Florence Dellerie

Autrice et illustratrice scientifique engagée pour la justice sociale

Sa biographie
Florence Dellerie est autrice et illustratrice scientifique, spécialisée dans les illustrations naturalistes (zoologie, botanique, mycologie, paléontologie, environnement…). Elle travaille pour des structures engagées en faveur de l'environnement (Office National des Forêts, Parcs Naturels Régionaux, FRAPNA, CPIE…), ainsi que dans l’édition, notamment chez Hachette, où elle est autrice et illustratrice d’une trentaine d’ouvrages et coffrets. Elle illustre également des ouvrages scolaires, livres et magazines chez Nathan, Magnard, Milan, La Salamandre… Elle met également son travail au service de l'éthique et des luttes pour la justice sociale, via des articles de fond ou des visuels qui concernent les droits humains, les violences faites aux femmes ou aux enfants, l’aide aux personnes discriminées, précaires ou malades, etc. Elle a aussi développé des supports pédagogiques, les "Fiches info", qui ont pour but d’informer sur la question des droits des animaux. Largement partagées sur les réseaux sociaux et lors d’événements militants, ces fiches détaillent une forme d’exploitation (consommation de chair animale, chasse, cuir, zoos, etc.), et ses implications, en proposant des solutions pour s’en affranchir. Son approche se veut pédagogique, rationnelle, sceptique et bienveillante. L’idée est d’utiliser une forme de communication non violente et ludique pour casser les idées reçues et éveiller l’esprit critique.
Voir tous
  • Véganisme, végétalisme : l'Académie Royale de Médecine de Belgique en roue libre

    Par
    Le 14 mai 2019, l'ARMB (Académie Royale de Médecine de Belgique) diffusait un communiqué de presse intitulé "Le véganisme proscrit pour les enfants, femmes enceintes et allaitantes". Retour sur un avis aberrant qui se place à l'opposé de la littérature scientifique disponible sur la question.
  • Antispécisme et négation des différences entre animaux et humains

    Par
    Les questions d'éthique animale occupent une place de plus en plus importante dans le débat public. La pertinence des points de vue exprimés à son égard demeure toutefois très inégale. Parmi eux, une position consiste à affirmer que l'antispécisme nie les différences existant entre les animaux et les humains. Qu'en est-il vraiment ?
  • Véganes, non véganes : et si on arrêtait d’instrumentaliser les drames ?

    Par
    Le traitement médiatique réservé aux décès d'enfants imputés de façon abusive au végétalisme ou au véganisme est à dénoncer. Mais il est tout aussi important de dénoncer l'instrumentalisation de drames causés par l'ingestion de certains produits d'origine animale, dans le but de défendre le véganisme. Appel à la pondération, à la réflexion, et coup de gueule.
  • La corrida mise à mort par l'esprit critique

    Par
    La corrida, illégale presque partout en France, perdure pourtant dans onze départements. Ses adeptes la défendent avec un acharnement extrême dont la pugnacité n'a d'égale que l'invalidité des arguments avancés. Tour d'horizon de la malhonnêteté intellectuelle du monde tauromachique.
  • Véganisme, "régimes sans" et dérives sectaires

    Par
    Lorsqu'on refuse le statut de propriété imposé aux animaux -statut qui les expose aux traitements les plus éprouvants- il est cohérent de ne pas consommer ces derniers ou le fruit de leur exploitation. L'engagement animaliste va donc de pair avec le véganisme. Cela peut toutefois faire peur : "régime sans", "effet de mode", dérive "religieuse" ou "sectaire"... Qu'en est-il vraiment ?