Fini de rire
Abonné·e de Mediapart

460 Billets

1 Éditions

Billet de blog 2 oct. 2019

Fini de rire
Abonné·e de Mediapart

Travailleuses et travailleurs sans-papiers. On bosse ici, on vit ici, on reste ici

Une politique publique d’immigration ne peut se limiter à l’asile politique. Nous faisons partie intégrante de la classe ouvrière de ce pays. Nous créons des richesses comme nos collègues. Pourtant, privés d’autorisation de séjour et de travail, nous subissons de multiples discriminations. Nous décidons aujourd'hui d’exercer notre droit de grève pour gagner notre régularisation et nos droits !

Fini de rire
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Face aux fantasmes sur l’immigration, la CGT réaffirme le principe de réalité, d’égalité et l’unité du salariat !

Nous, travailleuses, travailleurs sans-papiers, plongeurs, commis de cuisine, cuisiniers, serveurs, femmes et hommes de ménage, ouvriers du routage (Presse), intérimaires du Bâtiment et des Travaux publics, manutentionnaires, poseurs de voies, avons décidé depuis plusieurs mois de nous syndiquer, de nous organiser à la CGT et d’exercer aujourd’hui notre droit de grève avec le soutien de nos camarades pour gagner notre régularisation et nos droits !

Parce que nous sommes privés d’autorisation de séjour et de travail, nous subissons de multiples discriminations dans nos entreprises. Nos conditions de travail sont très souvent dégradées voire contraires à la dignité humaine. Nous sommes pourtant des travailleurs de France ! Nous cotisons et contribuons comme vous au système de solidarité nationale de sécurité sociale. Des pans entiers de l’économie ne fonctionneraient pas sans nous. Arrêtons l’hypocrisie ! Un État de Droit se doit de protéger l’ensemble des travailleurs, dans l’intérêt de tous !

Une politique publique d’immigration ne peut pas se limiter à l’asile politique. Nous faisons partie intégrante de la classe ouvrière de ce pays et nous ne devons ni être ignorés ni méprisés. Nous créons des richesses et du développement comme nos collègues. Nous sommes déterminés à nous battre pour notre dignité, nos droits et l’égalité de traitement : « À travail égal, salaire égal ». Notre combat, c’est le vôtre, c’est celui de tous les travailleurs, pour de meilleures conditions de travail !

Nous régulariser, c’est augmenter les salaires, se battre contre le travail dissimulé, contre la précarisation de chacun : c’est tirer les conditions de travail de tout le monde vers le haut !

Aujourd’hui, nous sommes confrontés à un arbitraire préfectoral mais aussi à un arbitraire patronal.  C’est à notre employeur de décider s’il soutiendra ou pas notre demande de régularisation.  Quel intérêt aurait un employeur qui nous surexploite d’accompagner cette demande ?  Aucun !

La CGT revendique la régularisation automatique des travailleurs sur la simple preuve de la relation de travail.

La CGT dénonce la casse des services publics et revendique plus de moyens humains notamment dans les Préfectures pour que chaque usager puisse être reçu.

Unissons-nous ! Nous formons une seule communauté de travail et nos intérêts sont communs !                                                                                                                                                            

1er octobre 2019

Liste des  piquets de grève :
 - KFC Place d’Italie  : 211-213 Bld Vincent Auriol 75013 Paris . Métro : Place d’Italie
 - Léon de Bruxelles Opéra : 30 Bld des Italiens 75009 Paris - Métro : Opéra
 - Sukiyaki : 6 rue de la Roquette 75011 Paris - Métro : Bastille
 - Le Flandrin : 4 Place Tattegrain 75016 Paris - RER Avenue Henri Martin
 - Proman (Intérim) : 13 Bld de Magenta 75010 Paris - Métro République
 - La Terrasse de Pomone (Crêperie) : Jardin des Tuileries - Métro Palais Royal - Musée du Louvre
 - Polipro (Nettoyage Foyers ADOMA) : 60 rue de Wattignies 75012 Paris - Métro Michel Bizot
 - UCG Ciné Cite Bercy : 2 Cour Saint-Émilion 75012 Paris - Métro Cour Saint-Émilion
 - Targett Intérim (Routage) : 22 rue Berthollet 75005 Paris - Métro Port Royal
 - Campanile (Le Bourget Airport) : 69 avenue de l’Europe - Zone Aéroportuaire - 93350 Le Bourget
 - Haudecoeur Ets (Importateur produits alimentaires - Épices, Graines) : 60 rue Émile Zola 93120    La Courneuve
 - Cervus (Intérim BTP) : 7-9 Place Jean Zay 92300 Levallois Perret

