Renault : ouf ! Enfin des garanties !

Petit coup de colère après les propos de la secrétaire générale de Renault qui ose parler de développement en supprimant 15000 emplois, en enveloppant le tout dans un papier très "novlangue", par exemple "excellence optimisée"...

Renault : ouf ! Enfin des "garanties" !

 

Je n'en croyais pas mes oreilles, j'avais confiance en cette grande entreprise, si bien dirigée par un manager hors pair - et même hors frontières - pendant des années, à un salaire tant mérité - autour de 8 millions d'euros par an, non ? -, mais alors en entendant ce matin les propos de la secrétaire générale de Renault, j'étais soufflé par tant d'audace économique et sociale : que ne ferait pas "Super Privé" pour récupérer 5 petits milliards venant de ce ringard d'Etat-vache-à-lait !

Propos de cette charmante personne sans doute passée par les grandes écoles de ce ringard d'Etat-vache-à-lait, et qui s'est empressée d'aller servir "Super Privé" :

« Renault lance une concertation pour étudier à partir des usines de Douai et de Maubeuge la création d’un pôle d’excellence optimisé des véhicules électriques et utilitaires légers dans le nord de la France

Vous vous rendez compte - passez-moi l'expression empruntée à Jean-Pierre Darroussin dans "Le bureau des légendes" - de cette "enculerie" de première ? La novlangue, quand même, représente bien une époque à la dérive. On supprime 15000 emplois, dont 4600 en France, et l'on se permet tranquillement un enfumage sémantique, prétextant ainsi  "restaurer la compétitivité du Groupe et assurer son développement sur le long terme dans le cadre de l'Alliance." Oui, parce que Nissan, autre fleuron si bien géré par notre Arsène Lupin libanais, va aussi dégraisser ! Et Covid 19 n'y est pour rien, ces plans de "développement" étaient prévus avant. Vas-y Carlos, continue de nager entre deux eaux dans ta piscine somptueuse - je te conseille la brasse coulée !

Gageons que le trio Macron-Lemaire-Darmanin sortira rassuré de la réunion qui doit se tenir après ces annonces fracassantes de Renault et qu'il mettra la main à la poche... Mais j'y pense, le rétablissement de l'ISF, dont la part dans l'impôt est certes "symbolique" (sic), permettrait presque de couvrir ce cadeau de 5 milliards...

Ah, ne doutons pas que les candidatures farfelues type Bigard aient un bel avenir devant elles ! Le pouvoir en place y veillera, tout ce qui peut empêcher de réfléchir, tout ce qui ajoute à la confusion sont autant d'outils stratégiques bons à prendre. Restons confiants, vigilants et mobilisés, des idées circulent, des tentatives d'union émergent et de vraies propositions annoncent la possibilité de changements profonds. Rien à voir avec les mots creux de la novlangue néolibérale.

Daniel Flamant

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.