Flagrant Déni
www.flagrant-deni.fr, dévoiler les rouages de l’impunité policière
Abonné·e de Mediapart

38 Billets

0 Édition

Billet de blog 18 oct. 2022

Flagrant Déni
www.flagrant-deni.fr, dévoiler les rouages de l’impunité policière
Abonné·e de Mediapart

Naïm et la proc’ qui ne savait pas lire

Lors de l’audience vendredi dernier, la justice a reproché les lacunes de l’enquête… à la victime. La procureure adjointe Karine Malara n’a pas lu le PV où Naïm se plaignait de violences policières. Récit d’une audience hallucinante.

Flagrant Déni
www.flagrant-deni.fr, dévoiler les rouages de l’impunité policière
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Voir aussi :

Naïm face à la police : main tendue, patates dans la tête

Selon que vous serez policier ou misérable…*

Vendredi 14 octobre, la 13ème chambre correctionnelle de Lyon a donné un cours de droit « spécial banlieues » à Naïm. Il était accusé de rébellion, d'outrages et de menaces de mort envers 5 fonctionnaires de police. On pouvait s’attendre à ce que la procureure adjointe Karine Malara rappelle que « ce n’est pas le procès des policiers », comme elle l’a d’ailleurs fait. Mais on ne s’attendait pas à un tel déchaînement verbal. Car dans sa lancée, la magistrate n’a pas pu s’empêcher de « reclasser sans suite » la plainte de Naïm. Première leçon : « La plainte est vouée à l’échec quand on dépose en mai pour des faits de janvier ». Un conseil très ironique quand on sait que le parquet de Lyon met plusieurs mois… pour simplement lire les plaintes qui lui arrivent.

Ensuite, Naïm s’entend reprocher de ne pas avoir fait citer (à ses frais bien sûr) un témoin qui confirme son récit des faits. Or, non seulement ses avocat·es ont joint à la procédure une attestation du témoin en question, mais ont aussi demandé au parquet de le faire entendre dans le cadre de l’enquête… en vain. Lors de son interrogatoire, la présidente Coralie Chirol a elle aussi pointé les lacunes de l’enquête pour mieux les reprocher à la victime. « Monsieur, vous joignez une photo d’un pull déchiré, mais rien ne prouve que c’est bien le pull que vous portiez ce jour-là ». Naïm se plaint en effet que la scène a commencé quand un des policiers l’a tiré violemment par derrière, ce qui a déchiré son vêtement. Dans sa plaidoirie, l’une des avocat·es de Naïm rappelle que les policiers l’ayant placé en garde-à-vue l’ont photographié en T-shirt, tout en « oubliant » de photographier le pull…

Dossier réinventé à la barre

La présidente : « En garde à vue le médecin vous a ausculté ? – Il m’a demandé de lever mon T-shirt mais j’ai refusé, à cette époque je faisais 110 kgs j’étais très complexé. – Monsieur si on a des blessures on lève son T-shirt et on les montre au médecin qui est là pour vous ». La justice oublie bien vite qu’un autre certificat, établi par le médecin de Naïm, atteste de « contusions sur la totalité de son corps », et que de toutes façons, les blessures constatées n’ont jamais été expliquées par l’enquête (voir notre article ici). Au cours de son réquisitoire, la procureure adjointe a largement réinventé le dossier (que Flagrant déni a pu consulter dans son intégralité). Sur le contexte d’abord. La magistrate reproche à Naïm et son ami d’avoir « entravé l’action de la police », qui recherchait un fuyard dans le quartier : « il s’est mis sur le chemin de policiers alors qu’il n’était pas concerné ». On croit cauchemarder : dans la procédure, il est attesté que c’est Naïm et son ami qui ont fait l’objet d’un contrôle d’identité deux fois, coup sur coup, en quelques minutes d’intervalles !

