Fini de rire
Abonné·e de Mediapart

460 Billets

1 Éditions

Billet de blog 29 juil. 2009

Fini de rire
Abonné·e de Mediapart

Les bouges de Calais

Fermeture du lieu d’accueil de Sangatte en 2002, annonce en janvier 2009 du verrouillage des abords de Calais, destruction et reconstruction de la ‘’jungle’’ en juin, accords financiers franco-britanniques pour le développement de moyens plus sophistiqués d’endiguement, plateforme d’aide au retour à la sous-préfecture de Calais,… et aujourd’hui peut-être 2000 exilés, souvent très jeunes, pris dans la nasse. Un édito du Groupe d’information et de soutien des immigrés (GISTI) tente de faire le tour d’un lieu de honte.

Fini de rire
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Fermeture du lieu d’accueil de Sangatte en 2002, annonce en janvier 2009 du verrouillage des abords de Calais, destruction et reconstruction de la ‘’jungle’’ en juin, accords financiers franco-britanniques pour le développement de moyens plus sophistiqués d’endiguement, plateforme d’aide au retour à la sous-préfecture de Calais,… et aujourd’hui peut-être 2000 exilés, souvent très jeunes, pris dans la nasse. Un édito du Groupe d’information et de soutien des immigrés (GISTI) tente de faire le tour d’un lieu de honte.

Extrait de l’éditorial du n° 81 (juillet 2009) de la revue Plein droit du GISTI, La police et les étrangers (1).

« Les migrants en sont réduits à vivre comme des animaux » et « tout le monde s’en fiche », protestait récemment une infirmière de la permanence d’accès au soins de Calais – cet ultime filet de protection au statut ambigu : là comme ailleurs, on préserve pour les

Dans un reportage de mars 2009 intitulé « Le marronnage tragique des demandeurs d’asile en France », l’envoyé spécial du quotidien britannique The Independent n’avait pu s’empêcher de décrire sa propre sidération devant ces « cabanes aussi minuscules que misérables, bricolées à l’aide de caisses de bois, de bâches de plastique et de duvets aussi trempés que pourris ». Se trouvait-il « au milieu d’un camp de réfugiés au Pakistan » ? Non, il était « dans un groupe de tentes fétides cachées dans les broussailles à la périphérie du port français de Calais » [4].

Il serait possible d’égrener encore citations et exemples qui montrent à quel point les espaces de relégation des exilés en France rappellent certains des camps de réfugiés situés dans les régions les plus pauvres de la planète.

[1] « La jungle des mal-lavés », Le Monde, 26 juin 2009.

[2] Le cabinet de M. Besson prétend avoir réglé le problème par l’ouverture (hypothétique) de trois ou quatre cabines de douche à Grande-Synthe, près de Dunkerque, à 40 kilomètres de Calais.

[3] « Le HCR prend ses marques », Nord Littoral, 29 mai 2009.

[4] « The Forgotten People : Plight of the asylum-seekers marooned in France », The Independent (Londres), 28 mars 2009.

[5] « Les hommes invisibles de la côte », Télé Moustique (Belgique), 1er juillet 2009.

> La suite de l'article est .

--

Pour consulter la liste des billets de Fini de rire, c’est ici.

Pour être informé par courriel de la mise en ligne des nouveaux billets, on peut envoyer son adresse électronique .

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

À la Une de Mediapart

Journal — Politique économique
Comment la Macronie a tourné le dos à la rationalité économique
Alors qu’en 2017, Emmanuel Macron se présentait comme le champion de « l’évaluation des réformes », il fait fi des évaluations scientifiques négatives sur sa politique économique. Désormais, sa seule boussole est sa politique en faveur du capital.
par Romaric Godin et Mathias Thépot
Journal
Projet de loi immigration : « Nous sommes sur des propositions racistes »
Le projet de loi immigration, porté par Gérald Darmanin, est discuté mardi 6 décembre à l’Assemblée nationale. L’occasion notamment de revenir sur les chiffres de « la délinquance des étrangers » avancés par le chef de l’État et le ministre de l’intérieur. 
par À l’air libre
Journal — Habitat
Faute de logement, des mères restent à l’hôpital avec leurs enfants
À l’hôpital Delafontaine, à Saint-Denis, sept femmes sont accueillies sans raison médicale. En cause : la  saturation de l’hébergement d’urgence. Maïrame, mère d’un bébé de cinq mois, témoigne. 
par Faïza Zerouala
Journal — Travail
Grève chez Sanofi : « Ponctionner les actionnaires pour augmenter les salaires »
Démarré le 14 novembre, le conflit social chez le géant français du médicament touche désormais une quinzaine de sites. Reportage à Montpellier, où les « petits salaires » de l’entreprise sont mobilisés pour une hausse des rémunérations.
par Cécile Hautefeuille

La sélection du Club

Billet de blog
L'amour trouvera un chemin
Dans la sainte trinité du jazz, et sa confrérie du souffle, on comptait le Père (John Coltrane), le Fils (Pharoah Sanders) et le Saint-Esprit (Albert Ayler). Il est peu dire que le décès de Pharoah Sanders, le 24 septembre dernier, est une grande perte. L'impact de son jeu, du son qu'il a développé, de ses compositions et de sa quête vers la vérité, est immense.
par Arnaud Simetiere
Billet de blog
Playlist - Post-punk et variants
Blue Monday infini et températures froides bien en dessous de celles d'Ibiza en hiver. C'est le moment idéal pour glorifier le dieu post-punk et ses progénitures art rock ou dark wave, fournisseurs d'acouphènes depuis 1979. Avec Suicide, Bauhaus, Protomartyr, Bantam lyons, This heat, Devo, Sonic Youth...
par Le potar
Billet d’édition
2. B.B. King et la légende de Lucille
Il suffit d’avoir admiré son jeu tout en finesse et en agressivité contenue, d’avoir vécu l’émotion provenant du vibrato magique de sa guitare, d’avoir profité de sa bonhomie joviale et communicative sur scène, de son humilité, et de sa gentillesse, pour comprendre qu’il n’a pas usurpé le titre de King of the Blues.
par Zantrop
Billet de blog
Anne Sylvestre : manège ré-enchanté
Tournicoti-tournicota ! On savait l'artiste Anne Sylvestre facétieuse, y compris à l'égard de ses jeunes auditeurs, fabulettement grandis au rythme de ses chansons, alors qu'elle ne cessa pas de s'adresser aussi aux adultes irrésolus que nous demeurons. Presque au point de la croire ressuscitée, grâce à l'initiative de la publication d'un ultime mini album.
par Denys Laboutière