Fleur de Lupin
Enseignante coopérative
Abonné·e de Mediapart

7 Billets

0 Édition

Billet de blog 4 mai 2020

Fleur de Lupin
Enseignante coopérative
Abonné·e de Mediapart

Un Facebook libre pour fédérer les luttes !

Se retrouver sur le net avant de prendre les places...grâce au site https://lemondeapres.org/

Fleur de Lupin
Enseignante coopérative
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Vert, jaune, rose, noir, rouge, blanc ou encore arc-en-ciel : nous possédons au moins un gilet ou un drapeau d'une ou plusieurs de ces couleurs. Et il y en a d'autres... on peut aussi ne posséder aucun gilet ni aucun drapeau.

Nous sommes salarié.e.s, fonctionnaires, privé.e.s d'emploi, précaires, artisan.e.s, (petit.e) entrepreneur.se, agriculteur.trice.s... rentiers ou rentières... ? Que sais-je encore ! Nous sommes aussi « sans domicile fixe », ou sans papiers d’identité, d'ailleurs...

Je ne listerai pas ici tous les métiers ou activités que nous sommes susceptibles de faire au quotidien. Certain.e.s ne font peut-être pas grand chose, et l'assument.

Mais nous luttons. Nous luttons car trop de laissé.e.s pour compte ne peuvent satisfaire, ou très mal, leurs besoins les plus élémentaires, pour eux-mêmes ou pour leurs proches. Nous luttons car nous sommes drogué.e.s au pétrole et à l'aluminium, que nous faisons extraire à d'autres, très loin d'ici, et qui finissent dans l’estomac des pélicans. Nous luttons car certains êtres s’autoproclament supérieur.e.s et imposent à des pairs, plus féminins, moins blancs, moins winner, leur violence morale ou physique. Nous luttons car, selon où on habite, on ne reçoit pas le même traitement sanitaire, social, éducatif, répressif. Nous luttons contre ces premiers de cordée dont seul l’argent travaille. Nous luttons car des drones, non contents de remplacer les abeilles, nous coursent dans les rues ou sur les plages désertes, en nous invitant sèchement à rentrer à la maison. Ce ne sont pas les exemples qui manquent, puisque c’est tout un système. Nous avons d'ailleurs signé un paquet de pétitions. Il y en a d'autres, des sujets de lutte ! N’hésitez pas à les signaler en commentaire. Une liste la plus exhaustive possible est nécessaire, car nos ennemi.e.s sont bien souvent les mêmes.

Expert.e.s de la lutte ou bien résistant.e.s modestes du quotidien, nous aimerions décider, avec nos semblables (pourtant bien différents – on s’engueule souvent), un peu plus de notre avenir en commun sur cette planète : ce qu’on y dit, ce qu'on y produit, ce qu'on y pense. Et aussi comment on y traite les plus fragiles (encore une liste à faire!), quels liens on crée entre les individus, quels que soient leur gueule et leur caractère. Nous voudrions décider complètement, en fait ! Mais pas tout.e.s seul.e.s : des hommes providentiels (quelques femmes aussi, mais moins souvent quand même) qui guident les peuples, on en a trop vu, on en voit trop encore. D'ailleurs l'écran de la télé est tourné contre le mur : il s'y exhibe trop de tristes sires qui nous excèdent, même peints sur un jeu de fléchettes.

Il est temps d’y venir, à mon titre et à mon sous-titre ! Le hasard des discussions, de fil en fil (Internet est une pelote, il faut croire), m’a menée à un belle initiative, le genre qui permet de canaliser un peu les colères. Ce que j’ai appelé le « Facebook libre pour fédérer les luttes » est un site qui permet aux aspirant.e.s à la résistance de se signaler sur une carte interactive, ou de rejoindre un « relais local » déjà existant, pour se fédérer entre elles et eux, sur un même territoire. « Facebook », car nous visons l’outil de communication le plus tentaculaire possible, mais « libre », par opposition au « F » des célèbres GAFAM. « Des luttes » : vous aurez compris pourquoi. Le but : prendre, dès que ce sera possible, les places et lieux publics pour y installer des assemblées populaires, d’où mon sous-titre. D’où aussi l’envie de décider collectivement de ce qui est fondamental, et de ce qui l’est moins. Toutes les appartenances sont les bienvenues, mais s’il vous plaît, n’imposons pas nos étiquettes respectives. Qu’elles deviennent les cartes d’un jeu stratégique et collaboratif, comme Hanabi, où toute l’équipe l’emporte si les feux d’artifice jaillissent.

Il y a sûrement, et tant mieux si c’est le cas, d’autres initiatives proches de la nôtre. La concurrence, on s’en fout : ce qui compte, c’est l’agglomération, la cohérence, la cohésion, la convergence, la coagulation, la coopération. Il n’y a pas de solution miracle, mais essayer de fédérer nos luttes est un impératif catégorique. Voici le site : https://lemondeapres.org/. Le titre est dans l’air du temps, certes, mais ce n’est pas un pop-up : on clique, ou non. J’ai l’impression désagréable de « faire de la pub »… mais c’est injuste. Nous n’avons pas de chiffre d’affaires à faire grimper. Nous ne vendons rien, pas même des illusions, j’espère. Nous voulons offrir un peu de rêve. Mais un rêve à portée de main, sans obsolescence programmée, qui pourrait devenir réalité. Il me semble que cela vaut la peine d’essayer.

