le problème, c’est qu’ils s’en foutent »
Condamné pour violences conjugales en 2020, Jérôme Peyrat a fini par retirer sa candidature aux élections législatives pour la majorité présidentielle à deux jours de la date limite. Il était pourtant toujours soutenu par les responsables de La République en marche, qui minimisent les faits.
par À l’air libre
Journal
Élisabeth Borne et l’écologie : un certain savoir-rien-faire
La première ministre tout juste nommée a exercé depuis huit ans de nombreuses responsabilités en lien direct avec l’écologie. Mais son bilan est bien maigre : elle a soit exécuté les volontés de l’Élysée, soit directement contribué à des arbitrages problématiques.
par Mickaël Correia et Jade Lindgaard

La sélection du Club

Billet de blog
Quand le Festival de Cannes essaie de taper fort
La Russie vient de larguer 12 missiles sur ma ville natale de Krementchouk, dans la région de Poltava en Ukraine. Chez moi, à Paris, je me prépare à aller à mon 10e Festival de Cannes. Je me pose beaucoup de questions en ce mois de mai. Je me dis que le plus grand festival du monde tape fort mais complètement à côté.
par La nouvelle voix
Billet de blog
Une fille toute nue
[Rediffusion] Une fois de plus la « culture » serait en danger. Combien de fois dans ma vie j’aurais entendu cette litanie… Et ma foi, entre ceux qui la voient essentielle et ceux qui ne pas, il y a au moins une évidence : ils semblent parler de la même chose… des salles fermées. Les salles où la culture se ferait bien voir...
par Phuse
Billet de blog
Le générique ne prédit pas la fin
Que se passe-t-il lorsque le film prend fin, que les lumières de la salle de cinéma se rallument et qu’après la séance, les spectatrices et spectateurs rentrent chez eux ? Le film est-il vraiment terminé ? Le cinéma vous appartient. Le générique ne prédit pas la fin. Il annonce le début d’une discussion citoyenne nécessaire. Prenez la parole, puisqu’elle est à vous.
par MELANIE SIMON-FRANZA
Billet de blog
images écrans / images fenêtres
Je ne sais pas par où prendre mon film.
par Naruna Kaplan de Macedo