Fini de rire
Abonné·e de Mediapart

460 Billets

1 Éditions

Billet de blog 11 nov. 2009

Fini de rire
Abonné·e de Mediapart

Le quotidien de l’exil "illégal"

Petite revue de presse de la semaine passée concernant la "gestion de l’immigration" au quotidien : expulsions de familles géorgiennes par avion spécial, préparation de vols de retour européens, déplacements forcés de Rroms, expulsion de touristes attrapés sur le chemin du retour chez eux. Et un rayon de lumière du côté de Pau.

Fini de rire
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Petite revue de presse de la semaine passée concernant la "gestion de l’immigration" au quotidien : expulsions de familles géorgiennes par avion spécial, préparation de vols de retour européens, déplacements forcés de Rroms, expulsion de touristes attrapés sur le chemin du retour chez eux. Et un rayon de lumière du côté de Pau.

L’Union Européenne fonctionne, au moins dans certains cas. Le Règlement dit Dublin II du 18 février 2003 stipule que la demande d’asile doit s’effectuer dans le pays d’entrée. Les Tchétchènes, Géorgiens et autres Arméniens qui arrivent en France sont bien souvent entrés dans l’UE par la Pologne. S’ils se font prendre, c’est l’expulsion vers la Pologne manu militari qui le attend dans un premier temps, puis le retour forcé.

Le Midi Libre raconte comment quatre familles de Géorgiens (21 personnes), parmi lesquelles trois malades et sept enfants, ont bénéficié d’une expulsion express. Interpellés près de Dijon, le centre de rétention administrative (CRA) de Lyon n’ayant plus de place, ils ont été acheminés sur le CRA de Nîmes. Et sans laisser le temps de recours à la justice, ils ont été embarqués dans un avion spécialement affrété. Nîmes, là où, il y a peu, 19 Afghans calaisiens retenus ont été accompagnés, défendus puis accueillis, par la Cimade, le RESF, les communautés catholiques et protestantes de la région. Il valait peut-être mieux ne pas leur laisser le temps de récidiver pour ces familles géorgiennes.

L’Union Européenne renforce ses moyens de refoulement . Le 30 octobre, les dirigeants européens ont demandé « l’examen de la possibilité d’affréter régulièrement des vols de retour communs financés par l’agence Frontex", l’agence européenne chargée de la sécurité des frontières externes de l’UE.

En région parisienne, les Rroms trouvent de moins en moins de lieux où se poser. Selon Rue89, "Depuis la rentrée de septembre, les squats et les bidonvilles occupés par des familles roumaines sont évacués à tour de bras. Après Saint Denis, Villepinte, Bondy, Argenteuil, Clichy la Garenne, le terrain de la Porte de Choisy où vivaient 10 familles a été évacué. Comme ailleurs, rien d'adapté n'a été proposé. ". Le Préfet de la Région Ile de France, interpellé par 27 associations et 6 comités de soutien locaux, pourrait peut-être en parler au Secrétaire d'Etat chargé du Logement et de l'Urbanisme.

Pendant ce temps, à Calais, "Les policiers se sont remis à mettre les couvertures [des exilés] dans l'eau ou à les asperger de gaz lacrymogène pour qu'ils ne puissent plus y dormir ". Mais la trêve de l’heure des repas est respectée.

Autour du square Villlemin à Paris, les Afghans dispersés après la casse de la jungle de Calais sont revenus. Selon Le Parisien du 4 novembre, "Hier, en tout début d’après-midi, une vingtaine de policiers ont procédé à des contrôles d’identité et des interpellations dans le square Villemin, cet espace vert situé juste derrière la gare de l’Est et où se réfugient des dizaines d’Afghans qui attendent souvent de pouvoir rejoindre Londres. « Une vingtaine d’entre eux ont été interpellés, témoigne Mehdi Guadi, élu vert à la mairie du Xe arrondissement. Ceux dont la demande d’asile a été refusée vont probablement être emmenés en centre de rétention. C’est effrayant, alors que le débat sur l’identité nationale est lancé cette semaine ! ".

A Hendaye, on fait le compte des personnes retenues en 2008. Selon la Cimade, "Plus de la moitié des personnes interpellées sont des pèlerins se rendant à Lourdes ". On trouve en rétention "des personnes en transit, certaines munies d'un billet de ferry ou d'avion pour rentrer dans leur pays d'origine. « C'est le cas de Brésiliens qui se rendent au Portugal pour prendre l'avion ou de Marocains qui possèdent leur passage de ferry ». Voyageant avec leurs bagages et leurs billets, il arrive que ces étrangers perdent tout : les bagages ne sont pas sortis de l'autobus et continuent leur route sans leurs propriétaires. Les billets, eux, se périment le temps du placement en rétention. « En général, ces gens ne comprennent pas pourquoi on les retient en France pour ensuite les reconduire à la frontière alors que leur intention était de partir et qu'ils avaient payé pour cela... »". Il faut bien atteindre l’objectif chiffré.

