Fini de rire
Abonné·e de Mediapart

460 Billets

1 Éditions

Billet de blog 7 juin 2015

Fini de rire
Abonné·e de Mediapart

La honte

« Envisager lucidement et dans tous ses détails une situation, parfois désespérée, est une puissante source de sang-froid, de sérénité et de force d'âme ». Du Ravensbrück de Germaine Tillion aux persécutés de La Chapelle...

Fini de rire
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

« Envisager lucidement et dans tous ses détails une situation, parfois désespérée, est une puissante source de sang-froid, de sérénité et de force d'âme ». Du Ravensbrück de Germaine Tillion aux persécutés de La Chapelle...


Il faut que je raconte la honte, sans cela elle va me me tuer et ce serait leur faire trop d'honneur

Je me souviens quand j'étais très jeune, il y avait des attractions dans les cinémas.

Parfois le spectacle était tellement mauvais que j'avais honte pour ceux qui étaient sur scène.

Aujourd'hui j'entends à la radio "évacuation humanitaire "pour La Chapelle !?!?!?!

Devant la Halle Pujol d'où je reviens j'ai vu tous ces jeunes hommes rassemblés, essayant de se relayer sur les quelques matelas (on leur a tout pris).

Impeccables alors il n'y a  aucun sanitaires autour (une honte de plus, comme si on ne pouvait acheminer des toilettes de chantier. Mais vous pensez , l'appel d'air !!!).

Impeccables et comme ils sont beaux, eux et ceux qui les soutiennent.

Sur place des copains : des communistes et du PG  et du NPA et des anar du 18ème et du 10ème élus parfois.

Et pendant ce temps-là à Poitiers les bedaines et les costumes cravates...

La honte comme devant les attractions mais, alors là, la honte absolue.

Les flics bloquent l'entrée de la halle .

Grâce à une délatrice qui a prévenu le curé de Saint Bernard, qui n'est pas islamiste, lui, celui-ci  a appelé les flics.

La même a dénoncé une femme qui avait tiré le signal d'alarme quand les filics ont fermé les grilles du métro lorsque les réfugiés étaient acheminés vers nulle part.

Une solidarité s'est organisée mais comme elle est fragile et comme elle est belle à côté du spectacle si mauvais de la Mairie de Paris qui fait de "l'évacuation humanitaire" sans solutions d'hébergement, et de  ce gouvernement si laid, si absolument laid que cette laideur éclabousse et détruit

Élisabeth Zucker-Rouvillois

***

« Mais quoi ? Diriez-vous. S'agit-il de sensibilité encore ? (…) Si je parle de sensibilité, c'est simplement parce qu'il est quelquefois dangereux de manquer d'imagination ». (Geneviève De Gaulle-Anthonioz, 1947)

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

À la Une de Mediapart

Journal
Immigration : le discours de Borne entre « fermeté » et « humanité » ne trompe personne
Les députés et le gouvernement ont débattu mardi soir, sans voter, des orientations du futur projet de loi sur l’asile et l’immigration, annoncé pour le début 2023. Un texte « équilibré », a vanté la première ministre, sans convaincre les oppositions. Profondément divisées entre elles.
par Nejma Brahim
Journal
Projet de loi immigration : « Nous sommes sur des propositions racistes »
Le projet de loi immigration, porté par Gérald Darmanin, est discuté mardi 6 décembre à l’Assemblée nationale. L’occasion notamment de revenir sur les chiffres de « la délinquance des étrangers » avancés par le chef de l’État et le ministre de l’intérieur. 
par À l’air libre
Journal — Politique économique
Comment la Macronie a tourné le dos à la rationalité économique
Alors qu’en 2017, Emmanuel Macron se présentait comme le champion de « l’évaluation des réformes », il fait fi des évaluations scientifiques négatives sur sa politique économique. Désormais, sa seule boussole est sa politique en faveur du capital.
par Romaric Godin et Mathias Thépot
Journal — Habitat
Faute de logement, des mères restent à l’hôpital avec leurs enfants
À l’hôpital Delafontaine, à Saint-Denis, sept femmes sont accueillies sans raison médicale. En cause : la  saturation de l’hébergement d’urgence. Maïrame, mère d’un bébé de cinq mois, témoigne. 
par Faïza Zerouala

La sélection du Club

Billet de blog
L'amour trouvera un chemin
Dans la sainte trinité du jazz, et sa confrérie du souffle, on comptait le Père (John Coltrane), le Fils (Pharoah Sanders) et le Saint-Esprit (Albert Ayler). Il est peu dire que le décès de Pharoah Sanders, le 24 septembre dernier, est une grande perte. L'impact de son jeu, du son qu'il a développé, de ses compositions et de sa quête vers la vérité, est immense.
par Arnaud Simetiere
Billet de blog
Rap et théorie postcoloniale : sur « Identité remarquable » de Younès Boucif
« Un Arabe qui fait du rap y’a pas grand-chose d’original », rappait Younès dans « J’me rappelle ». Mais quid d’un Arabe qui rappe, joue (au cinéma, au théâtre), écrit des romans, manage et se fait parfois, à ses heures perdues, documentariste ? À l'occasion de la sortie de son album, retour sur la trajectoire d'un artiste aux talents multiples.
par Matti Leprêtre
Billet d’édition
2. B.B. King et la légende de Lucille
Il suffit d’avoir admiré son jeu tout en finesse et en agressivité contenue, d’avoir vécu l’émotion provenant du vibrato magique de sa guitare, d’avoir profité de sa bonhomie joviale et communicative sur scène, de son humilité, et de sa gentillesse, pour comprendre qu’il n’a pas usurpé le titre de King of the Blues.
par Zantrop
Billet de blog
Anne Sylvestre : manège ré-enchanté
Tournicoti-tournicota ! On savait l'artiste Anne Sylvestre facétieuse, y compris à l'égard de ses jeunes auditeurs, fabulettement grandis au rythme de ses chansons, alors qu'elle ne cessa pas de s'adresser aussi aux adultes irrésolus que nous demeurons. Presque au point de la croire ressuscitée, grâce à l'initiative de la publication d'un ultime mini album.
par Denys Laboutière