"Lettre du bout de la vie", un livre témoignage

Avec cette "Lettre du bout de la vie" que je prête à mon père, mon sixième livre qui n'est pas un roman, j'essaie de restituer un fragment tragique de cinq ans de sa vie où il a connu l'internement dans les camps de représailles nazis qu'étaient Rawa-Ruska et Kobierzyn.

 

Lettre du bout de la vie

Daniel Flamant

Au soir de sa vie, un père écrit à son fils.
Il entend ainsi rompre le silence de près de soixante ans sur ses internements dans les camps de représailles nazis de Rawa-Ruska et Kobierzyn, lieux d'humiliation où tous les repères de la dignité humaine s'effaçaient.
Il parle de l'absurdité et de la perversité de ses conditions de détention, de l'absence douloureuse de la femme aimée, de ce temps comme arrêté, sans lendemain, du sentiment diffus d'une mécanique macabre, là, toute proche.
Seule la correspondance entre lui et sa jeune épouse - « autant de signes de vie qu'ils s'adressent » - lui permet de tenir.


« De ne pas la voir, oui je devenais fou. Tu ne peux pas imaginer, personne ne le peut, je crois, s'il ne l'a pas vécu, deux mille jours à espérer et à douter. Douter, puisqu'on ne sait rien de la réalité de l'autre, ni de ce qui nous attend. » (Extrait)

Avec cette « Lettre du bout de la vie » qu'il prête à son père, Daniel Flamant publie son sixième livre, le plus personnel. Un livre témoignage.

 

Mots et Cris Editions                                                                                                                       N° d’ISBN 978-2-9537597-6-1    13 euros

 

A commander en librairie ou à motsetcris@orange.fr  

 

 

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.