Fini de rire
Abonné·e de Mediapart

460 Billets

1 Éditions

Billet de blog 19 nov. 2017

Fini de rire
Abonné·e de Mediapart

Nantes: l'ex-école des Beaux-Arts occupée pour soutenir les mineurs étrangers

Une cinquantaine de mineurs non reconnus dorment à la rue depuis des semaines. Joignant l'action à la dénonciation de cet état de fait, une centaine de militants ont investi l’ancienne école des Beaux-Arts de Nantes pour leur offrir un toit.

Fini de rire
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Une cinquantaine de mineurs non reconnus dorment à la rue depuis des semaines parce que le conseil départemental refuse de leur donner le bénéfice du doute sur leur minorité et attend ainsi un éventuel recours pour les prendre (ou non) en charge.
Ce samedi 18 novembre un collectif de jeunes étudiants a occupé l'ancienne école des Beaux Arts située en plein centre de Nantes. Ils ont organisé l'occupation dans une partie du bâtiment qui s'est avérée encore éclairée et même chauffée. L'école est dans la liste des 15 lieux répertoriés par la ville pour un appel à projet associatif. Cette occupation "par nécessité" met à l'abri tous ces jeunes et vise aussi à leur mettre en place des activités créatives gérées collectivement. L'occupation s'est faite sans aucune dégradation des lieux et sans heurts. Les étudiants ont organisé l'opération et n'ont pas de besoins particuliers que le collectif pourrait satisfaire.

Voir les échos dans la presse locale: Presse Océan; Ouest France, France 3.
Nous vous proposons de marquer notre soutien à cette occupation. Les lieux sont propriété de la ville, qui décidera ou non dans les heures à venir de faire intervenir la police. Si tel était le cas, on compte sur vous tous pour venir exprimer votre désapprobation d'une nouvelle expulsion (qu'on peut supposer sans relogement).

Communiqué par le Collectif sans abri Nantes

Dimanche 19 à 15h: l'évacuation par le police est en cours.

Suite à l'expulsion de l'école des Beaux-Arts, la mairie et le CD ont sorti des communiqués...

Les verts font une conférence de presse demain à 13H devant la mairie au moment de la réunion du bureau municipal pour dénoncer l'évacuation d'aujourd'hui

Une conférence de presse est organisée demain à 12H devant l'école des beaux arts. Conférence qui serait tenue en priorité par les ouvreuses/ouvreurs et avec tout le mouvement associatif derrière, pour dénoncer le scandale des mineurs à la rue quand des lieux comme l'école des beaux arts sont vides.

Voici le communiqué de presse que la LDH a envoyé à la presse ce soir :

Mesdames, Messieurs les rédactrices et rédacteurs en chef

Un groupe d'étudiant-e-s a investi samedi 18 novembre l'école des beaux arts de Nantes pour mettre à l'abri les jeunes migrants, mineurs non accompagnés qui dorment à la rue. Le 19 novembre, ils/elles  étaient évacué-e-s sur ordre de la mairie de Nantes propriétaire des lieux.

Les étudiant-e-s et les associations qui accompagnent ces jeunes au quotidien vous invitent à une conférence de presse lundi 20 novembre, journée internationale des droits de l'enfant, à 12H devant l'école des beaux arts, murée. Nous ferons le point sur la situation de ces jeunes à Nantes et aussi sur la situation de toutes les personnes  qui vivent à la rue alors que des lieux comme cette école sont vides et que les autorités clament haut et fort qu'il n'y a personne à la rue à Nantes.

--

Voir le sommaire complet du blog.

Abonné à Mediapart ou non, on peut s'inscrire ici pour être informé par courriel de la mise en ligne de nos nouveaux billets.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

À la Une de Mediapart

Journal — Politique économique
Comment la Macronie a tourné le dos à la rationalité économique
Alors qu’en 2017, Emmanuel Macron se présentait comme le champion de « l’évaluation des réformes », il fait fi des évaluations scientifiques négatives sur sa politique économique. Désormais, sa seule boussole est sa politique en faveur du capital.
par Romaric Godin et Mathias Thépot
Journal
Projet de loi immigration : « Nous sommes sur des propositions racistes »
Le projet de loi immigration, porté par Gérald Darmanin, est discuté mardi 6 décembre à l’Assemblée nationale. L’occasion notamment de revenir sur les chiffres de « la délinquance des étrangers » avancés par le chef de l’État et le ministre de l’intérieur. 
par À l’air libre
Journal — Habitat
Faute de logement, des mères restent à l’hôpital avec leurs enfants
À l’hôpital Delafontaine, à Saint-Denis, sept femmes sont accueillies sans raison médicale. En cause : la  saturation de l’hébergement d’urgence. Maïrame, mère d’un bébé de cinq mois, témoigne. 
par Faïza Zerouala
Journal — Travail
Grève chez Sanofi : « Ponctionner les actionnaires pour augmenter les salaires »
Démarré le 14 novembre, le conflit social chez le géant français du médicament touche désormais une quinzaine de sites. Reportage à Montpellier, où les « petits salaires » de l’entreprise sont mobilisés pour une hausse des rémunérations.
par Cécile Hautefeuille

La sélection du Club

Billet d’édition
2. B.B. King et la légende de Lucille
Il suffit d’avoir admiré son jeu tout en finesse et en agressivité contenue, d’avoir vécu l’émotion provenant du vibrato magique de sa guitare, d’avoir profité de sa bonhomie joviale et communicative sur scène, de son humilité, et de sa gentillesse, pour comprendre qu’il n’a pas usurpé le titre de King of the Blues.
par Zantrop
Billet de blog
Anne Sylvestre : manège ré-enchanté
Tournicoti-tournicota ! On savait l'artiste Anne Sylvestre facétieuse, y compris à l'égard de ses jeunes auditeurs, fabulettement grandis au rythme de ses chansons, alors qu'elle ne cessa pas de s'adresser aussi aux adultes irrésolus que nous demeurons. Presque au point de la croire ressuscitée, grâce à l'initiative de la publication d'un ultime mini album.
par Denys Laboutière
Billet de blog
L'amour trouvera un chemin
Dans la sainte trinité du jazz, et sa confrérie du souffle, on comptait le Père (John Coltrane), le Fils (Pharoah Sanders) et le Saint-Esprit (Albert Ayler). Il est peu dire que le décès de Pharoah Sanders, le 24 septembre dernier, est une grande perte. L'impact de son jeu, du son qu'il a développé, de ses compositions et de sa quête vers la vérité, est immense.
par Arnaud Simetiere
Billet de blog
Rap et théorie postcoloniale : sur « Identité remarquable » de Younès Boucif
« Un Arabe qui fait du rap y’a pas grand-chose d’original », rappait Younès dans « J’me rappelle ». Mais quid d’un Arabe qui rappe, joue (au cinéma, au théâtre), écrit des romans, manage et se fait parfois, à ses heures perdues, documentariste ? À l'occasion de la sortie de son album, retour sur la trajectoire d'un artiste aux talents multiples.
par Matti Leprêtre