Flagrant Déni
www.flagrant-deni.fr, dévoiler les rouages de l’impunité policière
Abonné·e de Mediapart

31 Billets

0 Édition

Billet de blog 19 sept. 2022

Flagrant Déni
www.flagrant-deni.fr, dévoiler les rouages de l’impunité policière
Abonné·e de Mediapart

Procès de la BAC de Lyon : aux castagneurs, la patrie reconnaissante

La justice traîne, et l’administration se tait. Deux ans après la conclusion de l’enquête, les policiers mis en cause dans l’agression d’Arthur courent toujours. Pire : nombre d’entre eux ont été promus.

Flagrant Déni
www.flagrant-deni.fr, dévoiler les rouages de l’impunité policière
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Lire cet article sur Flagrant-deni.fr

Ce jeudi, le 5ème procès de la BAC de Lyon, accusée d’avoir tabassé Arthur en décembre 2019, va rouvrir. L’enquête judiciaire avait pourtant été conclue en avril 2020 : il y a plus de deux ans et demie. En parallèle, la police des polices avait ouvert une enquête administrative, aux fins de prendre des éventuelles sanctions internes. D’après la direction générale de la police nationale (DGPN) à Paris, cette enquête a été « transmise à l'autorité administrative ». On n’en saura pas plus : ladite « autorité administrative » a refusé de répondre à nos questions (voir méthodo).

Seule bribe d’info : cet été, la Commission d’accès aux documents administratifs (CADA) a annoncé à Flagrant déni que, d’après le ministère de l’Intérieur, cette enquête porte sur « sept agents de police nommément désignés ». La justice, elle, ne voit toujours que deux coupables. Mais qui sont ces 7 agents ? Qu’est-ce que la hiérarchie leur reproche ? Le mystère reste entier : le ministère a refusé de rendre public le document, et la CADA lui a donné raison, au motif que la communication du rapport « porterait préjudice » aux 7 agents.

Sanctions disciplinaires au tribunal ?

Flagrant déni a cependant pu suivre le parcours de quelques acteurs de cette affaire. Le moins qu’on puisse dire, c’est que leurs fautes ne leur ont pas « porté préjudice » :

Jérémy M., qui a agressé Arthur sans raison valable (et dont le père est lui aussi un policier amateur de castagne) est monté en grade : il est passé brigadier en juillet 2021, un an après la conclusion de l’enquête judiciaire.

Son collègue Sylvain P., prévenu d’avoir abusivement matraqué Arthur, continue en 2022 de participer aux jurys de formation des policiers, portant notamment sur le thème « techniques et sécurité en intervention ».

Le commandant Jean-Pierre B., qui a assisté à l’agression sans dénoncer ses collègues, siège aux côtés de Sylvain P. dans les mêmes jurys, où l’on évoque également « le traitement des transgressions dans l'application des règles et des ordres ».

Le commissaire divisionnaire David Picot, chef-d’état-major de la police lyonnaise, responsable de la « cellule déontologie » alors qu’il a menti à l’IGPN et couvert les policiers mis en cause, est toujours à son poste. Il a été promu commissaire général en juin 2021

Au moins pour les deux policiers poursuivis au tribunal, la justice pourrait se substituer à la hiérarchie et prononcer une exclusion définitive ou temporaire de la police. D’autres tribunaux l’ont déjà fait. Mais pour ça, il faudrait que la justice lyonnaise sorte de sa léthargie.


Méthodo :

Le 26 août, la Direction générale de la police nationale (DGPN) nous a répondu par mail que « l'enquête administrative a été transmise à l'autorité administrative ». 

Ironie de l’histoire : pour les commissaires, c’est la DGPN elle-même qui est « autorité administrative » compétente en matière disciplinaire. La DGPN renvoie donc… à la DGPN. Relancée par courriel le 1er septembre, elle n’a pas répondu à nos questions.

Pour les personnels de « base », c’est le préfet de chaque « zone de défense » (en gros le préfet de Région) qui est responsable disciplinaire. Sollicité par courriel le 1er septembre, le préfet du Rhône a répondu : « Cette affaire fait l'objet d'une enquête judiciaire non jugée définitivement. Par conséquent nous ne pouvons répondre à vos questions ». Un argument purement spécieux : les deux procédures sont totalement distinctes. La lenteur de la justice est bien pratique.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — International
Coupe du monde au Qatar : le Mondial de trop
Que le Mondial de foot se joue au Qatar ou ailleurs, l’exaspération démocratique et sociale face à la crise climatique et à l’inégalité des richesses impose aux grandes compétitions de changer de modèle. Il faut documenter et dénoncer la confiscation du football par des instances sportives et politiques ultralibérales. En espérant que les prises de conscience changeront enfin le cours des événements sportifs. 
par Stéphane Alliès
Journal — Sports
Indonésie : au moins 125 morts dans l’une des pires tragédies de l’histoire du foot
Prises au piège entre des supporteurs en colère et une riposte policière disproportionnée, au moins 125 personnes sont mortes piétinées ou asphyxiées dans un stade de la ville de Malang, à Java. 
par La rédaction de Mediapart
Journal — Justice
Blanchiment d’argent : le site Winamax se brûle au jeu
Une enquête judiciaire montre que la plateforme de paris en ligne a violé plusieurs de ses obligations légales en matière de lutte contre le blanchiment d’argent. L’entreprise n’a pas fait le moindre signalement à Tracfin pendant plus de sept ans.
par Yann Philippin et Jean Letellier
Journal — Terrorisme
Ces ratés que « Kill Bil » n’a pas voulu voir
Françoise Bilancini, la directrice de la DRPP, a dénoncé devant ses ministres de tutelle puis devant la représentation nationale, les failles de son service quand il était dirigé par son prédécesseur. Mais elle a omis de leur communiquer les ratés commis depuis qu’elle est à sa tête.
par Matthieu Suc

La sélection du Club

Billet de blog
Dernier message de Téhéran
Depuis des années, mon quotidien intime est fait de fils invisibles tendus entre Paris et Téhéran. Ces fils ont toujours été ténus - du temps de Yahoo et AOL déjà, remplacés depuis par Whatsapp, Signal, etc. Depuis les manifestations qui ont suivi la mort de Mahsa, ces fils se sont, un à un, brisés. Mais juste avant le black out, j'avais reçu ce courrier, écrit pour vous, lecteurs de France.
par sirine.alkonost
Billet de blog
Iran - Pour tous les « pour »
Les messages s'empilent, les mots se chevauchent, les arrestations et les morts s'accumulent, je ne traduis pas assez vite les messages qui me parviennent. En voici un... Lisez, partagez s'il vous plaît, c'est maintenant que tout se joue.
par sirine.alkonost
Billet de blog
Voix d'Iran - « Poussez ! »
À ce stade, même s'il ne reste plus aucun manifestant en vie d'ici demain soir, même si personne ne lève le poing le lendemain, notre vérité prévaudra, car ce moment est arrivé, où il faut faire le choix, de « prendre ou non les armes contre une mer de tourments ».
par sirine.alkonost
Billet de blog
Appelons un chat un chat !
La révolte qui secoue l'Iran est multi-facettes et englobante. Bourrée de jeunesse et multiethnique, féminine et féministe, libertaire et anti-cléricale. En un mot moderne ! Alors évitons de la réduire à l'une de ces facettes. Soyons aux côtés des iranien.nes. Participons à la marche solidaire, dimanche 2 octobre à 15h - Place de la République.
par moineau persan