La honte

« Envisager lucidement et dans tous ses détails une situation, parfois désespérée, est une puissante source de sang-froid, de sérénité et de force d'âme ». Du Ravensbrück de Germaine Tillion aux persécutés de La Chapelle...

« Envisager lucidement et dans tous ses détails une situation, parfois désespérée, est une puissante source de sang-froid, de sérénité et de force d'âme ». Du Ravensbrück de Germaine Tillion aux persécutés de La Chapelle...


Il faut que je raconte la honte, sans cela elle va me me tuer et ce serait leur faire trop d'honneur

Je me souviens quand j'étais très jeune, il y avait des attractions dans les cinémas.

Parfois le spectacle était tellement mauvais que j'avais honte pour ceux qui étaient sur scène.

Aujourd'hui j'entends à la radio "évacuation humanitaire "pour La Chapelle !?!?!?!

Devant la Halle Pujol d'où je reviens j'ai vu tous ces jeunes hommes rassemblés, essayant de se relayer sur les quelques matelas (on leur a tout pris).

Impeccables alors il n'y a  aucun sanitaires autour (une honte de plus, comme si on ne pouvait acheminer des toilettes de chantier. Mais vous pensez , l'appel d'air !!!).

Impeccables et comme ils sont beaux, eux et ceux qui les soutiennent.

Sur place des copains : des communistes et du PG  et du NPA et des anar du 18ème et du 10ème élus parfois.

Et pendant ce temps-là à Poitiers les bedaines et les costumes cravates...

La honte comme devant les attractions mais, alors là, la honte absolue.

Les flics bloquent l'entrée de la halle .

Grâce à une délatrice qui a prévenu le curé de Saint Bernard, qui n'est pas islamiste, lui, celui-ci  a appelé les flics.

La même a dénoncé une femme qui avait tiré le signal d'alarme quand les filics ont fermé les grilles du métro lorsque les réfugiés étaient acheminés vers nulle part.

Une solidarité s'est organisée mais comme elle est fragile et comme elle est belle à côté du spectacle si mauvais de la Mairie de Paris qui fait de "l'évacuation humanitaire" sans solutions d'hébergement, et de  ce gouvernement si laid, si absolument laid que cette laideur éclabousse et détruit

Élisabeth Zucker-Rouvillois

***

« Mais quoi ? Diriez-vous. S'agit-il de sensibilité encore ? (…) Si je parle de sensibilité, c'est simplement parce qu'il est quelquefois dangereux de manquer d'imagination ». (Geneviève De Gaulle-Anthonioz, 1947)



Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.