Flagrant Déni
www.flagrant-deni.fr, dévoiler les rouages de l’impunité policière
Abonné·e de Mediapart

31 Billets

0 Édition

Billet de blog 6 juin 2022

Flagrant Déni
www.flagrant-deni.fr, dévoiler les rouages de l’impunité policière
Abonné·e de Mediapart

Pire que l’IGPN : les « bœufs-carottes » des banlieues

Quelques constats et propositions pour en finir avec l’impunité policière, volet 3/3. A l’ombre de la tristement célèbre inspection nationale, 90 % des plaintes contre la police sont traitées par des « services déontologie » invisibles et encore plus partiaux et inefficaces. La conclusion s’impose : ils doivent disparaître.

Flagrant Déni
www.flagrant-deni.fr, dévoiler les rouages de l’impunité policière
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

© Illustration par Flagrant Déni

Voir la note de Flagrant déni :
Pour en finir avec l’impunité policière : quelques constats et propositions

L’IGPN réitère dans son dernier rapport un constat dont il est temps de tirer les leçons : « La très grande majorité des enquêtes est réalisée par d’autres services de police. L’IGPN n’est saisie que des affaires les plus graves ou les plus retentissantes, soit environ 10 % du total ». Mais alors, où passent les 90 % restantes ? Flagrant déni l’a déjà révélé : elles sont prises en charge par des « services déontologie » au sein de chaque direction départementale de sécurité publique (DDSP). Selon les départements, leur nom et leur taille varie. Les plus petits services sont assurés par une personne qui a aussi d’autres fonctions, comme parfois celle de… chargé de com’ de la police locale (cas de Clermont-Ferrand par exemple).

Violences non médiatisées = enquêtes au rabais

Une circulaire de 2016 précise les critères selon lesquels la justice doit saisir l’IGPN ou les « service déontologie ». Et là, le bât blesse : aux côtés de la « complexité » et de la « gravité » des affaires, leur degré de « sensibilité » doit aussi être pris en compte. L’IGPN ne le cache pas : il s’agit surtout de leur « degré d’exposition médiatique ». En clair, la circulaire prévoit des enquêtes au rabais pour les faits commis hors du champ des caméras. Arthur Naciri, célèbre tabassé de la place Bellecour à Lyon, a eu droit à une enquête de l’IGPN. Quelques mois plus tard, un gamin de 14 ans a subi le même type de blessures. Le procureur confie l’enquête au « service déontologie » : les faits n'ont pas été médiatisés et ont eu lieu… en banlieue lyonnaise. C’est beau l’impartialité de la justice, non ?

Bureau des enquêtes ineffectives

Car l’IGPN, critiquée (à raison) de toutes parts, passe pour un service exemplaire aux côtés de ces bœufs-carottes de l’ombre. Flagrant déni a comparé les deux instances. Le « service déontologie » de Lyon procède en moyenne à 7 fois moins d’auditions. Pire : il n’auditionne presque jamais de policier ! Que dirait-on d’un service de stups qui n’interroge jamais de trafiquants ? C’est qu’en pratique, le « service déontologie » se contente souvent de sous-traiter l’enquête à des collègues des policiers incriminés (voir notre analyse). Pas étonnant dès lors que le taux de classement sans suite observé soit de 100 %. La conclusion s’impose d’elle même : ces services partiaux et inefficaces doivent disparaître.

Lire la suite sur Flagrant-deni.fr

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus

À la Une de Mediapart

Journal — International
Coupe du monde au Qatar : le Mondial de trop
Que le Mondial de foot se joue au Qatar ou ailleurs, l’exaspération démocratique et sociale face à la crise climatique et à l’inégalité des richesses impose aux grandes compétitions de changer de modèle. Il faut documenter et dénoncer la confiscation du football par des instances sportives et politiques ultralibérales. En espérant que les prises de conscience changeront enfin le cours des événements sportifs. 
par Stéphane Alliès
Journal — Sports
Indonésie : au moins 125 morts dans l’une des pires tragédies de l’histoire du foot
Prises au piège entre des supporteurs en colère et une riposte policière disproportionnée, au moins 125 personnes sont mortes piétinées ou asphyxiées dans un stade de la ville de Malang, à Java. 
par La rédaction de Mediapart
Journal — Justice
Blanchiment d’argent : le site Winamax se brûle au jeu
Une enquête judiciaire montre que la plateforme de paris en ligne a violé plusieurs de ses obligations légales en matière de lutte contre le blanchiment d’argent. L’entreprise n’a pas fait le moindre signalement à Tracfin pendant plus de sept ans.
par Yann Philippin et Jean Letellier
Journal — Terrorisme
Ces ratés que « Kill Bil » n’a pas voulu voir
Françoise Bilancini, la directrice de la DRPP, a dénoncé devant ses ministres de tutelle puis devant la représentation nationale, les failles de son service quand il était dirigé par son prédécesseur. Mais elle a omis de leur communiquer les ratés commis depuis qu’elle est à sa tête.
par Matthieu Suc

La sélection du Club

Billet de blog
Artistes, écrivains et journalistes iraniens arrêtés
Une traduction de la chanson « Barayé » (Pour...) du chanteur Shervin Hajipour, arrêté le 29 septembre.
par Mathilde Weibel
Billet de blog
Iran - Pour tous les « pour »
Les messages s'empilent, les mots se chevauchent, les arrestations et les morts s'accumulent, je ne traduis pas assez vite les messages qui me parviennent. En voici un... Lisez, partagez s'il vous plaît, c'est maintenant que tout se joue.
par sirine.alkonost
Billet de blog
Voix d'Iran - « Poussez ! »
À ce stade, même s'il ne reste plus aucun manifestant en vie d'ici demain soir, même si personne ne lève le poing le lendemain, notre vérité prévaudra, car ce moment est arrivé, où il faut faire le choix, de « prendre ou non les armes contre une mer de tourments ».
par sirine.alkonost
Billet de blog
Dernier message de Téhéran
Depuis des années, mon quotidien intime est fait de fils invisibles tendus entre Paris et Téhéran. Ces fils ont toujours été ténus - du temps de Yahoo et AOL déjà, remplacés depuis par Whatsapp, Signal, etc. Depuis les manifestations qui ont suivi la mort de Mahsa, ces fils se sont, un à un, brisés. Mais juste avant le black out, j'avais reçu ce courrier, écrit pour vous, lecteurs de France.
par sirine.alkonost