Oui mais, … la fresque du Mur des expulsés de Billère (Pyrénées atlantiques) est toujours là, et le préfet qui voulait la faire disparaître n’a pas obtenu gain de cause devant le tribunal administratif de Pau ! L'idée du maire de Billere, nous dit le RESF, "était d'entraîner d'autres maires de France à créer des lieux de mémoire ou de lutte, qui rappellent aux citoyens que des familles sont en danger en France, que RESF existe et se bat au quotidien auprès des enfants et de leurs parents sans-papiers, que des élus se joignent à ce combat, et refusent l'inacceptable".

Martine et Jean-Claude Vernier

--

Pour consulter la liste des billets de Fini de rire, c’est ici.

Pour être informé par courriel de la mise en ligne des nouveaux billets, on peut envoyer son adresse électronique .

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

À la Une de Mediapart

Journal
Immigration : le discours de Borne entre « fermeté » et « humanité » ne trompe personne
Les députés et le gouvernement ont débattu mardi soir, sans voter, des orientations du futur projet de loi sur l’asile et l’immigration, annoncé pour le début 2023. Un texte « équilibré », a vanté la première ministre, sans convaincre les oppositions. Profondément divisées.
par Nejma Brahim
Journal
Projet de loi immigration : « Nous sommes sur des propositions racistes »
Le projet de loi immigration, porté par Gérald Darmanin, est discuté mardi 6 décembre à l’Assemblée nationale. L’occasion notamment de revenir sur les chiffres de « la délinquance des étrangers » avancés par le chef de l’État et le ministre de l’intérieur. 
par À l’air libre
Journal
Grève à la SNCF : la mobilisation de la base des contrôleurs bouscule les syndicats
Après un premier week-end de grève remarqué, les contrôleurs SNCF menacent de remettre le couvert pour les fêtes de fin d’année si la direction n’accède pas à leurs demandes. Parti d’un collectif « apolitique », ce mouvement déborde les organisations syndicales.
par Khedidja Zerouali
Journal — Politique économique
Comment la Macronie a tourné le dos à la rationalité économique
Alors qu’en 2017, Emmanuel Macron se présentait comme le champion de « l’évaluation des réformes », il fait fi des évaluations scientifiques négatives sur sa politique économique. Désormais, sa seule boussole est sa politique en faveur du capital.
par Romaric Godin et Mathias Thépot

La sélection du Club

Billet d’édition
2. B.B. King et la légende de Lucille
Il suffit d’avoir admiré son jeu tout en finesse et en agressivité contenue, d’avoir vécu l’émotion provenant du vibrato magique de sa guitare, d’avoir profité de sa bonhomie joviale et communicative sur scène, de son humilité, et de sa gentillesse, pour comprendre qu’il n’a pas usurpé le titre de King of the Blues.
par Zantrop
Billet de blog
Playlist - Post-punk et variants
Blue Monday infini et températures froides bien en dessous de celles d'Ibiza en hiver. C'est le moment idéal pour glorifier le dieu post-punk et ses progénitures art rock ou dark wave, fournisseurs d'acouphènes depuis 1979. Avec Suicide, Bauhaus, Protomartyr, Bantam lyons, This heat, Devo, Sonic Youth...
par Le potar
Billet de blog
Rap et théorie postcoloniale : sur « Identité remarquable » de Younès Boucif
« Un Arabe qui fait du rap y’a pas grand-chose d’original », rappait Younès dans « J’me rappelle ». Mais quid d’un Arabe qui rappe, joue (au cinéma, au théâtre), écrit des romans, manage et se fait parfois, à ses heures perdues, documentariste ? À l'occasion de la sortie de son album, retour sur la trajectoire d'un artiste aux talents multiples.
par Matti Leprêtre
Billet de blog
Anne Sylvestre : manège ré-enchanté
Tournicoti-tournicota ! On savait l'artiste Anne Sylvestre facétieuse, y compris à l'égard de ses jeunes auditeurs, fabulettement grandis au rythme de ses chansons, alors qu'elle ne cessa pas de s'adresser aussi aux adultes irrésolus que nous demeurons. Presque au point de la croire ressuscitée, grâce à l'initiative de la publication d'un ultime mini album.
par Denys Laboutière