« nouvelle Donne » ou « tour de bonneteau » ?

nouvelle Donne est un nouveau  parti, créé récemment par l’économiste Pierre Larrouturou, à partir du rassemblement de 34 militants, dont le très « banquable » Bruno Gaccio.

nouvelle Donne est un nouveau  parti, créé récemment par l’économiste Pierre Larrouturou, à partir du rassemblement de 34 militants, dont le très « banquable » Bruno Gaccio.
Un parti, c’est d’abord un programme, mais c’est aussi un sigle, un nom, une couleur :

 logo-NouvelleDonne_web250.png

La couleur est violette, c’est-à-dire le mélange, en proportions égales, du rouge et du bleu. Tout sauf un hasard, quand on lit le programme. Certes il y a un peu de rouge pour ce qui est du projet de société, mais pour ce qui est des moyens d’y arriver, c’est bleu-bleu-bleu. Comprenez : bla-bla-bla.

Le nom du parti comporte deux mots, mais pour accéder à la majuscule il faut d’abord passer par la minuscule. Comprenez que, pour atteindre le contenu, il faut regarder par le petit bout de la lorgnette. Et on réalise que, effectivement, le programme ne cherche pas à renverser la table, juste à rebattre les cartes. Dans l’intérêt de personne en particulier et de tout le monde en général, car le but est de simplement recommencer une partie, avec les mêmes cartes et à peu près les mêmes règles : dette non contestée, boycott partiel des paradis fiscaux, simplification fiscale, flou artistique sur le modèle de croissance, sur le financement des investissements écologiques, etc.

Le sigle, lui aussi, est édifiant. Contrairement à ce qu’on pourrait penser, il ne symbolise pas la carrière politique de Pierre Larrouturou, faite de zigzags entre les Verts et le PS, mais plutôt l’archétype du graphique économique. Il faut dire ça ne manque pas : 6 graphiques sur les 8 pages du programme. Du coup, l’affaire est entendue, ce n’est pas un programme politique mais un programme économique, dont l’objectif est le retour de la croissance. Attention, malgré ce qu’indique le sigle, il ne faut pas que la croissance crève le plafond, car « une croissance très forte détruirait encore plus rapidement les ressources non renouvelables de la planète ». Ce n’est  pas faux, du moins tant qu’on reste dans le modèle économique de l’offre ! On en déduit que, si « nouvelle Donne » propose tout un tas de négociations gentilles, d’exigences polies et d’ultimatums courtois, c’est pour tenir un équilibre dans lequel chacun continue à faire ce qu’il veut, mais pas trop quand même, parce qu’il faut être raisonnable, sinon c’est pas bien.

Le programme se résume en trois mots : négocions des négociations pour négocier… la rupture ! Ne leur demandez pas comment ils comptent s’y prendre pour « rompre avec un modèle économique qui nous amène dans le mur », il faut le faire, c’est tout ! (voir aussi ici pour une excellente, mais très généreuse, analyse)
Ah oui, j’oubliais : Pierre Larrouturou a déclaré à la radio qu’il fallait passer à la 6ème république. Mais le programme parle aussi de « notre système démocratique qui ne fonctionne pas si mal pour peu qu'on arrête de le corrompre par laisser-fairisme et de le maltraiter par fainéantise ». Donc la 6ème, ce sera la 5ème mais sans les corrompus et sans les fainéants. Youpi !

Dis, monsieur Larrouturou, c’est quand qu’on va où ?

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.