La France championne d'Europe de la migration familiale, mais à quel prix humain ?

Le parcours de vie des familles étrangères en quête de titre de séjour est buissonnant, bifurquant fréquemment d'une rubrique de la loi à une autre. Une enquête anthropologique de terrain jette une lumière crue sur la distance avec la vie réelle qui est délibérément créée par la loi, et donne à saisir la patience et l'obstination déployées pour finalement obtenir les « papiers ».

   Parenté sans papiers, un ouvrage de Frédérique Fogel aux Éditions Dépaysage (2019) .

Préface de François Héran (extraits)

"(... ) des familles venues en France depuis les pays du Sud ou de l'Est dans l'espoir d'améliorer leur sort mais qui se retrouvent en situation irrégulière, le plus souvent parce que leur visa touristique d'une validité de trois mois est arrivé à expiration, et qui cherchent à obtenir un titre de séjour. Pour diverses raisons, qui se ramènent souvent à une question de moyens ou de prudence, ce familles ou ces couples n'ont pas migré en bloc vers la France. Elles ont d'abord envoyé un membre ou deux, et la question de pose alors de savoir si les autres - conjoint, enfant, parent - peuvent à leur tour venir en France pour reconstituer, au moins partiellement, leur famille. La plupart y parviennent, mais au prix d'un parcours jalonné d'obstacles légaux et administratifs qui peut prendre des années, voire plus d'une décennie. Années d'attente, d'incertitude, de doutes, d'angoisse, de persévérance, pendant lesquelles il faut bien, vaille que vaille, se loger, travailler, scolariser ses enfants comme si l'on avait des papiers. (...) Bref: l'exercice régulier d'une vie "irrégulière" afin d'obtenir la régularisation.
(...) Une réussite de ce livre est la restitution de l'expérience vécue des postulantes et des postulants dans les tours et détours d'un tel dédale. Après les avoir guidés dans le maquis des règles et des coutumes administratives, l'auteure déroule aussi son fil d'Ariane pour initier les lecteurs.
(...) Frédérique Fogel met en relief les effets pernicieux des dispositifs actuels. Ils démembrent les relations de parenté, creusent artificiellement des fossés entre les enfants nés au pays d'origine et les enfants nés en France, entre ceux qui arrivent en France avant l'âge de treize ans et ceux qui arrivent après, etc. Il ressort surtout de ce tableau foisonnant que plusieurs dispositifs censés favoriser l'intégration des personnes ne font que la compliquer ou la retarder en imposant des attentes ou des seuils de ressources qui barrent l'accès l'accès aux titres de séjour et prolongent les périodes d'incertitude et de précarité, c'est-à-dire tout le contraire des conditions nécessaires à une insertion économique et sociale réussie eu sein du pays hôte. (...) On comprend mieux, en la lisant, par quel mécanisme pervers la France se trouve être championne d'Europe de la migration familiale.
(...) L'approche anthropologique de la lutte quotidienne pour les "papiers" est extrêmement éclairante. Mais le propos de Frédérique Fogel va au-delà et devrait nous aider à repenser de fond en comble la politique migratoire."

 

Informations recueillies par Martine et Jean-Claude Vernier
--
Voir le sommaire complet du blog. Abonné à Mediapart ou non, on peut s'inscrire ici pour être informé par courriel de la mise en ligne de nos nouveaux billets.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.