Fini de rire
Abonné·e de Mediapart

461 Billets

1 Éditions

Billet de blog 2 oct. 2009

Fini de rire
Abonné·e de Mediapart

Délit de solidarité: un réalisateur de documentaire convoqué par la police

Depuis notre billet de mai 2009, les poursuites continuent contre les élites tordues qui aident les étrangers dans le besoin faute de titre de séjour. Aujourd’hui, c’est un documentariste qui est convoqué par la police de l’air et des frontières (PAF) pour avoir hébergé une jeune fille algérienne tout juste majeure – donc expulsable – au cours du tournage d’un documentaire auquel elle participait.

Fini de rire
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Depuis notre billet de mai 2009, les poursuites continuent contre les élites tordues qui aident les étrangers dans le besoin faute de titre de séjour. Aujourd’hui, c’est un documentariste qui est convoqué par la police de l’air et des frontières (PAF) pour avoir hébergé une jeune fille algérienne tout juste majeure – donc expulsable – au cours du tournage d’un documentaire auquel elle participait.

Le 7 avril 2007, le ministre de l’immigration écrivait aux organisations qui avaient protesté contre les poursuites aux "aidants" de sans-papiers: « Toute personne, particulier, bénévole, association, qui s’est limitée à accueillir, accompagner, héberger des clandestins en situation de détresse, n’est donc pas concernée par ce délit. Et j’observe qu’en 65 années d’application de cette loi, personne en France n’a jamais été condamné pour avoir seulement accueilli, accompagné ou hébergé un étranger en situation irrégulière ».

Et pourtant, la chasse aux "aidants", continue, mais elle ne passe pas inaperçue.

Dernier épisode en date :

PARIS, 2 oct 2009 (AFP) - Le réalisateur d'un documentaire sur les sans-papiers, José Chidlovsky, est convoqué lundi par la police à Toulouse pour avoir hébergé l'une des protagonistes de son film, a-t-on appris vendredi auprès de sa société de production, Zadig.

José Chidlovsky, qui fait l'objet d'une procédure judiciaire "en qualité d'"aidant", risque d'être inculpé et mis en garde à vue. Il encourt 5 ans de prison et 30 000 euros d'amende", s'inquiètent ses producteurs, Félicie Roblin et Paul Rozenberg, dans un texte signé par une quinzaine d'autres producteurs et cinéastes (Yves Jeuland, Robert Guédiguian, Serge Lalou, Olivier Mille...).

Il s'agit selon eux d'une "procédure inédite" mettant en "danger" la profession de documentariste.

"Journal de sans-papiers", en cours de tournage, traite des conditions de vie de sans-papiers et témoigne de leur quotidien via des caméras qui leur sont confiées.

Lors du tournage, en région parisienne et toulousaine, le réalisateur a hébergé à Toulouse l'une des protagonistes, une jeune femme d'origine algérienne.

Privée de papiers après que sa mère s'est vu retirer sa pièce d'identité, cette jeune fille a déposé en avril, à l'anniversaire de ses 18 ans, une demande de titre de séjour à la préfecture de Haute Garonne, a expliqué à l'AFP M. Chidlovsky.

Elle a alors déclarée être logée à son domicile. "Elle redoutait de devenir une sans-papiers en âge d'être expulsée", poursuit le texte, selon lequel les réalisateurs (M. Chidlovsky et Rabeha El Bouhati) ont sauvé "in extremis" la jeune femme d'une tentative de suicide.

La femme a ensuite reçu de la préfecture une obligation de quitter le territoire français et "vit depuis dans la clandestinité".

En août, des policiers de la PAF (police de l'air et des frontières) se sont présentés au domicile de M. Chidlovsky. Il est convoqué lundi matin par la PAF à Toulouse.

Pour les producteurs, "l'ensemble de la profession est concernée par cette atteinte à la pratique d'un genre qui se fourvoie lorsqu'il se passe d'humanité" car il "suppose une qualité de relation, un don de soi et une confiance réciproque".

--

Pour consulter la liste des billets de Fini de rire, c’est ici.

Pour être informé par courriel de la mise en ligne des nouveaux billets, on peut envoyer son adresse électronique .

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans Le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte