Fini de rire
Abonné·e de Mediapart

460 Billets

1 Éditions

Billet de blog 15 nov. 2019

Fini de rire
Abonné·e de Mediapart

Observatoire des expulsions de lieux de vie informels : un premier bilan

Face à la faiblesse des données officielles disponibles, et pour mieux asseoir leur dénonciation d'une politique publique inefficace sur le plan social et dramatique sur le plan humain, plusieurs associations actives auprès des personnes contraintes de vivre dans des formes informelles d’habitat ont mis en place un observatoire des expulsions collectives visant ces lieux de vie.

Fini de rire
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Saluons la parution du premier bilan de l'Observatoire interassociatif des expulsions collectives de lieux de vie informels, travail collectif d'observation des expulsions de terrain partout en France, mené par plusieurs partenaires : la Fondation Abbé Pierre, Médecins du Monde, la Ligue des droits de l’Homme, le Collectif National Droits de l’Homme Romeurope, la Plateforme des Soutiens aux migrants, la Fédération nationale des associations solidaires d’action avec les Tsiganes et les Gens du voyage et l’Association Nationale des Gens du Voyage Citoyens.

Ce bilan couvre douze mois, du 1er novembre 2018 au 31 octobre 2019.

En une dizaine de pages d'un texte sobre enrichi de diagrammes parlants, ce rapport coup-de-poing éclaire le contexte national d'expulsions de terrain pour des personnes qui vivent déjà dans des conditions très précaires, expulsions de surcroît souvent sans base légale connue.

TABLE DES MATIÈRES

  • Un observatoire des expulsions collectives de lieux de vie informels : Pourquoi ? Qui en est à l’origine ?

  • Précisions méthodologiques

  • Des procédures nombreuses, peu anticipées et majoritairement non accompagnées de solutions d’hébergement pour les personnes concernées

    • Des expulsions nombreuses

    • Un manque d’anticipation flagrant

    • Des opérations souvent violentes pour les personnes concernées

    • Des bases légales différentes selon les territoires

    • La remise à la rue, principale issue des procédures d’expulsion

    • Les mois de juillet et octobre, des périodes particulièrement propices aux expulsions

  • Un phénomène qui ne touche pas de la même manière tous les territoires et tous les publics

    • Des disparités territoriales importantes

    • Des publics particulièrement sujets aux expulsions

  • Les lieux de vie informels : des réalités diverses

    • L’habitat informel, un phénomène protéiforme

    • Des lieux de vie de petite taille

    • Les lieux occupés, des propriétés publiques dans la majorité des cas

    • Des occupations écourtées par les expulsions

  • Annexe : questionnaire de signalement des expulsions

Lire le rapport.

Informations recueillies par Martine et Jean-Claude Vernier
--
Voir le sommaire complet du blog. Abonné à Mediapart ou non, on peut s'inscrire ici pour être informé par courriel de la mise en ligne de nos nouveaux billets.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Après l’embargo sur le pétrole russe, l’Europe dans le brouillard
Annoncée depuis des mois, la guerre du pétrole contre la Russie est une réalité depuis lundi 5 décembre. L’Europe a engagé un embargo, les membres du G7 imposent un plafonnement du prix du baril à 60 dollars pour les pays tiers. Avec quelles conséquences ? Personne ne sait.
par Martine Orange
Journal
Devant la cour d’appel, Nicolas Sarkozy crie son innocence
Rejugé pour corruption, l’ancien chef de l’État s’en est pris à une enquête illicite selon lui, et a réaffirmé ne rien avoir commis d’illégal en utilisant la ligne téléphonique « Paul Bismuth ».
par Michel Deléan
Journal
Les enjeux d’un second procès à hauts risques pour l’ancien président
Nicolas Sarkozy, l’avocat Thierry Herzog et l’ex-magistrat Gilbert Azibert sont rejugés à partir de lundi devant la cour d’appel de Paris dans l’affaire de corruption dite « Paul Bismuth », et risquent la prison.
par Michel Deléan
Journal — Corruption
Pourquoi les politiques échappent (presque toujours) à l’incarcération
Plusieurs facteurs expliquent la relative mansuétude dont bénéficient les politiques aux prises avec la justice, qui ne sont que très rarement incarcérés, malgré les fortes peines de prison encourues dans les affaires de corruption.
par Michel Deléan

La sélection du Club

Billet de blog
À Brioude, itinéraire d'une entreprise (presque) autonome en énergie
CN Industrie vit en grande partie grâce à l'électricité produit par ses panneaux solaires. Son modèle énergétique est un bon éclairage de ce que pourrait être un avenir largement éclairé par les énergies renouvelables. Rencontre avec son patron précurseur, Clément Neyrial.
par Frédéric Denhez
Billet de blog
L'électricité est-elle un bien commun ?
[Rediffusion] L'électricité est-elle un bien commun, comme Yannick Jadot l'a fait récemment ? La formule produit un effet électoraliste garanti. Mais cette opération rhétorique est sans intérêt s’il s’agit, à partir de la fonction sociale actuelle de l’électricité, de faire apparaître dans le système énergétique des options qui méritent un positionnement politique.
par oskar
Billet de blog
Nationalisation d’EDF : un atout pour la France ?
Le jeudi 24 novembre, c’est dans un contexte bien particulier que le nouveau PDG d’EDF Luc Rémont prend ses fonctions. De lourds dossiers sont sur la table : renationalisation du groupe, relance du parc nucléaire et des renouvelables, négociation avec Bruxelles sur les règles du marché de l’électricité et gestion de la production avant les trois mois d’hiver.
par Bernard Drouère
Billet de blog
Les coupures d'électricité non ciblées, ce sont les inégalités aggravées
Le gouvernement prévoit de possibles coupures d'électricité cet hiver : j'ai vraiment hâte de voir comment seront justifiées l'annulation de trains et la fermeture d'écoles pendant que les remontées mécaniques de Megève ou Courchevel continueront à fonctionner. Non ciblées sur les activités « non essentielles », ces coupures d'électricité pourraient aggraver les inégalités.
par Maxime Combes