Un Triste Sire Du Moment a récemment répété : « Nous sommes en guerre ». Nous, on est des gentil.le.s, on prépare la paix. Mais nous sommes lucides et nous voyons, de nos yeux ou derrière nos écrans, que les dites « Forces de l’Ordre » (que son règne a achevé de débrider) jouissent de le prendre au mot et trépignent, dans l’attente éventuelle d’un.e autre chef.fe. Si jamais certain.e.s de leurs membres en sont révolté.e.s comme nous, qu’ils et elles nous rejoignent de toute urgence.

Dans l’intérêt de toutes et de tous, peut-être même dans l’intérêt de nos ennemi.e.s, nous estimons en avoir le devoir :

Nous ne nous laisserons pas faire.

Et nous traduirons cela dans toutes les langues.

A bientôt sur les places, sur tous nos territoires.

Fleur de Lupin

PS : Navrée pour les maladresses concernant l’écriture inclusive. Apprentissage en cours. Il faudrait rappeler au Sommet de la Pyramide de l’Éducation Nationale de mettre le sujet dans les programmes de français.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Europe
Comment dire « non au fascisme » est devenu inaudible en Italie
La victoire du post-fascisme n’a surpris personne en Italie, où l’extrême droite s'est installée dans le paysage politique et médiatique depuis des décennies. Le « centre-gauche », impuissant et sans repères, porte une lourde responsabilité dans cette banalisation. Aujourd’hui, seules quelques rares organisations de jeunesse tentent de bousculer l’atonie générale qui s’est emparée de la péninsule.
par Ellen Salvi
Journal — Corruption
Qatar-Sarkozy : les nouvelles liaisons dangereuses
Un rapport de la police anticorruption montre que Nicolas Sarkozy aurait fait financer a posteriori par le Qatar, en 2011, des prestations de communication réalisées par le publicitaire François de La Brosse pour sa campagne électorale de 2007, puis pour l’Élysée. Aucune d’entre elles n’avait été facturée.
par Fabrice Arfi et Yann Philippin
Journal — Justice
Ce double condamné que Macron envoie représenter la France
À la demande d’Emmanuel Macron, Nicolas Sarkozy a représenté la France, mardi 27 septembre, aux obsèques de l’ancien premier ministre japonais. Le fait que Nicolas Sarkozy ait été condamné deux fois par la justice, notamment pour « corruption », et soit lourdement mis en examen dans l’affaire libyenne, notamment pour « association de malfaiteurs », ne change rien pour l’Élysée.
par Fabrice Arfi et Ilyes Ramdani
Journal
Crise de l’énergie : sans « compensation » de l’État, le scolaire et l’université en surchauffe
Pour affronter la flambée des prix de l’énergie dans tout le bâti scolaire et les établissements d’enseignement supérieur, collectivités et présidents d’université s’arrachent les cheveux. Le projet de loi de finances 2023 est cependant bien peu disert sur de possibles compensations de l’État et écarte l’hypothèse d’un bouclier tarifaire. En réponse, économies, bricolage ou carrément fermeture des établissements d’éducation.
par Mathilde Goanec

La sélection du Club

Billet de blog
Trop c’est trop
À tous ceux qui s’étonnent de la montée de l’extrême droite en Europe, il faudrait peut-être rappeler qu’elle ne descend pas du ciel.
par Michel Koutouzis
Billet de blog
Interroger le résultat des législatives italiennes à travers le regard d'auteur·rices
À quelques jours du centenaire de l'arrivée au pouvoir de Mussolini, Giorgia Meloni arrive aux portes de la présidence du Conseil italien. Parfois l'Histoire à de drôles de manières de se rappeler à nous... Nous vous proposons une plongée dans la société italienne et son rapport conflictuel au fascisme en trois films, dont Grano Amaro, un film soutenu par Tënk et Médiapart.
par Tënk
Billet de blog
Italie, les résultats des élections : triomphe de la droite néofasciste
Une élection marquée par une forte abstention : Le néofasciste FDI-Meloni rafle le gros de l’électorat de Salvini et de Berlusconi pour une large majorité parlementaire des droites. Il est Probable que les droites auront du mal à gouverner, nous pourrions alors avoir une coalition droites et ex-gauche. Analyse des résultats.
par salvatore palidda
Billet de blog
Giorgia Meloni et ses post-fascistes Italiens au pouvoir !
À l’opposé de ce qui est arrivé aux autres « messies » (Salvini, Grillo…), Giorgia Meloni et ses Fratelli d’Italia semblent - malheureusement - bien armés pour durer. La situation est donc grave et la menace terrible.
par yorgos mitralias