Fini de rire
Abonné·e de Mediapart

460 Billets

1 Éditions

Billet de blog 21 juil. 2009

Fini de rire
Abonné·e de Mediapart

Les expulsions de l’été : et une de ratée!

Le RESF et Médiapart nous l’ont rappelé : avec l’été reviennent les expulsions de sans-papiers. Heureusement les intellectuels tordus ne sont pas tous sur les plages, ni les avocats motivés et efficaces. Ensemble, ils parviennent parfois à stopper la machine, comme le montre cette histoire en 19 jours, plus 32 heures et quatre courriels. 

Fini de rire
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le RESF et Médiapart nous l’ont rappelé : avec l’été reviennent les expulsions de sans-papiers. Heureusement les intellectuels tordus ne sont pas tous sur les plages, ni les avocats motivés et efficaces. Ensemble, ils parviennent parfois à stopper la machine, comme le montre cette histoire en 19 jours, plus 32 heures et quatre courriels.

Dimanche 19 juillet 2009 à 10:46. Courriel n° 1 de RESF 92

Objet : IMPORTANT ET URGENTISSIME : un père expulsé dans une heure et demie

Juean Ronel SAN LOUIS est en cours d’expulsion. Il sera mis à 12 heures sur un avion à destination de Pointe-à-Pitre pour être ensuite conduit en Haïti. Il aurait du être libéré ce soir à 16h55. Un avion rempli de touristes et de vacanciers qui rentrent au pays pour arracher un père à ses deux enfants, l’idée est jolie (…).

Juean Ronel SAN LOUIS est arrivé en France il y a huit ans et réside à Colombes (92) avec sa compagne. Le couple a deux enfants nés en France, Kienly et Kathie. L’aîné, Kienly, entrera à l’école Buffon en septembre. Si leur père est expulsé, la mère et les enfants se trouveront dans le dénuement le plus total. (…) Alors que le père travaillait, nourrissait sa famille et élevait ses enfants, son expulsion va gravement traumatiser les enfants et mettre toute la famille à la charge de la collectivité.

On a une heure et demie pour arrêter la machine à démembrer les familles.

Rappel : sans injures ni diffamation

[Suivent les adresses internet, les numéros de téléphone et de fax du ministère de l’immigration et de l’Elysée, auxquels il est demandé de faire parvenir des demandes courtoises de libération de Juean Ronel.]

Dimanche 19 juillet 2009 à 14:17 Courriel n° 2 de RESF 92

Nous ne connaissons pas encore les détails mais Juean Ronel SAN LOUIS a réussi à refuser d’embarquer.

Le pire est donc évité : un aller simple pour Haïti. La famille n’est cependant pas encore au bout de ses peines puisque Juean Ronel doit comparaître devant le tribunal de Créteil pour refus d’embarquement et situation irrégulière.

Il serait impensable qu’il n’en sorte pas libre. Il serait impensable que la préfecture des Hauts de Seine ne délivre pas de carte de séjour à cet homme et cette femme afin de leur permettre de vivre librement à Colombes avec leurs deux enfants.

Ceux et celles qui le peuvent sont donc invité-es à assister à l’audience de demain. [Suit l’adresse du Tribunal de Grande Instance de Créteil].

Attention : info encore sous réserve. Confirmation sera donnée prochainement sur cette liste.

Dimanche 19 juillet 2009 à 23:59 Courriel n° 3 de RESF 92

Audience confirmée : 13h30 lundi 20/07 au tribunal de Grande Instance de Créteil.

[L’avocate] se réjouit d’avoir quelques « visages pâles » dans la salle pour soutenir son client Juean Ronel San Louis.

Lundi 20 juillet 2009 à 18:52 Courriel n° 4 de RESF 92

Juean Ronel est sorti libre du tribunal de Créteil.

Certes il écope de 3 mois de prison avec sursis pour le simple délit d’avoir refusé d’embarquer et d’abandonner sans ressources sa femme et ses enfants, et on ne peut pas trouver cela juste.

Certes sa régularisation et celle de sa femme restent à gagner. Mais il va retrouver son foyer après 19 jours de séparation et d’angoisse. Mais Ken Ly fera sa rentrée des classes à l’école Buffon de Colombes avec sa mère ET son père à la maison. Mais - une fois de plus - les sinistres manœuvres d’un pouvoir qui démembre les familles (en complète violation de la déclaration des droits de l’enfant pourtant ratifiée par la France) ont été déjouées.

Merci à la CIMADE qui a tiré le signal d’alarme.

