Fini de rire
Abonné·e de Mediapart

460 Billets

1 Éditions

Billet de blog 16 déc. 2021

Fini de rire
Abonné·e de Mediapart

Migrer vers la France : tristes illusions

La même semaine de décembre, voici deux projets de migration vers la France qui s'appuient de façon tragiquement caricaturale sur la légende de la folle générosité de l'accueil.

Fini de rire
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Les associations d'aide aux migrants reçoivent de multiples demandes d'aide concernant leur droit au séjour des étrangers. Nous reproduisons ci-dessous deux échanges engagés à la suite de telles demandes. Il s'agit des projets d'immigration de deux hommes de 23 ans, dont les attentes viennent se fracasser contre le mur des réalités.

Voici ses échanges.
Les réponses aux interrogations des correspondants sont insérées en italiques.

Dimanche 12 décembre 2021

Madame, Monsieur,
Mon petit ami, A. est malaisien. Il a 23 ans et aurait comme projet de venir en France. Plus précisément sur Nantes. Dans un premier temps, il souhaiterait apprendre le français dans une école, et par la suite, travailler et s’installer en France.

Venir travailler en France est un long parcours: il faut trouver un employeur disposé à entreprendre une démarche d'introduction de travailleur étranger. C'est lourd et compliqué.
S'il veut venir comme étudiant, il doit d'abord obtenir une pré-inscription dans une Université en faisant valoir ses diplômes éventuels, puis ensuite une demande de visa de long séjour. Voir ici.

On aurait aimé connaître les dispositions à prendre afin de préparer au mieux son arrivée. Nous avons beaucoup d’interrogations et je ne sais pas vraiment à qui m’adresser. Je vous ai listé ci-dessous certaines questions auxquelles j’aurais aimé avoir une réponse.

À propos du visa/carte de séjour : Quel visa faudrait-il prendre ? Où faire sa demande ? Quels documents faut-il avoir ? En combien de temps va-t-il le recevoir ? Faut-il l’avoir avant d’arriver sur le territoire français ?
Il peut demander un visa de court séjour en s'adressant au consulat de France à Kuala Lumpur.
Sans visa, pas d'entrée régulière en France. Avec ce visa, il ne pourra rester qu'un temps limité en France. S'il reste au delà de la date limite, il se retrouvera sans papiers, c'est-à-dire pratiquement sans aucun droit.

À propos du Covid : Quels vaccins faut-il avoir pour rentrer sur le territoire français ? 
Voir éventuellement avec le consulat le moment venu.

À propos de l’appartement : est-ce qu’il aura le droit de bénéficier d’un petit studio/appartement ? Ou bien d’un logement étudiant ?
S'il a trouvé un employeur pour le faire venir, il se trouvera en France avec les mêmes possibilités qu'un salarié ordinaire.
S'il arrive avec un titre de séjour étudiant, il pourra sans doute faire une demande.

À propos de la rémunération : bénéficiera-t-il d’un petit revenu ou d’une aide particulière ? Si oui, où et vers qui faire la demande ?
Avec un titre de séjour comme salarié ou comme étudiant, il a les mêmes possibilités que les autres habitants; sans titre de séjour, il ne les a pas.

À propos de l’école : est-ce qu’il faut commencer l’inscription dans une école avant qu’il arrive en France ? Combien coûte approximativement une année scolaire pour apprendre le français ?
À lui de contacter des écoles. Il y a un peu partout des possibilités d'apprentissage dans le cadre d'associations.

À propos de son travail : quel genre de métier pourra-t-il exercer ? Quels papiers devra-t-il avoir pour pouvoir être recruté ? Quelles démarches faut-il entreprendre pour être recruté dans une entreprise française ?
Voir ci-dessus: introduction de travailleur étranger.

*
*    *

Mercredi 8 décembre 2021

Bonjour,

Je m'appelle A., j'ai 23 ans, je suis originaire du Cameroun et je suis actuellement au Sénégal.

Je souhaite me rendre au Maroc pour tenter la traversée en Méditerranée, mais sincèrement j'ai peur, car je suis conscient que je risque ma vie en essayant de rejoindre la France par ce moyen dangereux.

Alors je viens auprès de vous car j'ai besoin d'aide.

Je suis orphelin de mère depuis 3 ans et de père depuis 2 ans, j'ai deux petits frères et une petite sœur.

Je suis parti du Cameroun depuis 3 ans aujourd'hui et je vis une vie vraiment inexplicable, j'ai tendance à dire que je vais bien, mais sincèrement je souffre et j'ai vraiment besoin d'aide.

Mon rêve c'est de me rendre en France légalement et trouver du travail pour pouvoir subvenir aux besoins de mes frères car ils en ont eux aussi besoin.

Alors je vous prie de me venir en aide.

Je garde espoir tout en espérant que vous verrez un jour mon message.

Lundi 13 décembre 2021

Bonjour A.

