Fini de rire
Abonné·e de Mediapart

460 Billets

1 Éditions

Billet de blog 16 nov. 2008

Fini de rire
Abonné·e de Mediapart

Parcours de travailleur étranger

Martine et Jean-Claude Vernier Le dialogue rapporté ci-dessous a eu lieu à l’occasion de l’accompagnement en préfecture d’un jeune travailleur sénégalais, engagé dans une démarche de régularisation à la suite des grèves démarrées au printemps 2008. Loin des idées complaisamment véhiculées sur les étrangers voleurs d’emplois et d’allocations, il éclaire quelques uns des ressorts de la migration : le poids du devoir sur les épaules de certains ou l’art de faire son miel des miettes que leur laisse notre société si peu accueillante.

Fini de rire
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Martine et Jean-Claude Vernier

Le dialogue rapporté ci-dessous a eu lieu à l’occasion de l’accompagnement en préfecture d’un jeune travailleur sénégalais, engagé dans une démarche de régularisation à la suite des grèves démarrées au printemps 2008. Loin des idées complaisamment véhiculées sur les étrangers voleurs d’emplois et d’allocations, il éclaire quelques uns des ressorts de la migration : le poids du devoir sur les épaules de certains ou l’art de faire son miel des miettes que leur laisse notre société si peu accueillante. Cet échange témoigne de l’intelligence, de la noblesse de coeur et du courage de bien de ces travailleurs venus d’ailleurs.Employé dans un restaurant dans les Hauts de Seine, Monsieur S., 35 ans, a participé à un dépôt collectif de demandes de cartes de séjour, suite aux grèves avec occupation organisées depuis avril 2008 par de travailleurs sans papiers, avec le soutien de l’association Droits devant !! et de la CGT. En région parisienne, ces groupes de demandes ont été traitées de façons diverses selon les entreprises et les préfectures. Il y a eu à ce jour un petit millier d’attributions de titres de séjour, certaines par la préfecture du lieu de travail (traitement exceptionnel), d’autres par celle du lieu de résidence (traitement normal). Dans la langue de bois politique, c’est le fameux « cas par cas », par opposition aux « régularisations massives » maintenant interdites dans l’Union Européenne (merci la présidence française). La notion de ‘’massif’’ est toute relative : en Ile de France, environ 1000 régularisations ont été accordées pour environ 2000 dossiers déposés. Or, les travailleurs étrangers privés de titre de séjour s’y comptent par dizaines de milliers.

Monsieur S., quel a été votre parcours depuis votre départ du Sénégal ?

J’ai quitté le village en 1997 parce que nous mourions de faim. Je ne veux pas faire pleurer dans les chaumières, comme vous dites, mais quand je dis ‘’mourir’’, c’est mourir. Deux de mes frères et une sœur y sont restés. J’ai deux familles à nourrir : ma mère et mes cinq frères et soeurs, plus la deuxième famille de mon père et ses sept autres enfants. A la mort de mon père, j’avais 20 ans et ce que je gagnais ne suffisait pas à les faire vivre tous. J’ai donc décidé de partir en France. Etant le fils aîné, je n’avais pas le choix. L’aîné de la deuxième famille de mon père n’avait que dix ans.

Pourquoi la France ?

Parce que je parlais français. Après avoir décidé de partir, j’ai commencé à faire des économies (Soupir) et à fréquenter des Français, qui m’ont dit que dans le bâtiment, en quelques mois ça allait et que c’était bien pour l’argent. Au bout de trois ans j’ai eu assez d’argent. Je suis allé chez le passeur pour le Mali et je l’ai payé.

Vous avez payé cher ?

Je ne peux pas le dire. Je peux juste vous dire que c’était un an de mon salaire d’avant. Je me suis donc retrouvé au Mali, mais mon but c’était la France. Alors je me suis mis à travailler au Mali, dans le bâtiment parce que c’était le seul travail que je pouvais faire sans avoir de formation. Je portais des sacs, je me cassais le dos, mais j’ai commencé à envoyer de l’argent au pays, en continuant à économiser pour repartir. Au bout de deux ans, j’avais de quoi payer un passeur pour la Mauritanie.Mais la Mauritanie a une frontière commune avec le Mali ? Arrêtez de me prendre pour un con ! (Regard noir) La frontière est gardée, pas par les soldats, mais par les passeurs. Si vous essayez de passer par vous-même, vous risquez de prendre une balle. Ils n’hésitent pas à tuer les gens, des dizaines par an. Donc je les ai payés et je suis arrivé en Mauritanie. Et ça m’a pris encore deux ans pour passer au Maroc.

En payant pour passer au Maroc, bien sûr ?

Bien sûr, Monsieur ! Arrivé au Maroc, j’ai trouvé un travail, pas dans le bâtiment, mais dans un restaurant. Une galère : on n’était pas nourris et quand on avait faim, il fallait payer le même prix que les clients (Regard brillant de colère). Comme c’était un restaurant de luxe, en un repas j’aurais mangé une semaine de salaire. Deux ans de Maroc et j’ai eu assez d’argent pour payer un passage dans une pirogue pour l’Espagne.

Et en Espagne ?

