Jean-Luc Mélenchon peut marquer l'Histoire de France

La candidature de Jean-Luc Mélenchon n'aura de chance d'aboutir à une victoire que si l'ambition affichée parvient à frapper les esprits et à déclencher une vague d'espoir populaire. Un cap clair et ambitieux doit être donné à la Constituante pour une sixième république, par l'introduction d'un nouveau droit politique dont l'ampleur pourrait être comparée au suffrage universel de 1792.

Pour un nouveau droit fondamental : le statut de producteur de valeur économique

Le moment historique nous commande de tourner la page de la propriété lucrative, de promouvoir la propriété d'usage et de reconnaître à tout citoyen le droit de contribuer activement à définir ce qui a de la valeur dans la vie économique de la société. Nous devons inscrire dans le récit historique de la France un nouveau tournant, qui amorcera une révolution pacifique sur tout le globe : un droit accordé à tout citoyen de contribuer à définir les finalités du travail, donc à définir ce qui a de la valeur et donc doit être reconnu par un salaire. Ce droit au "statut de producteur de valeur économique" est défendu par Réseau Salariat (www.reseau-salariat.info) dans le prolongement des travaux de Bernard Friot. Il reconnaît le droit à un salaire à vie, lié à la qualification, le droit à être copropriétaire d'usage de l'entreprise dans laquelle on travaille, un droit à bénéficier, au sein de l'entreprise, d'un mécanisme d'investissement par cotisation/subvention qui remplace l'investissement lucratif, un droit à participer aux délibérations des caisses de salaires et des caisses d'investissements, pour que la production soit pilotée selon des critères démocratiques plutôt que par des rentiers assoiffés de dividendes. Ce droit s'appuierait sur des institutions déjà fortement présentes : les cotisations sociales (extensibles aux cotisations salariales et d'investissement), la qualification dans la fonction publique (extensible à la qualification de tous les travailleurs), la gestion collective de certaines entreprises (extensible à toute forme d'entreprise). Organiser la société tout entière selon ces mécanismes, c'est possible. Nous en sommes certains, car ces institutions ont fait leurs preuves depuis des dizaines d’années, en faisant par exemple fonctionner le secteur de la santé de façon plus efficace, égalitaire et beaucoup moins coûteuse que partout ailleurs.

Beaucoup voient dans ce projet de société une utopie. ILS ONT RAISON ! Le suffrage universel était une utopie, qui s’opposait aux propriétaires fonciers bénéficiaires du suffrage censitaire, lesquels prédisaient le chaos si les gueux pouvaient voter. Le suffrage féminin était une utopie, qui s’opposait à certains hommes prédisant la chienlit si les femmes obtenaient le droit de participer à la vie politique. Et que dire de l'abolition de l'esclavage ? De l'interdiction du travail des enfants ? Des cinq semaines de congés payés ? Autant d'utopies, en des temps anciens, qui se sont avérées être des progrès fantastiques, que personne ne conteste plus.

OUI, abolir la propriété lucrative est une utopie aujourd'hui. Permettre aux citoyens de s’organiser en collectifs de travail plutôt que de se soumettre au marché de l’emploi et à la peur du chômage est une utopie aujourd'hui. Maîtriser collectivement l'investissement économique par des cotisations, abolir le crédit lucratif, développer la propriété privée mais la cantonner à la propriété d'usage, tout cela est utopique. Mais c'est utopique aujourd'hui. Inscrire ce nouveau droit dans la constitution est la seule et unique solution pour sauver l'humanité de la catastrophe annoncée. Cette utopie est LA solution. Soyons à la hauteur des enjeux et réalisons-la.


 

Pour une présentation vidéo de ce projet de société : https://www.youtube.com/watch?v=uhg0SUYOXjw

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.