Désolée de devoir vous le dire: votre projet d'entrer en France sans visa est un rêve qui ne vous apportera que des déceptions: en plus des dangers de la traversée, il y a l'incertitude du premier accueil en Europe, qui peut être brutal, avec un risque d'enfermement.

Ensuite, une fois arrivé en France, vous devrez rester sans papiers pendant des années, sans autorisation de travail donc réduit aux plus durs travaux, mal payés et quelquefois pas payés du tout par des patrons malhonnêtes. Vous ne trouverez pas de logement correct - au mieux un squat, et souvent la rue, comme des dizaines de milliers d'étrangers sans papiers, et même de français.

Obtenir un visa en vue d'un titre salarié est presque impossible car il faudrait trouver en France un employeur disposé à faire des démarches compliquées et incertaines.

La France n'est pas accueillante, il faut bien le comprendre. Bien sûr, si vous venez quand même, vous trouverez des associations comme la nôtre pour tenter de vous aider, mais sans pouvoir changer la loi sur le séjour des étrangers, qui est très dure.

Réfléchissez bien: il doit bien y avoir autour de vous, au Sénégal ou au Cameroun, des occasions de travail à saisir pour pouvoir venir en aide à vos frères et soeur.

Essayez de vous orientez autrement, j'ai confiance que vous trouverez de quoi construire votre avenir.

Lundi 13 décembre 2021

Votre message est rempli de haine, de racisme, et d'un manque de soutien indigne de votre association.

Informations recueillies par Martine et Jean-Claude Vernier
--
Voir le sommaire complet du blog.
Abonné à Mediapart ou non, on peut s'inscrire ici pour être informé par courriel de la mise en ligne de nos nouveaux billets.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

À la Une de Mediapart

Journal — Politique économique
Comment la Macronie a tourné le dos à la rationalité économique
Alors qu’en 2017, Emmanuel Macron se présentait comme le champion de « l’évaluation des réformes », il fait fi des évaluations scientifiques négatives sur sa politique économique. Désormais, sa seule boussole est sa politique en faveur du capital.
par Romaric Godin et Mathias Thépot
Journal
Projet de loi immigration : « Nous sommes sur des propositions racistes »
Le projet de loi immigration, porté par Gérald Darmanin, est discuté mardi 6 décembre à l’Assemblée nationale. L’occasion notamment de revenir sur les chiffres de « la délinquance des étrangers » avancés par le chef de l’État et le ministre de l’intérieur. 
par À l’air libre
Journal — Habitat
Faute de logement, des mères restent à l’hôpital avec leurs enfants
À l’hôpital Delafontaine, à Saint-Denis, sept femmes sont accueillies sans raison médicale. En cause : la  saturation de l’hébergement d’urgence. Maïrame, mère d’un bébé de cinq mois, témoigne. 
par Faïza Zerouala
Journal — Travail
Grève chez Sanofi : « Ponctionner les actionnaires pour augmenter les salaires »
Démarré le 14 novembre, le conflit social chez le géant français du médicament touche désormais une quinzaine de sites. Reportage à Montpellier, où les « petits salaires » de l’entreprise sont mobilisés pour une hausse des rémunérations.
par Cécile Hautefeuille

La sélection du Club

Billet de blog
Rap et théorie postcoloniale : sur « Identité remarquable » de Younès Boucif
« Un Arabe qui fait du rap y’a pas grand-chose d’original », rappait Younès dans « J’me rappelle ». Mais quid d’un Arabe qui rappe, joue (au cinéma, au théâtre), écrit des romans, manage et se fait parfois, à ses heures perdues, documentariste ? À l'occasion de la sortie de son album, retour sur la trajectoire d'un artiste aux talents multiples.
par Matti Leprêtre
Billet d’édition
2. B.B. King et la légende de Lucille
Il suffit d’avoir admiré son jeu tout en finesse et en agressivité contenue, d’avoir vécu l’émotion provenant du vibrato magique de sa guitare, d’avoir profité de sa bonhomie joviale et communicative sur scène, de son humilité, et de sa gentillesse, pour comprendre qu’il n’a pas usurpé le titre de King of the Blues.
par Zantrop
Billet de blog
Playlist - Post-punk et variants
Blue Monday infini et températures froides bien en dessous de celles d'Ibiza en hiver. C'est le moment idéal pour glorifier le dieu post-punk et ses progénitures art rock ou dark wave, fournisseurs d'acouphènes depuis 1979. Avec Suicide, Bauhaus, Protomartyr, Bantam lyons, This heat, Devo, Sonic Youth...
par Le potar
Billet de blog
L'amour trouvera un chemin
Dans la sainte trinité du jazz, et sa confrérie du souffle, on comptait le Père (John Coltrane), le Fils (Pharoah Sanders) et le Saint-Esprit (Albert Ayler). Il est peu dire que le décès de Pharoah Sanders, le 24 septembre dernier, est une grande perte. L'impact de son jeu, du son qu'il a développé, de ses compositions et de sa quête vers la vérité, est immense.
par Arnaud Simetiere