Flagrant Déni
Dévoiler les rouages de l’impunité policière
Abonné·e de Mediapart

28 Billets

0 Édition

Billet de blog 8 avr. 2022

Suites judiciaires du 7 mars 2020 : enfin une bonne nouvelle

L’un des policiers présumé avoir tabassé Frédéric Leschiera lors de la manif lyonnaise est mis en cause dans le cadre d’une information judiciaire.

Flagrant Déni
Dévoiler les rouages de l’impunité policière
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

© Lefred-Thouron

Lire aussi :
Manifestation carnage : au moins 26 blessé·es

C’est la première bonne nouvelle apportée par la justice dans le dossier du 7 mars 2020 à Lyon. Frédéric Leschiera va être entendu lundi 11 avril par un juge d’instruction, en tant que victime. Une information judiciaire a été ouverte contre un policier identifié, pour violences par personne dépositaire de l’autorité publique. Fait plutôt rare, c’est le procureur lui-même qui a décidé l’ouverture de cette procédure. A Lyon, le dernier cas connu où le parquet a pris une telle décision remonte à près de deux ans. En juin 2020, il avait ouvert une information judiciaire pour le tir de lacrymo ayant blessé un manifestant à la tête. Il faut dire qu’à l’époque, la pression politique sur le sujet était maximale, avec des manifs énormes dans le monde entier contre le racisme d’État et les violences policières. Cette seconde et récente décision du parquet constitue donc une petite victoire. Depuis le départ de Monsieur classement sans suite (l’ancien procureur adjoint Bernard Reynaud), les lignes bougent peut-être enfin un peu ?

La « compagnie départementale d’intervention » en cause

C’est Flagrant déni (à l’époque sous le nom de Comité contre les violences policières), qui avait signalé au procureur les violences subies par Frédéric, militant au syndicat Sud-Solidaires. Sur des dizaines de blessé·es par la police ce jour-là, 6 enquêtes avaient été ouvertes. Les 5 autres ont pour l’instant été classées ou sont en attente de réponse. Frédéric avait été entendu par l’IGPN en juillet 2020. Depuis, malgré les relances de son avocat, il n’avait reçu aucune nouvelle… pendant près de deux ans. Le 7 mars 2020, plusieurs policiers de la compagnie départementale d’intervention (CDI) du Rhône avaient cogné Frédéric à coups de matraque et de pied, y compris sur la tête et quand il était au sol. La scène avait été filmée. La CDI est en quelque sorte une sous-BAC, moins connue mais aux missions assez proches. Ses membres, contrairement aux « baqueux », interviennent en uniforme, et sont d’ailleurs souvent confondus avec les CRS*. La CDI de Lyon est sous les ordres de deux commandants et appartient, comme la BAC, au « service d’ordre public » de la police. Une unité dont, notamment pour le 7 mars 2020, on n’a pas fini d’entendre parler…


* Précision pratique : en maintien de l’ordre, les CRS portent un casque à liseré jaune, les CDI (également appelées CI pour « compagnies d’intervention » dans certains départements), un casque à liseré bleu.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Le jugement consacre la liberté d’informer
Dans un jugement du 6 juillet 2022, le tribunal de Nanterre a condamné l’État pour sa tentative de perquisition des locaux de Mediapart du 4 février 2019, la jugeant « ni nécessaire dans une société démocratique ni proportionnée à l’objectif poursuivi ». Le jugement, très sévère pour le parquet de Paris, consacre aussi la protection des sources.
par Edwy Plenel
Journal
Un archipel anti-guerre russe s’invite à Bures-sur-Yvette
À l’Institut des hautes études scientifiques (IHES) de Bures-sur-Yvette, des mathématiciens ont organisé un symposium en solidarité avec Azat Miftakhov, prisonnier de Poutine. Ce fut l’occasion d’entendre s’élever des voix démocrates russes.
par Antoine Perraud
Journal — Exécutif
À l’Assemblée, Élisabeth Borne invente le « compromis » sans concession
La première ministre a prononcé, mercredi 6 juillet, sa déclaration de politique générale à l’Assemblée nationale. Face aux députés, elle a tenté de tracer les contours d’un quinquennat du « compromis », sans rien céder sur le fond du programme d’Emmanuel Macron.
par Romaric Godin et Ilyes Ramdani
Journal — Europe
Lâché par ses ministres pour un mensonge de trop, Boris Johnson sur le départ
À la suite d’un nouveau scandale, le premier ministre britannique est confronté à une vague de démissions dans son gouvernement et parmi les parlementaires conservateurs. Malgré les appels à partir, Boris Johnson affirme vouloir « continuer ».
par François Bougon

La sélection du Club

Billet de blog
Zadistes de la République !
En entrant à l’Assemblée, Marine Le Pen a déclaré « c’est pas une ZAD ici ! ». Face à l’effondrement en cours du système Terre, et à l’absence de réponse à la hauteur de la part du monde politique, un collectif de militante·s, responsables et élue·s écologistes appellent à la désobéissance civile. Ils et elles enjoignent à créer « toutes les ZAD nécessaires, pourvu qu’elles nous incitent à nous réveiller collectivement » : « Devenons des Zadistes de la République ! »
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Quartier libre des Lentillères : construire et défendre la Zone d’Ecologies Communale
« Si nous nous positionnons aux côtés des Lentillères et de la ZEC, c’est pour ce qu’elles augurent de vraies bifurcations, loin des récits biaisés d’une transformation urbaine encore incapable de s’émanciper des logiques délétères de croissance, d’extractivisme et de marchandisation. » Des architectes, urbanistes, batisseurs, batisseuses publient une tribune de soutien aux habitants et habitantes du Quartier libre des Lentillères à Dijon.
par Défendre.Habiter
Billet de blog
ZAD contre la bétonisation d'un espace agricole de 2,23 ha à Orcet en Puy-de-Dôme
Détruire un espace maraîcher, de verger et de champs cultivés pour bétonner est le projet du maire d'Orcet qui inquiète sa population enfin au parfum grâce à l'action du collectif StopUrba63 appuyé par ANV-COP21, organisateurs de la manifestation réussie du 4 juillet dans le bourg. Il est plus que temps pour ses habitants de refuser cette bétonisation qui va en détruire un joyau précieux.
par Georges-André
Billet de blog
L’usine occupée des Murs-à-Pêches à Montreuil : Zone à dépolluer et Zone à défendre
Depuis le 2 avril dernier : les 45 habitants et les 27 collectifs qui occupent l’ancienne usine depuis septembre 2020 sont expulsables manu militari sans médiation, sans délai, ni solution de secours. Cette occupation multiforme et créative permet pourtant de maintenir ouvert un débat public indispensable sur la dépollution de ce site et son avenir.
par collectif "Garde la Pêche, Montreuil"