Mais le pire vient pour la fin. Selon la procureure adjointe, Naïm aurait « changé sa stratégie de défense au moment de déposer plainte ». Accusant les policiers de violences « pour couvrir son comportement », « il va remanier sa façon de présenter les choses ». Car, selon la proc’ : « en garde à vue il ne se plaint pas de violences policières ». Cette phrase fournit la clef de compréhension d’une justice aveugle au sens littéral du terme. Page 2 du PV d’audition, Naïm raconte : « j’ai eu des prises du sommeil, des coups dans le ventre, dans le genou […], j’ai pas compris ce déchaînement de haine et de violences […], quand je me trouvais à 4 pattes, les policiers ont continué à me rouer de coups […], à partir de là c’était encore plus violent [un policier] m’a attrapé par le cou et m’a serré pendant 40 secondes, je me sentais partir au bout de 30-40 secondes, et pendant tout ce temps-là, je mangeais des patates ». Selon le droit, sur la base de ce PV, le parquet aurait dû déclencher une enquête d’office, même sans plainte de Naïm. Mais c’est bien sûr à condition que les magistrats sachent lire.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
À Saint-Étienne, le maire et le poison de la calomnie
Dans une enquête que Gaël Perdriau a tenté de faire censurer, Mediapart révèle que le maire de Saint-Étienne a lancé une rumeur criminelle, dont il reconnaît aujourd’hui qu’il s’agit d’une pure calomnie, contre le président de région Laurent Wauquiez. À l’hôtel de ville, des anciens collaborateurs décrivent un quotidien empoisonné par la rumeur, utilisée comme un instrument politique.
par Antton Rouget
Journal — France
L’encombrant compagnon de la ministre Pannier-Runacher
Des membres du ministère d’Agnès Pannier-Runacher sont à bout : son compagnon, Nicolas Bays, sans titre ni fonction, ne cesse d’intervenir pour donner des ordres ou mettre la pression. En outre, plusieurs collaborateurs ont confié à Mediapart avoir été victimes de gestes déplacés de sa part il y a plusieurs années à l’Assemblée nationale. Ce que l’intéressé conteste.
par Lénaïg Bredoux, Antton Rouget et Ellen Salvi
Journal
À Bruxelles, la France protège la finance contre le devoir de vigilance
Dans une note confidentielle, la France supprime toute référence au secteur financier dans la définition de la « chaîne d’activités » couverte par le devoir de vigilance dans la directive européenne en préparation. Bercy dément vouloir exonérer les banques. Les États se réunissent jeudi 1er décembre à ce sujet. 
par Jade Lindgaard
Journal
Morts aux urgences, pédiatrie sous l’eau, grève des libéraux : la santé au stade critique
Covid, grippe, bronchiolite : l’hôpital public vacillant affronte trois épidémies. En pédiatrie, dix mille soignants interpellent le président de la République. Côté adultes, les urgentistes ont décidé de compter leurs morts sur les brancards. Et au même moment, les médecins libéraux lancent une grève et promettent 80 % de cabinets fermés.
par Caroline Coq-Chodorge

La sélection du Club

Billet de blog
L’animal est-il un humain comme les autres ?
Je voudrais ici mettre en lumière un paradoxe inaperçu, et pour commencer le plus simple est de partir de cette célèbre citation de Deleuze tirée de son abécédaire : « J’aime pas tellement les chasseurs, mais il y a quelque chose que j’aime bien chez les chasseurs : ils ont un rapport animal avec l’animal. Le pire étant d’avoir un rapport humain avec l’animal ».
par Jean Galaad Poupon
Billet de blog
Abattage des animaux à la ferme. Nous demandons un réel soutien de l’Etat
Solidarité avec Quand l’Abattoir Vient A la Ferme : Depuis 2019, la loi autorise les éleveurs, à titre expérimental, à abattre leurs animaux à la ferme. Ils n’ont toutefois bénéficié d’aucuns moyens dédiés et doivent tout à la fois assurer les études technique, financière, économique, sanitaire. Respecter les animaux de ferme est une exigence collective. Nous demandons un réel soutien de l’État.
par Gaignard Lise
Billet de blog
Noémie Calais, éleveuse : ne pas trahir l’animal
Noémie Calais et Clément Osé publient « Plutôt nourrir » qui aborde sans tabou et avec clarté tous les aspects de l’élevage paysan, y compris la bientraitance et la mort de l’animal. Entretien exclusif avec Noémie.
par YVES FAUCOUP
Billet de blog
Le cochon n'est pas un animal
Pour nos parlementaires, un cochon séquestré sur caillebotis dans un hangar n'est pas un animal digne d'être protégé. C'est pourquoi ils proposent une loi contre la maltraitance animale qui oublie la grande majorité des animaux (sur)vivant sur notre territoire dans des conditions indignes. Ces élus, issus des plus beaux élevages politiciens, auraient-ils peur de tomber dans l'« agribashing » ?
par Yves GUILLERAULT