Florence Dellerie
Autrice et illustratrice scientifique
Abonné·e de Mediapart

10 Billets

0 Édition

Billet de blog 25 févr. 2020

Ministère de l'Agriculture : des fake news en béton

"Il nous faut des éléments de langage en béton pour ce soir". Cette phrase, tirée d'un courriel issu du cabinet du ministère de l'Agriculture et arrivé par erreur dans la boîte mail de l'association de défense des animaux L214, fait désordre. Elle est révélatrice des mensonges formulés au sujet des non-conformités exposées par l'association à l'abattoir de Sobeval.

Florence Dellerie
Autrice et illustratrice scientifique
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

© Domaine public

Le 20 février dernier, deux jours avant l'ouverture du Salon International de l'Agriculture, l'association L214 révélait des images tournées dans l'abattoir de Boulazac (société Sobeval), en Dordogne, dans lequel plus de 480 veaux sont abattus chaque jour en moyenne. Suite à cette enquête, L214 porte plainte auprès du procureur de la République de Périgueux pour "sévices graves" et demande la fermeture administrative d'urgence de l'abattoir. Sobeval réplique en portant plainte contre l'association pour diffamation publique, en usant des justifications habituelles dans ce genre de cas : "Veiller à la bonne application des lois, des réglementations et aux bonnes pratiques de nos employés en matière d'abattage d'animaux est notre priorité absolue".

De son côté, la préfecture assure dans un communiqué "qu’au premier visionnage des vidéos de l’association, il n’y a pas de mise en évidence de non-conformité à la réglementation". Une déclaration mise à mal par une fuite de courriels dévoilant une réalité en décalage total avec ces déclarations.

"Il nous faut des éléments de langage béton pour ce soir"

Dans un communiqué publié aujourd'hui par L214, l'association révèle des échanges de mails compromettants issus du ministère de l'Agriculture... arrivés par erreur dans la boîte de réception de l'association. On peut y découvrir des captures d'écran révélant que le 19 février, soit vingt-quatre heures avant la diffusion des images de l'abattoir par L214, le cabinet du ministère de l'Agriculture s'affaire à trouver des "éléments de langage béton" face aux images choquantes qui vont être révélées le lendemain par l'association. Cette phrase, écrite par une conseillère du cabinet du ministre de l’Agriculture, fait "désordre".

© Association L214

 On apprend aussi dans cette suite de courriels que des non-conformités (NC) "indéniables, voire majeures" ont été relevées ; des affirmations en contradiction avec les déclarations du ministre de l'agriculture Didier Guillaume, qui affirmait le 23 février au micro d’Europe 1 : "les premiers résultats [des contrôles] (…) montrent que le respect du bien-être animal est là".

© Association L214

La suite des échanges montre qu'il est proposé que ces courriels sont transmis au lobby de la viande Interbev (Association nationale interprofessionnelle du bétail et des viandes) et FedeV (ex-FNICGV, Fédération Nationale de l'Industrie et du Commerce en Gros des Viandes). Cette perméabilité entre les services de l'État et les groupes de pression interroge plus que jamais, à l'heure où les associations de défense des intérêts des animaux et autres lanceur·ses d'alerte sont dans le viseur de la cellule Demeter, qui menace leur liberté d'informer le grand public.

© Association L214

Brigitte Gothière, cofondatrice et porte-parole de l'association, déclare : "nous sommes confrontés à un ministre qui dissimule le non-respect de la réglementation, qui n’ira jamais à l’encontre des lobbies de la viande, jamais dans le sens de l’intérêt général, qui ne défendra jamais les animaux". Dans son communiqué, l'association demande la démission de Didier Guillaume. 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Europe
Le double « je » de Macron au Parlement européen
Mercredi, à Strasbourg, Emmanuel Macron et ses adversaires politiques ont mené campagne pour la présidentielle française dans l’hémicycle du Parlement européen, sous l’œil médusé des eurodéputés étrangers. Le double discours du chef de l’État a éclipsé son discours sur l’Europe.
par Ellen Salvi
Journal — Médias
Bolloré : la commission d’enquête se mue en café du commerce
Loin de bousculer Vincent Bolloré, la commission d’enquête du Sénat sur la concentration des médias s’est montrée approximative et bavarde, mercredi, au lieu d’être rigoureuse et pugnace. L’homme d’affaires a pourtant tombé un peu le masque, laissant transparaître ses attaches patriotiques ou nationalistes.
par Laurent Mauduit
Journal — International
Corruption en Afrique : le protocole Bolloré
Mediapart révèle de nouveaux éléments qui pointent l’implication personnelle de Vincent Bolloré dans l’affaire de corruption présumée de deux chefs d’État pour obtenir la gestion de ports africains. Après l’échec de son plaider-coupable, le milliardaire est présumé innocent en attendant son futur procès.
par Yann Philippin
Journal — Migrations
Dans le sud de l’Espagne, ces Algériens qui risquent leur vie pour l’Europe
En 2021, les Algériens ont été nombreux à tenter la traversée pour rejoindre la péninsule Ibérique, parfois au péril de leur vie. Le CIPIMD, une ONG espagnole, aide à localiser les embarcations en mer en lien avec les sauveteurs et participe à l’identification des victimes de naufrages, pour « soulager les familles ».
par Nejma Brahim

La sélection du Club

Billet de blog
Primaire et sixième République : supprimons l'élection présidentielle
La dissolution de l'Assemblée afin que les législatives précèdent la présidentielle devrait être le principal mot d'ordre actuel des partisans d'une sixième République.
par Jean-Pierre Roche
Billet de blog
Lettre aux candidats : vous êtes la honte de la France
Course à la punchline, postillonnage de slogans... vous n'avez plus grand chose de politiques. Vous êtes les enfants de bonne famille de la communication. Vous postulez à un rôle de gestionnaire dans l’habit de Grand Sauveur. Mais je suis désolée de vous apprendre que nous ne voulons plus d’homme providentiel. Vous avez trois trains et quelques générations de retard.
par sarah roubato
Billet de blog
Quand l’archaïsme du système des parrainages s’ajoute à celui du présidentialisme
La question de la pertinence du système des 500 parrainages revient régulièrement au moment de l’élection présidentielle. Plutôt que de revenir au système de l’anonymat des signatures, il serait préférable d’élargir le champ de la responsabilité de la sélection aux citoyens.
par Martine Chantecaille
Billet de blog
Élection présidentielle : une campagne électorale de plus en plus insupportable !
Qu’il est lassant d’écouter ces candidats qui attendent des citoyens d'être uniquement les spectateurs des ébats de leurs egos, de s'enivrer de leurs mots, de leurs invectives, et de retenir comme vainqueur celle ou celui qui aura le plus efficacement anéanti son adversaire !
par paul report