Fini de rire
Abonné·e de Mediapart

460 Billets

1 Éditions

Billet de blog 8 janv. 2010

Fini de rire
Abonné·e de Mediapart

Enfermement des enfants étrangers : changer la loi ?

"Les centres de rétention et les zones d’attente aux frontières sont les seuls endroits en France où des mineurs de 13 ans sont privés de libertés. Des enfants très jeunes et même des nourrissons sont ainsi retenus. Le placement de ces enfants est donc inadmissible et même révoltant, ici comme en tout autre lieu d’enfermement."

Fini de rire
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

"Les centres de rétention et les zones d’attente aux frontières sont les seuls endroits en France où des mineurs de 13 ans sont privés de libertés. Des enfants très jeunes et même des nourrissons sont ainsi retenus. Le placement de ces enfants est donc inadmissible et même révoltant, ici comme en tout autre lieu d’enfermement."

"Aucun mineur de 13 ans ne peut, rappelons-le, être détenu pour une infraction quelconque. (…) S’agissant des centres de rétention, cette situation est d’autant plus choquante que ces enfants n’ont évidemment rien à se reprocher si ce n’est d’être des enfants.". C’est la suite du préambule d’une proposition de loi que Serge Portelli, magistrat et vice-président du Tribunal de Paris, a remis aux groupes parlementaires de l’Assemblée Nationale et du Sénat.

La proposition est d’ajouter un article au CESEDA (Code de l’Entrée et du Séjour des Etrangers et Demandeurs d’Asile) :

L'étranger mineur de dix-huit ans ne peut, à quelque titre que ce soit, être accueilli dans un centre de rétention.

Le placement prévu au présent article ne peut être ordonné lorsque l’étranger est père ou mère d’enfant mineur se trouvant sur le territoire national, à l’entretien duquel il contribue ou qui partage sa résidence. Il peut, si ses garanties de représentation sont insuffisantes, faire l’objet d’une assignation à résidence”.

On peut retrouver en audio ou en vidéo la présentation par Serge Portelli de son initiative, lors de la journée 6 heures pour les droits de l’enfant organisée par le RESF le 22 novembre 2009 pour célébrer le vingtième anniversaire de la Convention Internationale des Droits de l’Enfant (CIDE).

On a fait beaucoup de bruit en septembre 2009 autour de l’adoption par le Parlement d’une loi supprimant la fonction de Défenseur des enfants. Qu’en est-il aujourd’hui ?

En attendant, le traitement des mineurs par les CRA peut encore être "amélioré". Ainsi, selon un message du mardi 5 janvier 2010 à 20h : "Le jeune retenu [au CRA de Vincennes, ndlr], mineur, qui a fait deux tentatives de suicide, vient d'être lâché, pardon relâché, dans les bois de Vincennes, juste ses baskets aux pieds (mais avec ses lacets, quand même!)". L’ASSFAM précise que c’était pour "incompatibilité avec la rétention"!

Un jeune congolais de 16 ans a eu plus de "chance" : pour ne pas le mettre à la rue, un hôpital le garde depuis trois mois. Il est guéri, mais il n’a pas le droit de sortir, prisonnier qu’il est de la jungle administrative.

Nous avons évoqué dans un précédent billet les difficultés et les tensions du travail d’assistance juridique auprès des étrangers en voie d’expulsion. Les quatre organisations qui remplacent La Cimade dans les lieux de rétention depuis le 1er janvier 2010 vont devoir s’aguerrir dans l’urgence.

Voici quelques liens pour des présentations plus ou moins polémiques de ces organisations:

- France Terre d’Asile à Palaiseau (91), Plaisir (78), Oissel (76) et Coquelles (62),

- l’ASSFAM à Vincennes, Bobigny et Paris-Cité en Île de France,

- Forum Réfugiés dans le Sud-Est (Lyon, Marseille, Nice),

- l’Ordre de Malte à Lille (59), Metz (57) et Geispolsheim (67).

Encore plus polémique : pour certains, il faut supprimer les centres de rétention.

Ou carrément radical : c’est le ministère de l’Immigration etc qu’il faut supprimer.

Martine et Jean-Claude Vernier

--

Pour consulter la liste des billets de Fini de rire, c’est ici.

Pour être informé par courriel de la mise en ligne des nouveaux billets, on peut envoyer son adresse électronique .

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

À la Une de Mediapart

Journal — Politique économique
Comment la Macronie a tourné le dos à la rationalité économique
Alors qu’en 2017, Emmanuel Macron se présentait comme le champion de « l’évaluation des réformes », il fait fi des évaluations scientifiques négatives sur sa politique économique. Désormais, sa seule boussole est sa politique en faveur du capital.
par Romaric Godin et Mathias Thépot
Journal
Projet de loi immigration : « Nous sommes sur des propositions racistes »
Le projet de loi immigration, porté par Gérald Darmanin, est discuté mardi 6 décembre à l’Assemblée nationale. L’occasion notamment de revenir sur les chiffres de « la délinquance des étrangers » avancés par le chef de l’État et le ministre de l’intérieur. 
par À l’air libre
Journal — Habitat
Faute de logement, des mères restent à l’hôpital avec leurs enfants
À l’hôpital Delafontaine, à Saint-Denis, sept femmes sont accueillies sans raison médicale. En cause : la  saturation de l’hébergement d’urgence. Maïrame, mère d’un bébé de cinq mois, témoigne. 
par Faïza Zerouala
Journal — Travail
Grève chez Sanofi : « Ponctionner les actionnaires pour augmenter les salaires »
Démarré le 14 novembre, le conflit social chez le géant français du médicament touche désormais une quinzaine de sites. Reportage à Montpellier, où les « petits salaires » de l’entreprise sont mobilisés pour une hausse des rémunérations.
par Cécile Hautefeuille

La sélection du Club

Billet de blog
Playlist - Post-punk et variants
Blue Monday infini et températures froides bien en dessous de celles d'Ibiza en hiver. C'est le moment idéal pour glorifier le dieu post-punk et ses progénitures art rock ou dark wave, fournisseurs d'acouphènes depuis 1979. Avec Suicide, Bauhaus, Protomartyr, Bantam lyons, This heat, Devo, Sonic Youth...
par Le potar
Billet de blog
L'amour trouvera un chemin
Dans la sainte trinité du jazz, et sa confrérie du souffle, on comptait le Père (John Coltrane), le Fils (Pharoah Sanders) et le Saint-Esprit (Albert Ayler). Il est peu dire que le décès de Pharoah Sanders, le 24 septembre dernier, est une grande perte. L'impact de son jeu, du son qu'il a développé, de ses compositions et de sa quête vers la vérité, est immense.
par Arnaud Simetiere
Billet d’édition
2. B.B. King et la légende de Lucille
Il suffit d’avoir admiré son jeu tout en finesse et en agressivité contenue, d’avoir vécu l’émotion provenant du vibrato magique de sa guitare, d’avoir profité de sa bonhomie joviale et communicative sur scène, de son humilité, et de sa gentillesse, pour comprendre qu’il n’a pas usurpé le titre de King of the Blues.
par Zantrop
Billet de blog
Rap et théorie postcoloniale : sur « Identité remarquable » de Younès Boucif
« Un Arabe qui fait du rap y’a pas grand-chose d’original », rappait Younès dans « J’me rappelle ». Mais quid d’un Arabe qui rappe, joue (au cinéma, au théâtre), écrit des romans, manage et se fait parfois, à ses heures perdues, documentariste ? À l'occasion de la sortie de son album, retour sur la trajectoire d'un artiste aux talents multiples.
par Matti Leprêtre