Festival Ciné-Palestine
Association du Festival du film Palestinien à Paris
Abonné·e de Mediapart

69 Billets

0 Édition

Billet de blog 5 avr. 2022

Le Festival Ciné-Palestine Paris revient pour sa 8ème édition

Après une reprise de 2021 encore marquée par la pandémie, les jauges et le couvre-feu, la nouvelle édition 2022 s'annonce cette fois-ci prometteuse pour le Festival Ciné-Palestine. Cette année,un nouveau focus « Féminismes », le concours de courts métrages, un programme de mentorship, une journée en plein air et... une visite à Marseille !

Festival Ciné-Palestine
Association du Festival du film Palestinien à Paris
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Après une reprise de 2021 encore marquée par la pandémie, les jauges et le couvre-feu, la nouvelle édition 2022 s'annonce cette fois-ci prometteuse pour le FCP. La première nouveauté de la 8ème édition est son focus : "Feminismes".

Le focus

De l'intérêt ambiant du FCP dans la mise en avant du travail des cinéastes femmes, cette année, il nous a paru nécessaire d'y consacrer un focus particulier. Au contraire d'une moyenne internationale qui révèle depuis toujours une forte majorité de réalisateurs, la scène cinématographique palestinienne montre quant à elle une très grande concentration de réalisatrices. Nous l'avons bien vu au cours des éditions passées du FCP : de Mai Masri à Annemarie Jacir en passant par Larissa Sansour ou Khadija Habashne, les réalisatrices ont été toujours présentes dans la programmation du festival. Et pourtant, leur valorisation sur la scène internationale est bien lacunaire. Ainsi et de manière semblable, le récit hégémonique de la lutte de libération nationale ne se concentre que trop peu sur le rôle des femmes pour davantage s'intéresser à celui des hommes . Des films, tels que Leila et les loups, réalisé par Heiny Srour ou encore The Silent Protest de la réalisatrice Mahasen Nasser Eldin, cherchent à mettre en lumière ce rôle que les femmes ont, et leur combat. Ce sont notamment ces deux films qui ont guidé le geste de programmation du focus de cette année, consacré donc aux regards féministes des réalisatrices sur la Palestine. 

Pour célébrer les 50 ans de l'assassinat de l'écrivain palestinien Ghassan Kanafani, le FCP rendra également hommage à l'auteur emblématique du Retour à Haifa en lui consacrant une place centrale dans la programmation cette année dont les projections auront lieu à Marseille. Et oui, le FCP s'invite en Phocée pour la première fois de son histoire, de quoi répondre à notre désir, notre envie, de partager la richesse du cinéma palestinien.

Concours et mentorat

En 2017, le FCP lance son premier concours de courts-métrages visant à soutenir et encourager la génération émergente des cinéastes palestinien.nes. À la suite du succès de ce concours, tant auprès du public que des professionnels, le FCP décide donc de renouveler l'évènement chaque année pour le festival, qui présentera donc sa 6ème édition en 2022. Organisé en salle et en ligne sur Mediapart, le concours voit passer depuis plusieurs années, parmi le jury et les participants, plusieurs noms qui alimentent et alimenteront le cinéma d'aujourd'hui et de demain ; mais aussi : de Mahdi Fleifel à Jumana Manna, de Rakan Mayasi a Laila Abbas, le concours a la chance de recevoir chaque année nombre d'invité.es comme ici celles et ceux des années précédentes.

Enfin, le FCP renouvelle sa volonté pour la 2ème année consécutive d’ouvrir un espace pour les professionnel.les avec le projet de mentorat auquel participent, d’une part, trois cinéastes émergent.es originaires de Palestine ou de la diaspora, et d’autre part, trois mentors professionnel.les : cette année, Ula Tabari, May Odeh et Raed Andoni accompagneront les cinéastes dans le développement de leur projet d’écriture de scénario, jusqu'à une séance de pitching devant d'autres professionnel.les qui clôturera notre programme à la Cité internationale des arts !

Découvrez la biographie de chaque mentor participant à la saison 2022 :

Ula Tabari est une réalisatrice palestinienne, comédienne et coach de dialogue pour acteur.trices. Tabari a accompagné de nombreux.ses réalisateur.ices et artistes dans l'écriture, le développement et la production de leurs projets. Elle a aussi travaillé comme consultante artistique pour différents projets culturels et artistiques en Europe où elle réside depuis 1998. Elle est notamment la fondatrice de Les Amoureuses (Al Ashiqat) pour développer les productions alternatives.

