Fini de rire
Abonné·e de Mediapart

460 Billets

1 Éditions

Billet de blog 28 janv. 2009

Fini de rire
Abonné·e de Mediapart

Le ministre sortant de l’Immigration instrumentalise les chiffres de l’Aide Médicale d’État

L’Observatoire du droit à la santé des étrangers (ODSE) est un collectif d’associations luttant contre les difficultés rencontrées par les étrangers dans les domaines de l’accès aux soins, du droit au séjour pour raisons médicales et de la protection contre l’éloignement des étrangers malades. Il a diffusé le communiqué suivant pour dénoncer l’étrange amalgame entre accès aux soins et clandestinité opéré par le ministre de l’immigration sortant.

Fini de rire
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

L’Observatoire du droit à la santé des étrangers (ODSE) est un collectif d’associations luttant contre les difficultés rencontrées par les étrangers dans les domaines de l’accès aux soins, du droit au séjour pour raisons médicales et de la protection contre l’éloignement des étrangers malades. Il a diffusé le communiqué suivant pour dénoncer l’étrange amalgame entre accès aux soins et clandestinité opéré par le ministre de l’immigration sortant.Le 13 janvier dernier, Monsieur Hortefeux, évoquant les 45 000 expulsions réalisées depuis 2002, se réjouissait que « pour la première fois depuis une génération, l’immigration clandestine a commencé à décroître en France » [1]. Pour étayer cette affirmation, le ministre s’appuyait sur « la diminution de 4,2 % entre juin 2007 et juin 2008 du nombre de bénéficiaires de l’Aide Médicale d’État », le dispositif qui permet un accès aux soins aux personnes sans-papiers. Déjà en 2008, dans un entretien accordé au Figaro, il avait cité la baisse du nombre des bénéficiaires de l’AME pour attester la baisse du nombre de personnes en situation irrégulière sur le territoire [2]. Nous, associations de malades, de médecins, d’aide aux étrangers, sommes extrêmement choqués de cette instrumentalisation des chiffres de l’AME. D’abord, parce qu’il est intolérable qu’un indicateur d’accès aux soins pour une population fragilisée soit mis en avant pour évaluer l’efficacité d’une politique répressive. Ensuite, parce que cette utilisation est erronée. Le nombre de bénéficiaires de l’AME n’est pas connu avec précision, comme l’indiquent le Conseil interministériel de contrôle de l’immigration (décembre 2007) ainsi que les Inspections générales des finances et des affaires sociales (mai 2007) : cette approximation s’explique notamment par le fait que le dispositif peut comptabiliser des personnes en situation régulière ou la même personne plusieurs fois. Enfin cet amalgame entre chiffres de l’immigration et ceux de l’AME est malhonnête. Rien ne permet de mettre en corrélation directe une baisse du nombre de sans-papiers et une baisse du nombre de bénéficiaires de l’AME. Cette dernière est sans doute au moins autant liée à la politique de maîtrise des flux migratoires et à la multiplication des expulsions, qu’aux restrictions d’accès à l’AME. Si l’AME compte moins de bénéficiaires, ce n’est pas seulement qu’il y aurait moins de personnes en situation irrégulière sur le territoire, mais c’est aussi que l’intensification des interventions policières pour arrêter des sans-papiers les amène à ne plus faire les démarches pour obtenir l’AME. Les personnes ne font plus valoir leurs droits, de peur que cela ne débouche sur une interpellation. D’ailleurs, les restrictions d’accès et le climat répressif avaient à eux seuls déjà entraîné une forte baisse (-14 %) du nombre de bénéficiaires de l’AME, entre décembre 2003 et décembre 2004. Au final, cette instrumentalisation traduit un fort mépris pour la santé publique : en écartant les plus vulnérables de l’accès aux soins, c’est toute la politique française de santé publique qui est mise à mal, ce que le ministre passe sous silence. Car, en utilisant ainsi ce chiffre, M. Hortefeux prend acte, sans s’en inquiéter, des estimations selon lesquelles seul un sans-papier sur deux bénéficie de l’AME. Ainsi, si l’on suit le raisonnement de l’ex-ministre de l’Immigration, plusieurs dizaines de milliers de personnes en France n’ont aucune possibilité d’accès aux soins : cette évolution voulue par le gouvernement, est en train d’empirer. L’ODSE alerte M. Besson, nouveau ministre de l’Immigration, sur les conséquences dramatiques de la politique de son prédécesseur en termes de santé publique. Faire la chasse aux sans-papiers, c’est les éloigner encore davantage de l’accès aux soins. Au lieu de se réjouir de la diminution des bénéficiaires de l’AME, qui est une couverture santé certes encore insuffisante mais trop peu utilisée, il y a urgence à rendre accessible la Couverture Maladie véritablement Universelle à touTEs les personnes qui, pour des raisons financières, ne peuvent accéder aux soins, avec ou sans-papiers. Paris, le 26 janvier 2009Associations signataires : ACT UP-PARIS, AFVS, AIDES, ARCAT, ASSOCIATION PRIMO LEVI, CIMADE, COMEDE, CRETEIL SOLIDARITÉ, GISTI, MEDECINS DU MONDE, MRAP[1] Brice Hortefeux, Déclaration à la presse, 13 janvier 2009[2] Entretien du 19 janvier 2008 au FigaroVous pouvez retrouver ce communiqué sur le site www.odse.eu.org--Pour consulter la liste des billets : Thème du blog
Pour être informé par courriel de la mise en ligne des nouveaux billets de Fini de rire, on peut s’inscrire via le site www.feedburner.com/fb/a/emailverifySubmit?feedId=2801319&loc=fr_FR.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

À la Une de Mediapart

Journal
Immigration : le discours de Borne entre « fermeté » et « humanité » ne trompe personne
Les députés et le gouvernement ont débattu mardi soir, sans voter, des orientations du futur projet de loi sur l’asile et l’immigration, annoncé pour le début 2023. Un texte « équilibré », a vanté la première ministre, sans convaincre les oppositions. Profondément divisées.
par Nejma Brahim
Journal
Projet de loi immigration : « Nous sommes sur des propositions racistes »
Le projet de loi immigration, porté par Gérald Darmanin, est discuté mardi 6 décembre à l’Assemblée nationale. L’occasion notamment de revenir sur les chiffres de « la délinquance des étrangers » avancés par le chef de l’État et le ministre de l’intérieur. 
par À l’air libre
Journal — Politique économique
Comment la Macronie a tourné le dos à la rationalité économique
Alors qu’en 2017, Emmanuel Macron se présentait comme le champion de « l’évaluation des réformes », il fait fi des évaluations scientifiques négatives sur sa politique économique. Désormais, sa seule boussole est sa politique en faveur du capital.
par Romaric Godin et Mathias Thépot
Journal — Amériques
En Argentine, la vice-présidente Kirchner condamnée à 6 ans de prison
Cristina Kirchner a été condamnée mardi à 6 ans de prison, même si son immunité parlementaire l’en préserve, et à une inéligibilité à vie, dans un procès pour fraude et corruption durant ses mandats présidentiels de 2007 à 2015. Elle dénonce une « mafia judiciaire » et un « État parallèle ».
par La rédaction de Mediapart et Agence France-Presse

La sélection du Club

Billet de blog
L'amour trouvera un chemin
Dans la sainte trinité du jazz, et sa confrérie du souffle, on comptait le Père (John Coltrane), le Fils (Pharoah Sanders) et le Saint-Esprit (Albert Ayler). Il est peu dire que le décès de Pharoah Sanders, le 24 septembre dernier, est une grande perte. L'impact de son jeu, du son qu'il a développé, de ses compositions et de sa quête vers la vérité, est immense.
par Arnaud Simetiere
Billet de blog
Playlist - Post-punk et variants
Blue Monday infini et températures froides bien en dessous de celles d'Ibiza en hiver. C'est le moment idéal pour glorifier le dieu post-punk et ses progénitures art rock ou dark wave, fournisseurs d'acouphènes depuis 1979. Avec Suicide, Bauhaus, Protomartyr, Bantam lyons, This heat, Devo, Sonic Youth...
par Le potar
Billet de blog
Rap et théorie postcoloniale : sur « Identité remarquable » de Younès Boucif
« Un Arabe qui fait du rap y’a pas grand-chose d’original », rappait Younès dans « J’me rappelle ». Mais quid d’un Arabe qui rappe, joue (au cinéma, au théâtre), écrit des romans, manage et se fait parfois, à ses heures perdues, documentariste ? À l'occasion de la sortie de son album, retour sur la trajectoire d'un artiste aux talents multiples.
par Matti Leprêtre
Billet de blog
Anne Sylvestre : manège ré-enchanté
Tournicoti-tournicota ! On savait l'artiste Anne Sylvestre facétieuse, y compris à l'égard de ses jeunes auditeurs, fabulettement grandis au rythme de ses chansons, alors qu'elle ne cessa pas de s'adresser aussi aux adultes irrésolus que nous demeurons. Presque au point de la croire ressuscitée, grâce à l'initiative de la publication d'un ultime mini album.
par Denys Laboutière