Flagrant Déni
www.flagrant-deni.fr, dévoiler les rouages de l’impunité policière
Abonné·e de Mediapart

38 Billets

0 Édition

Billet de blog 26 sept. 2022

Flagrant Déni
www.flagrant-deni.fr, dévoiler les rouages de l’impunité policière
Abonné·e de Mediapart

BAC de Lyon : aux castagneurs, la patrie reconnaissante (suite)

Même pour l’IGPN et le procureur, les deux agents de la BAC ont commis des violences « incompréhensibles ». Pourtant au procès, les policiers ont affirmé avoir agi en toute légalité. L’institution policière semble d’accord : ils sont désormais formateurs en techniques d’intervention.

Flagrant Déni
www.flagrant-deni.fr, dévoiler les rouages de l’impunité policière
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Lire cet article sur Flagrant-deni.fr

Au procès du 22 septembre, l’avocat d’Arthur Naciri demande au policier de la BAC Jérémy M. : « Si c’était à refaire, vous le referiez ? ». Le réponse jaillit du tac au tac : « Si c’était à refaire, je suis sûr que votre client ne passerait pas devant moi ». Stupeur dans la salle. Même face à la justice, le sentiment d’impunité est profondément ancré dans les têtes policières. Il faut dire que l’institution sait ménager ses agents. Le commissaire Pancrazi, chef du « service d’ordre public » du Rhône, et donc supérieur hiérarchique de la BAC, a assisté à presque toute l’audience, au milieu de la quarantaine de fonctionnaires venus en soutien.

Surtout, les deux prévenus ont avoué qu’ils n’ont pour l’instant fait l’objet d’aucune sanction disciplinaire. Une commission disciplinaire s’est réunie « en novembre 2021 » lâche Jérémy M. Elle a proposé un « blâme » (sic) pour l’un comme pour l’autre. « On nous reproche de ne pas avoir fait remonter l’information à la hiérarchie » (re-sic) détaille Sylvain P. « Notre avancement serait bloqué pendant 3 ans ». Jérémy M. lui, a déjà obtenu une promotion depuis les faits, avant la commission de discipline. « Mais pour l’instant, la direction centrale qui est notre autorité hiérarchique, n’a pas prononcé la sanction ». C’est en effet à elle que revient le pouvoir de suivre (ou pas) la proposition de la commission disciplinaire. 

Tabasseurs formateurs

Jérémy M. a quitté la BAC il y a « neuf mois » pour devenir « FTSI » c’est à dire formateur en techniques de sécurité et d’intervention. Idem pour Sylvain P., qui a quitté la BAC en juin dernier. Il explique qu’il aurait préféré « rester dans des unités opérationnelles » sur le terrain mais « ce n’est pas ce qui a été retenu ». Fait rarissime, même le procureur adjoint Alain Grellet, tout comme l’IGPN d’ailleurs, estime qu’ils ont commis des violences « inconsidérées et incompréhensibles ». Jérémy M. a commis un passage à l’acte (agripper Arthur comme s’il voulait l’interpeller) dans lequel « la nécessité n’existait pas ». Autrement dit, il n’y avait aucune raison d’utiliser la violence. 