Informations recueillies par Martine et Jean-Claude Vernier
--
Voir le sommaire complet du blog. Abonné à Mediapart ou non, on peut s'inscrire ici pour être informé par courriel de la mise en ligne de nos nouveaux billets.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique
À La France insoumise, le flou de la réorganisation suscite des inquiétudes
Si des garanties sont données aux militants insoumis en vue d’améliorer l’implantation locale du mouvement, la composition de la nouvelle direction, restée jusque-là à la discrétion d’une poignée de cadres, fait craindre de mauvaises surprises.
par Mathieu Dejean et Pauline Graulle
Journal — Éducation et enseignement supérieur
Une école plus si obligatoire
Pour faire face à la menace de coupures d’électricité cet hiver, le gouvernement a brandi une possible fermeture des écoles le matin, au coup par coup. Cette politique repose, trois ans après l’épidémie de Covid, la question de l’obligation d’instruction des enfants, un principe sans cesse attaqué.
par Mathilde Goanec
Journal — Énergies
EDF face aux coupures d’électricité : la débâcle énergétique
Jamais EDF ne s’était trouvée en situation de ne pas pouvoir fournir de l’électricité sur le territoire. Les « éventuels délestages » confirmés par le gouvernement attestent la casse de ce service public essentiel. Pour répondre à l’urgence, le pouvoir choisit la même méthode qu’au moment du Covid : verticale, autoritaire et bureaucratique.
par Martine Orange
Journal
Les gueules noires du Maroc, oubliées de l’histoire de France
Dans les années 1960 et 1970, la France a recruté 80 000 Marocains pour travailler à bas coût dans les mines du Nord et de la Lorraine. La sociologue Mariame Tighanimine, fille d’un de ces mineurs, et la journaliste Ariane Chemin braquent les projecteurs sur cette histoire absente des manuels scolaires. 
par Rachida El Azzouzi

La sélection du Club

Billet de blog
Fin de vie : faites vivre le débat sur Mediapart
En septembre dernier, le Comité consultatif national d’éthique (CCNE) a rendu un avis qui rebat les cartes en France sur l'aide active à mourir, en ouvrant la voie à une évolution législative. Conscient que le débat autour de la fin de vie divise la société, le président de la République lance un débat national. Nous vous proposons de le faire vivre ici.
par Le Club Mediapart
Billet de blog
Récit d'une mort réussie
Elle avait décidé de ne plus souffrir. En 2002, La loi sur l'euthanasie venant d'être votée aux Pays-Bas elle demanda à être délivrée de ses souffrances.
par françois champelovier
Billet de blog
Mourir en démocratie — La fin de vie, une nouvelle loi ? (le texte)
Les soins palliatifs, et donc la sédation, ont désormais des alliés ne jurant que par eux pour justifier l’inutilité d’une nouvelle loi. Mais les soins palliatifs, nécessaires, ne sont pas une réponse à tous les problèmes. Si c'est l'humanité que l'on a pour principe, alors l'interdit actuel le contredit en s'interdisant de juger relativement à des situations qui sont particulières.
par Simon Perrier
Billet de blog
Fin de vie, vite
Le Comité Consultatif National d’Éthique considère « qu’il existe une voie pour une application éthique d’une aide active à mourir, à certaines conditions strictes, avec lesquelles il apparait inacceptable de transiger ». Transigeons un peu quand même ! Question d’éthique.
par Thierry Nutchey