Fini de rire
Abonné·e de Mediapart

460 Billets

1 Éditions

Billet de blog 1 déc. 2009

Fini de rire
Abonné·e de Mediapart

Le droit au séjour des étrangers n’est pas un problème. C’est la solution.

Entre rapatriement des pratiques coloniales et relocalisations sur place, le sort fait à bien des étrangers sur notre sol est souvent mal compris. En cette période de cadeaux, nous proposons quelques livres pour aider à rétablir un regard plus équilibré sur les échanges entre les peuples.

Fini de rire
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Entre rapatriement des pratiques coloniales et relocalisations sur place, le sort fait à bien des étrangers sur notre sol est souvent mal compris. En cette période de cadeaux, nous proposons quelques livres pour aider à rétablir un regard plus équilibré sur les échanges entre les peuples.

Ici Là-bas

- L’étrange destin de Wangrin d’Amadou Hampaté Bâ. Wangrin est un homme intelligent, terriblement intelligent, cultivé… contradictoire et très malin, qui utilise en toute connaissance de cause l’administration coloniale installée en Afrique. 7,30 € (10/18)

- L’aventure ambiguë de Cheikh Hamidou Kane. Pour un peul, la rencontre de la civilisation européenne est-elle une menace ou un apport ? 6 € (Poche)

- La haine de l’Occident de Jean Ziegler. Un livre qui dit l’évidente maldonne sur laquelle repose aujourd’hui, et de façon très précaire, l’équilibre géopolitique de notre planète. 20 € (Albin Michel)

- L’Afrique humiliée d’Aminata Traore. "Nous, peuples d’Afrique, autrefois colonisés et à présent recolonisés à la faveur du capitalisme mondialisé, ne cessons de nous demander : que sommes-nous devenus ? (…) L’humiliation du continent africain (…) réside également dans notre refus de comprendre ce qui nous arrive. (…) Le défi auquel nous faisons face aujourd’hui, c’est d’imaginer des perspectives d’avenir centrées sur les êtres humains. Une réappropriation de nos destins qui fait appel à nos langues, à nos repères, à des valeurs de société et de culture qui nous sont familières". 18 € (Fayard)

De Là-bas à Ici

- De Kaboul à Calais de Wali Mohammadi. Pour la première fois, un Afghan raconte dans un livre son périple pour arriver jusqu'à Calais. 19 € (Robert Laffont).

- Rouge arménien de Sonia Colin et Françoise Estival. Ce roman nous donne à voir de l'intérieur ce que vivent les personnes à qui on refuse de délivrer un titre de séjour. Il repose sur des faits réels et actuels. 18 € (L’Harmattan).

- La république à l’école des sans-papiers, par CSP59, Immigration et Droits des Migrants et Collectif Afrique. Trajectoires et devenir des sans-papiers régularisés. 20 € (L’Harmattan).

Là-bas Ici

- Une politisation feutrée de Sylvain Laurens. Cet ouvrage propose au lecteur d’adopter le temps d’un livre le point de vue de ces hauts fonctionnaires qui n’ont pas eu nécessairement à « croiser » des travailleurs étrangers pour prescrire un cadre législatif, refuser le financement de logements sociaux, signer des accords de circulation avec des pays d’émigration… Cette enquête s’attache à décrire la contribution de ces « grands commis » mais aussi de ces fonctionnaires plus anonymes à des décisions qui ont marqué tout à la fois l’histoire des politiques d’immigration et l’histoire du militantisme de solidarité en faveur des travailleurs étrangers de 1962 à 1981. 24 € (Belin).

- Accueillir ou reconduire d’Alexis Spire. Enquête sur les guichets de l’immigration. Faisant la synthèse de plusieurs enquêtes menées entre 2003 et 2007 dans des préfectures, des directions départementales du travail et dans un service d'attribution de visas d'un consulat de France en Afrique, ce livre met en lumière l'action de ceux qui, dans les coulisses de l'Administration, conduisent la politique des guichets. 7 € (Raisons d’agir).

- Immigrés sous contrôle, de Danièle Lochak et Carine Fouteau. Les droits des étrangers : un état des lieux. La liberté de circulation, le droit de vivre auprès de ceux que l'on aime ou de gagner sa vie sont-ils réservés aux habitants des pays riches? 21 € (Le cavalier bleu).