Merci à l’ASTI de Colombes qui a accompagné cette famille.

Merci à toutes celles et ceux qui luttent avec RESF contre le démembrement des familles (voir la conférence de presse du 13 juillet sur ce sujet ).

Merci à celles et ceux qui se sont mobilisé-es et notamment aux élus de Colombes qui ont pu faire entendre aujourd’hui au tribunal de Créteil dans des délais très courts (Aïssa Ben Braham, Dominique Frager et Maurice Lobry en tant que représentant du maire).

Et merci enfin à [son] avocate, compétente et impliquée.

Pas merci au Préfet du Val de Marne qui a prononcé l’APRF et dont les services ont refusé même de nous entendre. Pas merci au ministère de l’immigration de la rafle et du drapeau dont la chargée de communication a dit « que nous exagérions peut-être, qu’elle allait étudier le dossier… » et n’a finalement rien fait.

Comme d’habitude, la famille – très émue – remercie tout le monde.

--

Pour consulter la liste des billets : Thème du blog

Pour être informé par courriel de la mise en ligne des nouveaux billets de Fini de rire, on peut envoyer son adresse électronique .

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

À la Une de Mediapart

Journal
Immigration : le discours de Borne entre « fermeté » et « humanité » ne trompe personne
Les députés et le gouvernement ont débattu mardi soir, sans voter, des orientations du futur projet de loi sur l’asile et l’immigration, annoncé pour le début 2023. Un texte « équilibré », a vanté la première ministre, sans convaincre les oppositions. Profondément divisées.
par Nejma Brahim
Journal
Projet de loi immigration : « Nous sommes sur des propositions racistes »
Le projet de loi immigration, porté par Gérald Darmanin, est discuté mardi 6 décembre à l’Assemblée nationale. L’occasion notamment de revenir sur les chiffres de « la délinquance des étrangers » avancés par le chef de l’État et le ministre de l’intérieur. 
par À l’air libre
Journal
Grève à la SNCF : la mobilisation de la base des contrôleurs bouscule les syndicats
Après un premier week-end de grève remarqué, les contrôleurs SNCF menacent de remettre le couvert pour les fêtes de fin d’année si la direction n’accède pas à leurs demandes. Parti d’un collectif « apolitique », ce mouvement déborde les organisations syndicales.
par Khedidja Zerouali
Journal — Politique économique
Comment la Macronie a tourné le dos à la rationalité économique
Alors qu’en 2017, Emmanuel Macron se présentait comme le champion de « l’évaluation des réformes », il fait fi des évaluations scientifiques négatives sur sa politique économique. Désormais, sa seule boussole est sa politique en faveur du capital.
par Romaric Godin et Mathias Thépot

La sélection du Club

Billet de blog
L'amour trouvera un chemin
Dans la sainte trinité du jazz, et sa confrérie du souffle, on comptait le Père (John Coltrane), le Fils (Pharoah Sanders) et le Saint-Esprit (Albert Ayler). Il est peu dire que le décès de Pharoah Sanders, le 24 septembre dernier, est une grande perte. L'impact de son jeu, du son qu'il a développé, de ses compositions et de sa quête vers la vérité, est immense.
par Arnaud Simetiere
Billet de blog
Rap et théorie postcoloniale : sur « Identité remarquable » de Younès Boucif
« Un Arabe qui fait du rap y’a pas grand-chose d’original », rappait Younès dans « J’me rappelle ». Mais quid d’un Arabe qui rappe, joue (au cinéma, au théâtre), écrit des romans, manage et se fait parfois, à ses heures perdues, documentariste ? À l'occasion de la sortie de son album, retour sur la trajectoire d'un artiste aux talents multiples.
par Matti Leprêtre
Billet de blog
Playlist - Post-punk et variants
Blue Monday infini et températures froides bien en dessous de celles d'Ibiza en hiver. C'est le moment idéal pour glorifier le dieu post-punk et ses progénitures art rock ou dark wave, fournisseurs d'acouphènes depuis 1979. Avec Suicide, Bauhaus, Protomartyr, Bantam lyons, This heat, Devo, Sonic Youth...
par Le potar
Billet d’édition
2. B.B. King et la légende de Lucille
Il suffit d’avoir admiré son jeu tout en finesse et en agressivité contenue, d’avoir vécu l’émotion provenant du vibrato magique de sa guitare, d’avoir profité de sa bonhomie joviale et communicative sur scène, de son humilité, et de sa gentillesse, pour comprendre qu’il n’a pas usurpé le titre de King of the Blues.
par Zantrop