Fini de rire
Abonné·e de Mediapart

460 Billets

1 Éditions

Billet de blog 12 déc. 2008

Fini de rire
Abonné·e de Mediapart

Le syndrome de l’enfant de sans-papiers

On peut, certes, se désoler des échecs dans l’accueil par la société française des enfants des travailleurs arrivés de l’étranger à la génération précédente. Et chercher à corriger aujourd’hui les conséquences des mauvais choix d’hier. Mais aujourd’hui encore, d’autres enfants d’étrangers naissent ici. En attendant que leurs parents parviennent à faire régulariser leur séjour, les petits s’imprègnent d’une atmosphère de peur et de précarité.

Fini de rire
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

On peut, certes, se désoler des échecs dans l’accueil par la société française des enfants des travailleurs arrivés de l’étranger à la génération précédente. Et chercher à corriger aujourd’hui les conséquences des mauvais choix d’hier. Mais aujourd’hui encore, d’autres enfants d’étrangers naissent ici. En attendant que leurs parents parviennent à faire régulariser leur séjour, les petits s’imprègnent d’une atmosphère de peur et de précarité. L’une des obligations les mieux respectées par les familles étrangères, en situation régulière ou pas, c’est l’obligation scolaire. Les parents acceptent des conditions de vie et de travail souvent difficiles pour assurer l’avenir de leurs enfants, et ils savent que cela passe d’abord par l’école. L’école publique est bonne mère, qui les reçoit sans discrimination et leur enseigne la France en même temps qu’à lire, écrire et compter. A découvrir notre société, aussi. A côté de l’école, les professionnels de l’enfance sont là pour aider ceux qui semblent décrocher. Parmi les petits patients qui leur sont adressés par les enseignants de l’école élémentaire, ils savent maintenant reconnaître les symptômes de l’enfant de parents sans papiers. La menace d’expulsion qui plane sur leurs parents ou sur eux-mêmes, le mélange de vie normale à l’école, et cachée le reste du temps, sont une forme de torture mentale permanente. Qui s’ajoute aux difficultés dues au grand écart entre la langue et la culture de leurs parents et celles dans lesquelles ils vivent. Et vivront, Inch Allah ! Plusieurs associations de professionnels de l’enfance, qui observent la montée de ces difficultés, ont décidé d’alerter leurs concitoyens sur cette situation. Ils détaillent leurs préoccupations dans un texte-pétition ‘’Parents sans papiers, enfants en souffrance’’ : http://enfantsdesanspapiers.free.fr/. (Ajout du 13 décembre, suite au commentaire d'un lecteur: "Une des questions à ajouter aux conséquences de leur situation, concerne "les autres enfants de la classe" qui voient un jour disparaître leur petit camarade ou même l'intervention de la police à la sortie des cours ou à la récréation.")

On peut lire à ce sujet "La chasse aux enfants - L'effet miroir de l'expulsion des sans-papiers", de Miguel Benasayag, Angélique del Rey et des militants du RESF, aux Editions La Découverte. C'est une enquête et une réflexion sur le fait qu'au delà du traumatisme à vie des témoins de ces faits, c'est notre société tout entière qui est durablement blessée.

Ces enfants dessinent, comme tous les enfants de leur âge. Nous montrons en fichiers attachés deux exemples qui se passent de commentaire. Martine et Jean-Claude Vernier

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

À la Une de Mediapart

Journal
Immigration : le discours de Borne entre « fermeté » et « humanité » ne trompe personne
Les députés et le gouvernement ont débattu mardi soir, sans voter, des orientations du futur projet de loi sur l’asile et l’immigration, annoncé pour le début 2023. Un texte « équilibré », a vanté la première ministre, sans convaincre les oppositions. Profondément divisées.
par Nejma Brahim
Journal
Projet de loi immigration : « Nous sommes sur des propositions racistes »
Le projet de loi immigration, porté par Gérald Darmanin, est discuté mardi 6 décembre à l’Assemblée nationale. L’occasion notamment de revenir sur les chiffres de « la délinquance des étrangers » avancés par le chef de l’État et le ministre de l’intérieur. 
par À l’air libre
Journal
Grève à la SNCF : la mobilisation de la base des contrôleurs bouscule les syndicats
Après un premier week-end de grève remarqué, les contrôleurs SNCF menacent de remettre le couvert pour les fêtes de fin d’année si la direction n’accède pas à leurs demandes. Parti d’un collectif « apolitique », ce mouvement déborde les organisations syndicales.
par Khedidja Zerouali
Journal — Politique économique
Comment la Macronie a tourné le dos à la rationalité économique
Alors qu’en 2017, Emmanuel Macron se présentait comme le champion de « l’évaluation des réformes », il fait fi des évaluations scientifiques négatives sur sa politique économique. Désormais, sa seule boussole est sa politique en faveur du capital.
par Romaric Godin et Mathias Thépot

La sélection du Club

Billet de blog
Anne Sylvestre : manège ré-enchanté
Tournicoti-tournicota ! On savait l'artiste Anne Sylvestre facétieuse, y compris à l'égard de ses jeunes auditeurs, fabulettement grandis au rythme de ses chansons, alors qu'elle ne cessa pas de s'adresser aussi aux adultes irrésolus que nous demeurons. Presque au point de la croire ressuscitée, grâce à l'initiative de la publication d'un ultime mini album.
par Denys Laboutière
Billet de blog
Playlist - Post-punk et variants
Blue Monday infini et températures froides bien en dessous de celles d'Ibiza en hiver. C'est le moment idéal pour glorifier le dieu post-punk et ses progénitures art rock ou dark wave, fournisseurs d'acouphènes depuis 1979. Avec Suicide, Bauhaus, Protomartyr, Bantam lyons, This heat, Devo, Sonic Youth...
par Le potar
Billet de blog
L'amour trouvera un chemin
Dans la sainte trinité du jazz, et sa confrérie du souffle, on comptait le Père (John Coltrane), le Fils (Pharoah Sanders) et le Saint-Esprit (Albert Ayler). Il est peu dire que le décès de Pharoah Sanders, le 24 septembre dernier, est une grande perte. L'impact de son jeu, du son qu'il a développé, de ses compositions et de sa quête vers la vérité, est immense.
par Arnaud Simetiere
Billet d’édition
2. B.B. King et la légende de Lucille
Il suffit d’avoir admiré son jeu tout en finesse et en agressivité contenue, d’avoir vécu l’émotion provenant du vibrato magique de sa guitare, d’avoir profité de sa bonhomie joviale et communicative sur scène, de son humilité, et de sa gentillesse, pour comprendre qu’il n’a pas usurpé le titre de King of the Blues.
par Zantrop