- Immigration : fantasmes et réalités, sous la direction de Claire Rodier et Emmanuel Terray. La référence au respect des droits de l’homme ne suffit pas, ou ne suffit plus, pour remettre en cause les politiques migratoires qui leur portent atteinte. Par ailleurs, beaucoup de contrevérités circulent sur la question des migrations, traduisant une grande méconnaissance de la réalité de l’immigration et de la politique migratoire menée en France par la droite comme par la gauche depuis les années 1970, et plus encore de celle mise en place dans les années 2000 et qui se profile au plan européen. 10 € (La Découverte).

- La chasse aux enfants de Miguel Benasayag, Angélique del Rey et des militants de RESF. L’effet miroir de l’expulsion des sans-papiers. Contrairement à ce que l’on a tendance à croire, il n’existe aucune frontière réelle entre la petite histoire, histoire personnelle, et la dite grande histoire, histoire sociale. Dit autrement : nous sommes tous, toujours, touchés par ce qui se passe dans nos sociétés. 10 € (La Découverte).

- Chantier interdit au public de Nicolas Jounin. Enquête parmi les ouvriers du bâtiment. 10 € (La Découverte).

- Les nouveaux esclaves du capitalisme de Patrick Herman. Le fruit d’une enquête de plusieurs années menée dans le sud de la France, en Espagne et au Maroc, sur la condition des travailleurs agricoles immigrés. Ces ouvriers se trouvent en bout de chaîne d’une production intensive que la mise en concurrence mondiale entraîne vers des conditions d’exploitation de plus en plus démentes. 23 € (Au diable vauvert).

- Douce France sous la direction d’Olivier La Cour Grandmaison. "Nous connaissons les existences et les espoirs ruinés de ceux qui sont raflés, placés en centre de rétention, puis forcés d’embarquer dans des avions ou des navires à destination de leur pays d’origine. Telle est la situation qui nous porte à écrire, telle est la raison d’être de ce livre : témoigner, penser, résister, autant que faire se peut". 19 €. (Seuil)

Ici

- Les 4 mystères de la population française d’Hervé Le Bras. France, terre d’émigration ; les territoires des immigrés ; entrées fictives : l’immigration étrangère en France. 27 € (Odile Jacob.

- Le temps des immigrés, de François Héran. Essai sur le destin de la population française. "La part croissante de l’immigration dans la population française est un phénomène inéluctable. Au lieu d’agiter cette évolution comme un spectre, de s’enfermer dans la dénégation, ne vaut-il pas mieux se préparer au " brassage " grandissant des natifs et des immigrés ?" 10,50 € (Seuil).

- En quête d’appartenances sous la direction de France Guérin-Pace, Olivia Samuel, Isabelle Ville. Exploration des parcours individuels à travers différents registres identitaires : le territoire, la famille l’appartenance sociale, la conjugalité, l’activité professionnelle, l’engagement politique et religieux, les langues parlées, mais aussi le handicap et la maladie. 25 € (Les éditions de l’INED).

- Ouvrage collectif, Cette France-là mobilise les savoirs et savoir-faire des sciences sociales, du journalisme et du travail associatif pour dresser un état des lieux annuel de la politique d’immigration choisie par le chef de l’État. Pour examiner la politique française d’immigration, seront tour à tour abordés le point de vue des étrangers dont elle régit l’accueil et l’éloignement, la logique de ses maîtres d’oeuvre et de ses exécutants, enfin la nature des arguments déployés pour justifier le bien-fondé de l’opposition qu’elle institue entre « immigration choisie » et « immigration subie ». Quatre autres volumes viendront jalonner le quinquennat. 14 € (Diffusion : La Découverte).

Ici Partout

- Atlas des migrants en Europe dirigé par Olivier Clochard. Pour aider à comprendre l’évolution de ces politiques migratoires européennes et leurs conséquences, Migreurop a rassemblé des informations d’une réalité difficile à saisir, du fait de l’échelle géographique du phénomène, mais aussi d’une volonté de dissimulation des gouvernements européens. 19,50 € (Armand Colin).

- La globalisation humaine de Catherine Witold de Wenden. Les migrations internationales traversent le monde du sud au nord, d’est en ouest et du sud au sud : certains le vivent comme un traumatisme, d’autres essaient de penser un monde en mouvement. 26 € (Presses Universitaires de France).

