Fini de rire
Abonné·e de Mediapart

461 Billets

1 Éditions

Billet de blog 15 oct. 2009

Fini de rire
Abonné·e de Mediapart

Mais pourquoi émigrent-ils ?

Saskia Sassen, une européenne devenue professeure de sociologie à l’université de Chicago, envisage les migrations comme composantes de la mondialisation : "Alors que la mondialisation économique a profondément transformé les Etats et le système interétatique, peut-on continuer de penser l’immigration comme s’il s’agissait d’une dynamique indépendante des autres champs ; comme si son « traitement » relevait encore exclusivement d’une souveraineté nationale unilatérale ? "

Fini de rire
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Saskia Sassen, une européenne devenue professeure de sociologie à l’université de Chicago, envisage les migrations comme composantes de la mondialisation : "Alors que la mondialisation économique a profondément transformé les Etats et le système interétatique, peut-on continuer de penser l’immigration comme s’il s’agissait d’une dynamique indépendante des autres champs ; comme si son « traitement » relevait encore exclusivement d’une souveraineté nationale unilatérale ? "

Dans un article du Monde diplomatique de novembre 2000, elle poursuit : "Si l’Etat-nation dispose toujours du pouvoir d’écrire le texte d’une politique de l’immigration, ses différentes obligations internationales font que sa politique de l’immigration, au sens conventionnel de cette expression, n’affecte qu’à la marge les réalités migratoires. Avant que d’évoquer une éventuelle crise du contrôle, il faut analyser les contraintes extérieures, toujours plus nombreuses, qu’ont acceptées les Etats, et qui déterminent leur politique migratoire - autant, sinon plus, que leurs actions sur les frontières et sur les individus. "

Elle présente la migration vers les pays riches comme le résultat d’une interaction à l’initiative de ces derniers. Par la mondialisation du marché agricole, entraînant l’organisation d’une agriculture industrielle pour l’exportation qui bouleverse le travail agricole local. Par les injonctions du FMI qui conduisent à l’affaiblissement des services publics (santé, éducation). Par l’installation transitoire d’usines de sous-traitance… " Le travail dans ces entreprises occidentales implique des contacts avec les pays d’où viennent les capitaux, ce qui réduit la distance subjective entre le travailleur étranger et ces pays. Autrement dit, si je peux cueillir ici les fruits pour les ménages américains, si je puis assembler ici les composants d’un appareil électroménager, je peux le faire aussi bien aux Etats-Unis ! "

Elle présente aussi ces implantations dans les pays pauvres comme un outil de formatage des travailleurs aux normes du travail occidental. Parlant de l’hémisphère américain, elle souligne que " notamment au Mexique, en Haïti et en République dominicaine, ces ouvriers-là forment pour la plupart les gros bataillons des futurs émigrés... ".

Et l’on songe à la colonisation française en Afrique, qui comportait un volet "civilisateur" par l’éducation des "élites" locales. Processus décrit de façon goguenarde par Amadou Hampâté Bâ dans L’étrange destin de Wangrin (Poche, 1999) et tragique par Cheikh Hamidou Kane dans L’aventure ambiguë (10/18, 1971). Les pays d’Afrique devenus ainsi francophones fournissent aujourd’hui les gros bataillons de nos cuisiniers et aide-cuisiniers, manœuvres dans le bâtiment, personnel de sécurité et nounous.

Saskia Sassen conclut sa réflexion sur une prévision inquiète des conséquences des politiques de migration de l’ensemble des pays riches.

De son côté, le PNUD (Programme des Nations Unies pour le développement) renverse la vision des migrations dans son récent rapport Lever les barrières : mobilité et développement humains. Se plaçant du point de vue de celui (ou celle) qui décide de quitter son lieu de naissance, les auteurs analysent les profils des migrants, leurs motivations, les impacts dans les pays de départ et les pays d’arrivée. Un vaste panorama dont nous vous reparlerons.

Martine et Jean-Claude Vernier

Quelques publications de Saskia Sassen

- Saskia Sassen, La globalisation. Une sociologie Traduit de l’anglais par Pierre Guglielmina. Gallimard, 2009, 348 p., 21.85 €

- Saskia Sassen, Guests and Aliens, The New Press, New York, 1999. 195 p.

- Philippe Rygiel, « Compte rendu de Saskia Sassen, Guests and Aliens, 1999 ».

--

Pour consulter la liste des billets de Fini de rire, c’est ici.

Pour être informé par courriel de la mise en ligne des nouveaux billets, on peut envoyer son adresse électronique .

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans Le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte