Fini de rire
Abonné·e de Mediapart

460 Billets

1 Éditions

Billet de blog 28 juil. 2011

Fini de rire
Abonné·e de Mediapart

Les migrants indésirables doivent-ils brûler?

Une tentative d'expulsion express d'étrangers, permise par la nouvelle loi sur l'immigration, a entrainé une immolation par le feu, acte de désespoir heureusement enrayé par un hôtelier attentif.

Fini de rire
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Une tentative d'expulsion express d'étrangers, permise par la nouvelle loi sur l'immigration, a entrainé une immolation par le feu, acte de désespoir heureusement enrayé par un hôtelier attentif.

Des suites de la guerre qui a marqué l'éclatement de la Yougoslavie, la vie de ce jeune couple bosnien, Mirnès et Izeta Hrustic, n'était plus que menaces et persécutions. Ils sont venus en France en août 2009, avec la volonté de construire une vie normale pour leur fille Nella, âgée aujourd'hui de 14 mois. Leur demande d'asile rejetée, ils n'ont pas renoncé à leur recherche d'une vie digne ici.

Mais la Loi et les Préfets sont là pour empêcher une telle chose et, depuis le début de l'année, le RESF de Metz a alerté les autorités et les citoyens sur une situation humaine désespérée et désespérante.

Arrive le lundi 18 juillet, jour de prise d'effet de la nouvelle loi contre les étrangers, qui permet des expulsions sans s'embarrasser de l'intervention de la justice.

A 8 heures du matin, la police vient cueillir Izeta et Nella dans leur abri de fortune, pour les expulser vers un village où il n’y a aucune place pour cette famille en raison de la cohabitation impossible avec la communauté serbe. Mirnès, étant absent à ce moment-là, échappe à l'arrestation.

Dès le mardi 19, c'est la tentative d'expulsion express.

Mais Izeta refuse l'embarquement, et elle et sa fillette sont ramenées au centre de rétention administrative (CRA).

Finalement, le jeudi 21 juillet, elles seront libérées par le Tribunal Administratif de Strasbourg. Des militants de RESF ont dû produire des garanties de représentation et la Police aux frontières (PAF) les a ramenées toutes deux à leur hébergement.

La suite est dans le communiqué de presse du RESF de Metz le 27 juillet 2011, reproduit ci-dessous.

Martine et Jean-Claude Vernier

Le pire a été évité de justesse grâce à l'oreille attentive et au sang-froid de leur hôtelier !

Désespérée, Izeta HRUSTIC a tenté de s'immoler en s'aspergeant d'essence avec Nella dans les bras dans leur chambre d'hôtel.

Alerté par les sanglots, l'hôtelier a regardé la façade de son établissement pour localiser l'origine des pleurs et a vu de la fumée s'échapper au 1e étage. Très rapidement il a saisi son extincteur et a trouvé Izeta et Nella dans un nuage de fumée... A cette heure, elles sont hospitalisées toutes deux ; par chance le feu ne faisait que commencer à prendre.

Nous rappelons que la jeune maman bosniaque avait été interpellée à son domicile le 18 juillet dernier et conduite avec la petite au Centre de Rétention Administrative de Metz. Emmenée dans la nuit qui suivait à Roissy pour prendre un avion à 7 h du matin, Izeta a refusé d'embarquer avec son bébé.

Le Tribunal Administratif de Strasbourg a décidé de les libérer le 21 juillet. Mais revenue chez elle, la jeune mère s'est vu refuser les tickets d'alimentation qui leur permettait de subsister jusqu'alors.

Se sentant traqués par l'administration, indésirables tant dans leur pays que dans celui dans lequel ils demandaient refuge, ce jeune couple avait perdu tout espoir. Ne pouvant supporter de devoir revivre une tentative d'éloignement et de voir son mari contraint de se cacher par crainte de la police, Izeta a décidé d'en finir.

Nombre de citoyens, amis et élus ont pourtant tenté de plaider leur cause auprès du Préfet de Moselle mais sans résultat jusqu'à présent. La politique des quotas imposée par notre gouvernement mène forcément à prendre des décisions ou exécuter des ordres qui peuvent aller à l'encontre des valeurs essentielles de l'humanité et générer des drames.

Isabelle Mire et Anne Noëlle Quillot, marraines de Nella

Contact : 06.71.75.08.48

--

Deux clics: pour les billets récents de Fini de rire et le sommaire complet du blog.

Et un troisième pour être informé par courriel de la mise en ligne des nouveaux billets.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Après l’embargo sur le pétrole russe, l’Europe dans le brouillard
Annoncée depuis des mois, la guerre du pétrole contre la Russie est une réalité depuis lundi 5 décembre. L’Europe a engagé un embargo, les membres du G7 imposent un plafonnement du prix du baril à 60 dollars pour les pays tiers. Avec quelles conséquences ? Personne ne sait.
par Martine Orange
Journal
Devant la cour d’appel, Nicolas Sarkozy crie son innocence
Rejugé pour corruption, l’ancien chef de l’État s’en est pris à une enquête illicite selon lui, et a réaffirmé ne rien avoir commis d’illégal en utilisant la ligne téléphonique « Paul Bismuth ».
par Michel Deléan
Journal
Les enjeux d’un second procès à hauts risques pour l’ancien président
Nicolas Sarkozy, l’avocat Thierry Herzog et l’ex-magistrat Gilbert Azibert sont rejugés à partir de lundi devant la cour d’appel de Paris dans l’affaire de corruption dite « Paul Bismuth », et risquent la prison.
par Michel Deléan
Journal — Corruption
Pourquoi les politiques échappent (presque toujours) à l’incarcération
Plusieurs facteurs expliquent la relative mansuétude dont bénéficient les politiques aux prises avec la justice, qui ne sont que très rarement incarcérés, malgré les fortes peines de prison encourues dans les affaires de corruption.
par Michel Deléan

La sélection du Club

Billet de blog
Les coupures d'électricité non ciblées, ce sont les inégalités aggravées
Le gouvernement prévoit de possibles coupures d'électricité cet hiver : j'ai vraiment hâte de voir comment seront justifiées l'annulation de trains et la fermeture d'écoles pendant que les remontées mécaniques de Megève ou Courchevel continueront à fonctionner. Non ciblées sur les activités « non essentielles », ces coupures d'électricité pourraient aggraver les inégalités.
par Maxime Combes
Billet de blog
À Brioude, itinéraire d'une entreprise (presque) autonome en énergie
CN Industrie vit en grande partie grâce à l'électricité produit par ses panneaux solaires. Son modèle énergétique est un bon éclairage de ce que pourrait être un avenir largement éclairé par les énergies renouvelables. Rencontre avec son patron précurseur, Clément Neyrial.
par Frédéric Denhez
Billet de blog
L’électricité, un bien commun dans les mains du marché
Le 29 août dernier, le sénateur communiste Fabien Gay laisse exploser sa colère sur la libéralisation du marché de l’électricité : « Ce sont des requins et dès qu’ils peuvent se goinfrer, ils le font sur notre dos ! ». Cette scène témoigne d’une colère partagée par bon nombre de citoyens. Comment un bien commun se retrouve aux mains du marché ?
par maxime.tallant
Billet de blog
L'électricité est-elle un bien commun ?
[Rediffusion] L'électricité est-elle un bien commun, comme Yannick Jadot l'a fait récemment ? La formule produit un effet électoraliste garanti. Mais cette opération rhétorique est sans intérêt s’il s’agit, à partir de la fonction sociale actuelle de l’électricité, de faire apparaître dans le système énergétique des options qui méritent un positionnement politique.
par oskar