Fini de rire
Abonné·e de Mediapart

460 Billets

1 Éditions

Billet de blog 30 mars 2020

Fini de rire
Abonné·e de Mediapart

Le Portugal régularise temporairement ses immigrés pour les protéger du Covid-19

Partout où le confinement est appliqué se pose la question du sort des populations les plus exposées – dont les travailleurs sans-papiers. Le Portugal y répond de façon pragmatique, en régularisant toutes les personnes qui en avaient fait la demande avant l’entrée en vigueur de l’état d’urgence, observe El País.

Fini de rire
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Face à l’épidémie de Covid-19, le Portugal a décrété l’état d’urgence le 18 mars.

Le gouvernement portugais a pris le 28 mars une série de mesures sociales et économiques pour compenser les effets de l’état d’urgence, déclaré le 18 mars dans le cadre de l’épidémie de Covid-19, rapporte le quotidien espagnol El País.

Parmi ces mesures, la régularisation de tous les immigrés qui avaient introduit une demande. Ils obtiennent ainsi “les mêmes droits que les citoyens portugais”, tant au niveau de l’accès des soins de santé que des aides financières, explique le journal. “Il suffira de produire le document de demande de régularisation pour s’adresser aux services publics de santé, pour signer un contrat de travail, ouvrir un compte courant ou demander l’allocation prévue en cas de suspension du contrat de travail, ou l’allocation extraordinaire destinée aux travailleurs qui doivent rester chez eux pour s’occuper de leurs enfants, parents ou grands-parents.”

La main-d’œuvre du BTP et de l’agriculture

Cette disposition permet en outre de résoudre le problème bureaucratique entraîné par l’état d’urgence : de nombreux services publics étant fermés, dont les services de l’immigration, ils ne seraient pas en mesure d’honorer les rendez-vous accordés précédemment. De même : “les permis de séjour qui arrivaient à échéance sont renouvelés automatiquement.”, précise El País.

Si le gouvernement portugais n’a pas donné d’indication quant au nombre de personnes concernées par cette régularisation, on sait qu’elle “profitera principalement à l’importante communauté brésilienne, aux secteurs de la construction et de l’agriculture – qui s’appuie largement sur la main-d’œuvre asiatique dans le sud du pays.”

Comme l’explique El País, la double vulnérabilité des travailleurs irréguliers face à l’épidémie et aux conséquences du confinement était apparue dès le début du mois de mars, quand un ouvrier agricole népalais positif au coronavirus avait été détecté dans les serres de l’Algarve, dans le sud du pays :

Du jour au lendemain, 79 Népalais ont été confinés dans une école, provoquant chez eux une réaction confuse. Certains d’entre eux se sont enfuis, croyant qu’on les enfermait avant de les renvoyer dans leur pays. On leur a finalement expliqué la motivation sanitaire de ce confinement.”

Ce problème a mis en lumière le cas des personnes en situation irrégulière : “deux semaines plus tard, seuls 18 d’entre eux – les seuls qui se sont avérés positifs au coronavirus – sont toujours confinés dans une école de Faro. Les autres sont retournés travailler dans les serres puisque, s’ils ne travaillaient pas, ils ne gagnaient rien. Ils n’avaient pas droit aux allocations extraordinaires [décrétées dans le cadre de l’état d’urgence].”

À ce jour, le Portugal compte officiellement 5 170 personnes positives au coronavirus et 100 morts.

Source EL PAÍS,  Madrid, relayé par Courrier international.

À LIRE AUSSI Inégalités. Coronavirus : les pauvres seront malades en premier

Informations recueillies par Martine et Jean-Claude Vernier
--
Voir le sommaire complet du blog. Abonné à Mediapart ou non, on peut s'inscrire ici pour être informé par courriel de la mise en ligne de nos nouveaux billets.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

À la Une de Mediapart

Journal
Immigration : le discours de Borne entre « fermeté » et « humanité » ne trompe personne
Les députés et le gouvernement ont débattu mardi soir, sans voter, des orientations du futur projet de loi sur l’asile et l’immigration, annoncé pour le début 2023. Un texte « équilibré », a vanté la première ministre, sans convaincre les oppositions. Profondément divisées entre elles.
par Nejma Brahim
Journal
Un projet de loi aux « propositions racistes »
Alors que le projet de loi sur l’immigration, porté par Gérald Darmanin, s’annonce ultra sécuritaire, nos invitées reviennent, sur le plateau d’«A l'air libre», sur les chiffres de « la délinquance des étrangers » avancés par le chef de l’État et le ministre de l’intérieur. 
par À l’air libre
Journal — Politique économique
Comment la Macronie a tourné le dos à la rationalité économique
Alors qu’en 2017, Emmanuel Macron se présentait comme le champion de « l’évaluation des réformes », il fait fi des évaluations scientifiques négatives sur sa politique économique. Désormais, sa seule boussole est sa politique en faveur du capital.
par Romaric Godin et Mathias Thépot
Journal — Habitat
Faute de logement, des mères restent à l’hôpital avec leurs enfants
À l’hôpital Delafontaine, à Saint-Denis, sept femmes sont accueillies sans raison médicale. En cause : la  saturation de l’hébergement d’urgence. Maïrame, mère d’un bébé de cinq mois, témoigne. 
par Faïza Zerouala

La sélection du Club

Billet d’édition
2. B.B. King et la légende de Lucille
Il suffit d’avoir admiré son jeu tout en finesse et en agressivité contenue, d’avoir vécu l’émotion provenant du vibrato magique de sa guitare, d’avoir profité de sa bonhomie joviale et communicative sur scène, de son humilité, et de sa gentillesse, pour comprendre qu’il n’a pas usurpé le titre de King of the Blues.
par Zantrop
Billet de blog
L'amour trouvera un chemin
Dans la sainte trinité du jazz, et sa confrérie du souffle, on comptait le Père (John Coltrane), le Fils (Pharoah Sanders) et le Saint-Esprit (Albert Ayler). Il est peu dire que le décès de Pharoah Sanders, le 24 septembre dernier, est une grande perte. L'impact de son jeu, du son qu'il a développé, de ses compositions et de sa quête vers la vérité, est immense.
par Arnaud Simetiere
Billet de blog
Anne Sylvestre : manège ré-enchanté
Tournicoti-tournicota ! On savait l'artiste Anne Sylvestre facétieuse, y compris à l'égard de ses jeunes auditeurs, fabulettement grandis au rythme de ses chansons, alors qu'elle ne cessa pas de s'adresser aussi aux adultes irrésolus que nous demeurons. Presque au point de la croire ressuscitée, grâce à l'initiative de la publication d'un ultime mini album.
par Denys Laboutière
Billet de blog
Rap et théorie postcoloniale : sur « Identité remarquable » de Younès Boucif
« Un Arabe qui fait du rap y’a pas grand-chose d’original », rappait Younès dans « J’me rappelle ». Mais quid d’un Arabe qui rappe, joue (au cinéma, au théâtre), écrit des romans, manage et se fait parfois, à ses heures perdues, documentariste ? À l'occasion de la sortie de son album, retour sur la trajectoire d'un artiste aux talents multiples.
par Matti Leprêtre