Là, c’était encore pire. Impossible de rien trouver, puisque je ne parlais pas espagnol. En Afrique, entre l’arabe - parce que je le parle, monsieur - et des bouts d’anglais, on peut discuter, mais en Espagne… Alors là, la galère, surtout que je devais continuer à envoyer de l’argent au bled. Il est arrivé un moment où je n’avais plus qu’à me vendre. Mais je n’avais pas fait tout ça pour être une salope ! Alors j’ai attendu en crevant de faim et finalement un paysan a eu pitié et m’a embauché pour cueillir des pommes. Un an d’Espagne et je suis arrivé en France. J’espérais le bonheur…

Le bonheur, en France, vraiment ?

Ah oui, Monsieur ! J’ai vite trouvé un travail, au noir, et deux ans plus tard, une grosse boîte de restauration m’a embauché, avec fiches de paie, même en sachant que j’étais sans papiers. J’ai eu deux ans de paix. Il y a quelque temps, j’ai été membre d’un dépôt collectif. Ma demande était faite à la préfecture du 92, où je travaille. Mais la préfecture m’a dit de la déposer à Bobigny parce que j’habite dans le 9-3. Il faut que je le fasse. Vous voyez Monsieur, si je suis renvoyé au pays, je vais être responsable de la mort de dizaines de personnes. Ma famille ne me dit rien, mais je suis certain qu’ils donnent de l’argent autour d’eux. Partout en Afrique, si quelqu’un a faim on lui donne à manger. Et si je reviens au bled sans rien, ils vont me tuer, d’ailleurs c’est tout ce que je mériterais…

Remarque. A l’échelle mondiale, la somme des aides individuelles familiales dépasse de beaucoup le montant de l’Aide Publique au Développement. Au passage, rappelons que la somme trouvée en quelques semaines pour soutenir des centaines de banques indélicates (4000 milliards de $) représente 40 à 50 ans d’Aide Publique au Développement (www.un.org/french/pubs/chronique/2002/numero1/0102p17.html)!

Martine et Jean-Claude Vernier

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

À la Une de Mediapart

Journal
Immigration : le discours de Borne entre « fermeté » et « humanité » ne trompe personne
Les députés et le gouvernement ont débattu mardi soir, sans voter, des orientations du futur projet de loi sur l’asile et l’immigration, annoncé pour le début 2023. Un texte « équilibré », a vanté la première ministre, sans convaincre les oppositions. Profondément divisées.
par Nejma Brahim
Journal
Projet de loi immigration : « Nous sommes sur des propositions racistes »
Le projet de loi immigration, porté par Gérald Darmanin, est discuté mardi 6 décembre à l’Assemblée nationale. L’occasion notamment de revenir sur les chiffres de « la délinquance des étrangers » avancés par le chef de l’État et le ministre de l’intérieur. 
par À l’air libre
Journal — Politique économique
Comment la Macronie a tourné le dos à la rationalité économique
Alors qu’en 2017, Emmanuel Macron se présentait comme le champion de « l’évaluation des réformes », il fait fi des évaluations scientifiques négatives sur sa politique économique. Désormais, sa seule boussole est sa politique en faveur du capital.
par Romaric Godin et Mathias Thépot
Journal — Fil d'actualités
Allemagne : un réseau d’extrême droite voulait attaquer le Parlement
Une vaste opération de la police allemande au sein de groupuscules d’extrême droite et complotistes a conduit mercredi matin au démantèlement d’une cellule projetant des attentats, et qui visait notamment le Bundestag, la chambre basse du Parlement.
par Agence France-Presse

La sélection du Club

Billet de blog
Playlist - Post-punk et variants
Blue Monday infini et températures froides bien en dessous de celles d'Ibiza en hiver. C'est le moment idéal pour glorifier le dieu post-punk et ses progénitures art rock ou dark wave, fournisseurs d'acouphènes depuis 1979. Avec Suicide, Bauhaus, Protomartyr, Bantam lyons, This heat, Devo, Sonic Youth...
par Le potar
Billet de blog
Rap et théorie postcoloniale : sur « Identité remarquable » de Younès Boucif
« Un Arabe qui fait du rap y’a pas grand-chose d’original », rappait Younès dans « J’me rappelle ». Mais quid d’un Arabe qui rappe, joue (au cinéma, au théâtre), écrit des romans, manage et se fait parfois, à ses heures perdues, documentariste ? À l'occasion de la sortie de son album, retour sur la trajectoire d'un artiste aux talents multiples.
par Matti Leprêtre
Billet de blog
Anne Sylvestre : manège ré-enchanté
Tournicoti-tournicota ! On savait l'artiste Anne Sylvestre facétieuse, y compris à l'égard de ses jeunes auditeurs, fabulettement grandis au rythme de ses chansons, alors qu'elle ne cessa pas de s'adresser aussi aux adultes irrésolus que nous demeurons. Presque au point de la croire ressuscitée, grâce à l'initiative de la publication d'un ultime mini album.
par Denys Laboutière
Billet de blog
L'amour trouvera un chemin
Dans la sainte trinité du jazz, et sa confrérie du souffle, on comptait le Père (John Coltrane), le Fils (Pharoah Sanders) et le Saint-Esprit (Albert Ayler). Il est peu dire que le décès de Pharoah Sanders, le 24 septembre dernier, est une grande perte. L'impact de son jeu, du son qu'il a développé, de ses compositions et de sa quête vers la vérité, est immense.
par Arnaud Simetiere