Mais le policier persiste : « Je ne vois pas ce que j’aurais pu faire d’autre. J’aurais pu utiliser du spray lacrymo mais ça aurait touché d’autres personnes autour ». On croit rêver. Sylvain P. lui, a matraqué Arthur à 5 reprises. Pour le procureur, « ce n’était pas proportionné vu le nombre et le gabarit des policiers présents ». Sylvain P. reste droit comme son bâton télescopique : « j’entends ce que dit l’IGPN, mais pour moi j’avais pas d’autre solution ». Grâce à l’institution, ces deux agents sans scrupule forment désormais leurs collègues sur les conditions d’emploi de la force. Le jugement a été mis en délibéré au 24 novembre. La justice décidera-t-elle de les empêcher d’exercer ? Il y a peu de chances, car le procureur n’a rien requis de tel.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
À Saint-Étienne, le maire et le poison de la calomnie
Dans une enquête que Gaël Perdriau a tenté de faire censurer, Mediapart révèle que le maire de Saint-Étienne a lancé une rumeur criminelle, dont il reconnaît aujourd’hui qu’il s’agit d’une pure calomnie, contre le président de région Laurent Wauquiez. À l’hôtel de ville, des anciens collaborateurs décrivent un quotidien empoisonné par la rumeur, utilisée comme un instrument politique.
par Antton Rouget
Journal — France
L’encombrant compagnon de la ministre Pannier-Runacher
Des membres du ministère d’Agnès Pannier-Runacher sont à bout : son compagnon, Nicolas Bays, sans titre ni fonction, ne cesse d’intervenir pour donner des ordres ou mettre la pression. En outre, plusieurs collaborateurs ont confié à Mediapart avoir été victimes de gestes déplacés de sa part il y a plusieurs années à l’Assemblée nationale. Ce que l’intéressé conteste.
par Lénaïg Bredoux, Antton Rouget et Ellen Salvi
Journal
À Bruxelles, la France protège la finance contre le devoir de vigilance
Dans une note confidentielle, la France supprime toute référence au secteur financier dans la définition de la « chaîne d’activités » couverte par le devoir de vigilance dans la directive européenne en préparation. Bercy dément vouloir exonérer les banques. Les États se réunissent jeudi 1er décembre à ce sujet. 
par Jade Lindgaard
Journal
Morts aux urgences, pédiatrie sous l’eau, grève des libéraux : la santé au stade critique
Covid, grippe, bronchiolite : l’hôpital public vacillant affronte trois épidémies. En pédiatrie, dix mille soignants interpellent le président de la République. Côté adultes, les urgentistes ont décidé de compter leurs morts sur les brancards. Et au même moment, les médecins libéraux lancent une grève et promettent 80 % de cabinets fermés.
par Caroline Coq-Chodorge

La sélection du Club

Billet de blog
Canicule : transformer nos modes d’élevage pour un plus grand respect des animaux
L’association Welfarm a mené cet été la campagne « Chaud Dedans ! » pour alerter sur les risques que font peser les vagues de chaleur sur la santé et le bien-être des animaux d’élevage. Après des enquêtes sur le terrain, des échanges avec les professionnels de l’élevage, des discussions avec le gouvernement, des députés et des eurodéputés, Welfarm tire le bilan de cet été caniculaire.
par Welfarm
Billet de blog
Le cochon n'est pas un animal
Pour nos parlementaires, un cochon séquestré sur caillebotis dans un hangar n'est pas un animal digne d'être protégé. C'est pourquoi ils proposent une loi contre la maltraitance animale qui oublie la grande majorité des animaux (sur)vivant sur notre territoire dans des conditions indignes. Ces élus, issus des plus beaux élevages politiciens, auraient-ils peur de tomber dans l'« agribashing » ?
par Yves GUILLERAULT
Billet de blog
Noémie Calais, éleveuse : ne pas trahir l’animal
Noémie Calais et Clément Osé publient « Plutôt nourrir » qui aborde sans tabou et avec clarté tous les aspects de l’élevage paysan, y compris la bientraitance et la mort de l’animal. Entretien exclusif avec Noémie.
par YVES FAUCOUP
Billet de blog
Abattage des animaux à la ferme. Nous demandons un réel soutien de l’Etat
Solidarité avec Quand l’Abattoir Vient A la Ferme : Depuis 2019, la loi autorise les éleveurs, à titre expérimental, à abattre leurs animaux à la ferme. Ils n’ont toutefois bénéficié d’aucuns moyens dédiés et doivent tout à la fois assurer les études technique, financière, économique, sanitaire. Respecter les animaux de ferme est une exigence collective. Nous demandons un réel soutien de l’État.
par Gaignard Lise