- Lever les barrières : Mobilité et développement humains, Rapport mondial sur le développement humain 2009 du Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD). Nous vivons dans un monde très inégalitaire. Pour beaucoup d'habitants des pays en développement, quitter sa ville ou son village natal est parfois le meilleur, voire le seul moyen d'améliorer ses conditions de vie. La mobilité humaine peut avoir des effets très positifs sur les revenus des personnes et des familles, sur l'éducation ou sur la participation à la vie politique et sociale ; elle ouvre également des perspectives d'avenir favorables pour les enfants. Le rapport du PNUD étudie comment des politiques plus propices à la mobilité peuvent stimuler le développement humain. 29 € (La Découverte).

Et, sans allusion aucune à quelque politique que ce soit, Les stratégies absurdes de Maya Beauvallet. Comment faire pire en croyant faire mieux. 14 € (Seuil).

Martine et Jean-Claude Vernier

--

Pour consulter la liste des billets de Fini de rire, c’est ici.

Pour être informé par courriel de la mise en ligne des nouveaux billets, on peut envoyer son adresse électronique .

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Après l’embargo sur le pétrole russe, l’Europe dans le brouillard
Annoncée depuis des mois, la guerre du pétrole contre la Russie est une réalité depuis lundi 5 décembre. L’Europe a engagé un embargo, les membres du G7 imposent un plafonnement du prix du baril à 60 dollars pour les pays tiers. Avec quelles conséquences ? Personne ne sait.
par Martine Orange
Journal
Devant la cour d’appel, Nicolas Sarkozy crie son innocence
Rejugé pour corruption, l’ancien chef de l’État s’en est pris à une enquête illicite selon lui, et a réaffirmé ne rien avoir commis d’illégal en utilisant la ligne téléphonique « Paul Bismuth ».
par Michel Deléan
Journal
Les enjeux d’un second procès à hauts risques pour l’ancien président
Nicolas Sarkozy, l’avocat Thierry Herzog et l’ex-magistrat Gilbert Azibert sont rejugés à partir de lundi devant la cour d’appel de Paris dans l’affaire de corruption dite « Paul Bismuth », et risquent la prison.
par Michel Deléan
Journal — Corruption
Pourquoi les politiques échappent (presque toujours) à l’incarcération
Plusieurs facteurs expliquent la relative mansuétude dont bénéficient les politiques aux prises avec la justice, qui ne sont que très rarement incarcérés, malgré les fortes peines de prison encourues dans les affaires de corruption.
par Michel Deléan

La sélection du Club

Billet de blog
L'électricité est-elle un bien commun ?
[Rediffusion] L'électricité est-elle un bien commun, comme Yannick Jadot l'a fait récemment ? La formule produit un effet électoraliste garanti. Mais cette opération rhétorique est sans intérêt s’il s’agit, à partir de la fonction sociale actuelle de l’électricité, de faire apparaître dans le système énergétique des options qui méritent un positionnement politique.
par oskar
Billet de blog
L’électricité, un bien commun dans les mains du marché
Le 29 août dernier, le sénateur communiste Fabien Gay laisse exploser sa colère sur la libéralisation du marché de l’électricité : « Ce sont des requins et dès qu’ils peuvent se goinfrer, ils le font sur notre dos ! ». Cette scène témoigne d’une colère partagée par bon nombre de citoyens. Comment un bien commun se retrouve aux mains du marché ?
par maxime.tallant
Billet de blog
Les coupures d'électricité non ciblées, ce sont les inégalités aggravées
Le gouvernement prévoit de possibles coupures d'électricité cet hiver : j'ai vraiment hâte de voir comment seront justifiées l'annulation de trains et la fermeture d'écoles pendant que les remontées mécaniques de Megève ou Courchevel continueront à fonctionner. Non ciblées sur les activités « non essentielles », ces coupures d'électricité pourraient aggraver les inégalités.
par Maxime Combes
Billet de blog
À Brioude, itinéraire d'une entreprise (presque) autonome en énergie
CN Industrie vit en grande partie grâce à l'électricité produit par ses panneaux solaires. Son modèle énergétique est un bon éclairage de ce que pourrait être un avenir largement éclairé par les énergies renouvelables. Rencontre avec son patron précurseur, Clément Neyrial.
par Frédéric Denhez