Fini de rire
Abonné·e de Mediapart

460 Billets

1 Éditions

Billet de blog 20 mars 2009

Fini de rire
Abonné·e de Mediapart

Salam, Bienvenue,… Welcome

On s’agite autour du thème du film Welcome, dont le ministre de l’intégration a bénévolement fait la promotion. Pendant ce temps, les forces de l’ordre poursuivent leur travail méthodique de nettoyage des alentours de Calais. En laissant libre cours à leur capacité d’innovation.

Fini de rire
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

On s’agite autour du thème du film Welcome, dont le ministre de l’intégration a bénévolement fait la promotion. Pendant ce temps, les forces de l’ordre poursuivent leur travail méthodique de nettoyage des alentours de Calais. En laissant libre cours à leur capacité d’innovation.

Un message de l’association Salam reçu au matin du 19 mars 2009 nous présente diverses méthodes pour parvenir à l’invisibilité des migrants en transit vers la Grande Bretagne.

Prophylactique : ‘’Aujourd'hui, les forces de l'ordre arrêtaient les migrants à la porte du Pass (service délocalisé de l'hôpital) !!!!!!!! [Elles] ont même pénétré dans l'enceinte, jusqu'à entrer dans la salle d'attente !!!!!!!!!!!!!!!’’

Ethnologique : ‘’Ce matin, les forces de l'ordre ont descendu de force trois migrants afghans au seuil des maisons squattées par les africains, alors que les relations sont tendues entre les diverses communautés. Les africains dénoncent ces méthodes policières et ont su gérer cette situation avec calme. Nous dénoncions depuis plusieurs jours ces nouvelles méthodes policières, où la police arrêtait les africains la nuit pour les descendre dans la partie de la "jungle" occupée par les afghans !’’

Technologique : ‘’Ce matin un hélicoptère a photographié et filmé à très basse altitude les zones dunaires où vivent nos amis migrants. Que va-t-il encore se passer ?’’

Les soutiens-délinquants essaient de se rendre utiles : ‘’Le climat est à l'apaisement entre migrants après une rencontre organisée entre les diverses communautés. (…) Calais se sent plus que jamais terre de non droit.’’

Pour notre part, nous faisons une modeste suggestion : pour réaliser le vœu de rendre la zone étanche, on pourrait l’encercler par une tranchée de 3-4 mètres de profondeur, avec des pointes au fond. Les terrassiers sont sur place, il suffit de les rafl... (pardon) rassembler.

Et si on rendait Calais aux Anglais ? Après tout, qu’ils se débrouillent avec leurs migrants !...On trouverait bien une petite place devant le ministère de l’identité nationale pour réintégrer les Bourgeois de Calais de Rodin.

Martine et Jean-Claude Vernier
--
Pour consulter la liste des billets : Thème du blog.

Pour être informé par courriel de la mise en ligne des nouveaux billets de Fini de rire, on peut s’inscrire via ce site

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Après l’embargo sur le pétrole russe, l’Europe dans le brouillard
Annoncée depuis des mois, la guerre du pétrole contre la Russie est une réalité depuis lundi 5 décembre. L’Europe a engagé un embargo, les membres du G7 imposent un plafonnement du prix du baril à 60 dollars pour les pays tiers. Avec quelles conséquences ? Personne ne sait.
par Martine Orange
Journal
Devant la cour d’appel, Nicolas Sarkozy crie son innocence
Rejugé pour corruption, l’ancien chef de l’État s’en est pris à une enquête illicite selon lui, et a réaffirmé ne rien avoir commis d’illégal en utilisant la ligne téléphonique « Paul Bismuth ».
par Michel Deléan
Journal
Les enjeux d’un second procès à hauts risques pour l’ancien président
Nicolas Sarkozy, l’avocat Thierry Herzog et l’ex-magistrat Gilbert Azibert sont rejugés à partir de lundi devant la cour d’appel de Paris dans l’affaire de corruption dite « Paul Bismuth », et risquent la prison.
par Michel Deléan
Journal — Corruption
Pourquoi les politiques échappent (presque toujours) à l’incarcération
Plusieurs facteurs expliquent la relative mansuétude dont bénéficient les politiques aux prises avec la justice, qui ne sont que très rarement incarcérés, malgré les fortes peines de prison encourues dans les affaires de corruption.
par Michel Deléan

La sélection du Club

Billet de blog
L’électricité, un bien commun dans les mains du marché
Le 29 août dernier, le sénateur communiste Fabien Gay laisse exploser sa colère sur la libéralisation du marché de l’électricité : « Ce sont des requins et dès qu’ils peuvent se goinfrer, ils le font sur notre dos ! ». Cette scène témoigne d’une colère partagée par bon nombre de citoyens. Comment un bien commun se retrouve aux mains du marché ?
par maxime.tallant
Billet de blog
Nationalisation d’EDF : un atout pour la France ?
Le jeudi 24 novembre, c’est dans un contexte bien particulier que le nouveau PDG d’EDF Luc Rémont prend ses fonctions. De lourds dossiers sont sur la table : renationalisation du groupe, relance du parc nucléaire et des renouvelables, négociation avec Bruxelles sur les règles du marché de l’électricité et gestion de la production avant les trois mois d’hiver.
par Bernard Drouère
Billet de blog
L'électricité est-elle un bien commun ?
[Rediffusion] L'électricité est-elle un bien commun, comme Yannick Jadot l'a fait récemment ? La formule produit un effet électoraliste garanti. Mais cette opération rhétorique est sans intérêt s’il s’agit, à partir de la fonction sociale actuelle de l’électricité, de faire apparaître dans le système énergétique des options qui méritent un positionnement politique.
par oskar
Billet de blog
Les coupures d'électricité non ciblées, ce sont les inégalités aggravées
Le gouvernement prévoit de possibles coupures d'électricité cet hiver : j'ai vraiment hâte de voir comment seront justifiées l'annulation de trains et la fermeture d'écoles pendant que les remontées mécaniques de Megève ou Courchevel continueront à fonctionner. Non ciblées sur les activités « non essentielles », ces coupures d'électricité pourraient aggraver les inégalités.
par Maxime Combes