May Odeh est née à Birzeit-Palestine. Son premier long métrage de fiction en tant que productrice 200 Meters, la mène dès ses débuts dans la compétition de la Mostra de Venise et au El Gouna Film Festival où elle reçoit le Variety Middle East and North African Region Talent Award. Ensuite, elle fonde sa société de production Odeh Films qui vise à produire et distribuer des films documentaires et de fiction créatifs. May Odeh est une réalisatrice et productrice, connue notamment pour 1000 Fires (2021), 200 Meters (2020), The Present (2020), Maradona's Legs (2019), In Vitro (2019). Elle compte aujourd'hui plus de 25 prix dans le monde entier.

Raed Andoni est un cinéaste d'origine palestinienne qui vit en France depuis 2008. Il commence sa carrière dans le cinéma en Palestine en 1997 en tant que producteur indépendant avant de devenir réalisateur.

Co-fondateur de Dar Films, une société de production basée à Ramallah, il produit et co-produit plusieurs courts métrages et documentaires indépendants pour le marché international.Son dernier film Ghost Hunting est un docu-fiction hybride. Il le présente au festival du film La Berlinale en 2017 où il remporte le Prix du Meilleur Documentaire ainsi que le Prix du Public (panorama). Ce long métrage fut projeté dans plus de 100 festivals et a reçu 20 autres récompenses avant d'être sélectionné pour représenter le cinéma palestinien à la 91ème édition des Oscars.

Le programme de mentorat FCP est à retrouver sur notre site, en partenariat avec Palestine Film Institute, Le GREC et la Cité internationale des arts.

Suivez-nous sur Facebook et Instagram pour voir notre programmation Ciné-club à l'année, ainsi que celle du festival et les prochains évènements...

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Pouvoir d'achat
« Et Macron, il pense aux familles nombreuses quand tout augmente ? »
En avril 2022, selon l’Insee, les prix des produits de grande consommation vendus dans la grande distribution ont augmenté de 1,3 %. Une hausse des prix que subissent de plein fouet les plus modestes. À Roubaix, ville populaire du nord de la France, la débrouille règne.
par Faïza Zerouala
Journal — France
Violences conjugales : Jérôme Peyrat finalement contraint de retirer sa candidature
L’ancien conseiller d’Emmanuel Macron, condamné pour violences conjugales, renonce à la campagne des législatives. La défense catastrophique du patron de LREM, Stanislas Guerini, a accéléré les choses. Et mis fin à la gêne qui montait au sein du parti présidentiel, où personne ne comprenait cette « décision venue d’en haut ».
par Ellen Salvi
Journal
Affaire Jérôme Peyrat : « Le problème, c’est qu’ils s’en foutent »
Condamné pour violences conjugales en 2020, Jérôme Peyrat a fini par retirer sa candidature aux élections législatives pour la majorité présidentielle à deux jours de la date limite. Il était pourtant toujours soutenu par les responsables de La République en marche, qui minimisent les faits.
par À l’air libre
Journal
Élisabeth Borne et l’écologie : un certain savoir-rien-faire
La première ministre tout juste nommée a exercé depuis huit ans de nombreuses responsabilités en lien direct avec l’écologie. Mais son bilan est bien maigre : elle a soit exécuté les volontés de l’Élysée, soit directement contribué à des arbitrages problématiques.
par Mickaël Correia et Jade Lindgaard

La sélection du Club

Billet de blog
images écrans / images fenêtres
Je ne sais pas par où prendre mon film.
par Naruna Kaplan de Macedo
Billet de blog
Le générique ne prédit pas la fin
Que se passe-t-il lorsque le film prend fin, que les lumières de la salle de cinéma se rallument et qu’après la séance, les spectatrices et spectateurs rentrent chez eux ? Le film est-il vraiment terminé ? Le cinéma vous appartient. Le générique ne prédit pas la fin. Il annonce le début d’une discussion citoyenne nécessaire. Prenez la parole, puisqu’elle est à vous.
par MELANIE SIMON-FRANZA
Billet de blog
Quand le Festival de Cannes essaie de taper fort
La Russie vient de larguer 12 missiles sur ma ville natale de Krementchouk, dans la région de Poltava en Ukraine. Chez moi, à Paris, je me prépare à aller à mon 10e Festival de Cannes. Je me pose beaucoup de questions en ce mois de mai. Je me dis que le plus grand festival du monde tape fort mais complètement à côté.
par La nouvelle voix
Billet de blog
Une fille toute nue
[Rediffusion] Une fois de plus la « culture » serait en danger. Combien de fois dans ma vie j’aurais entendu cette litanie… Et ma foi, entre ceux qui la voient essentielle et ceux qui ne pas, il y a au moins une évidence : ils semblent parler de la même chose… des salles fermées. Les salles où la culture se ferait bien voir...
par Phuse