Florence Dellerie

Autrice et illustratrice scientifique engagée pour la justice sociale

Sa biographie
Florence Dellerie est autrice et illustratrice scientifique, spécialisée dans les illustrations naturalistes (zoologie, botanique, mycologie, paléontologie, environnement…). Elle travaille pour des structures engagées en faveur de l'environnement (Office National des Forêts, Parcs Naturels Régionaux, FRAPNA, CPIE…), ainsi que dans l’édition, notamment chez Hachette, où elle est autrice et illustratrice d’une trentaine d’ouvrages et coffrets. Elle illustre également des ouvrages scolaires, livres et magazines chez Nathan, Magnard, Milan, La Salamandre… Elle met également son travail au service de l'éthique et des luttes pour la justice sociale, via des articles de fond ou des visuels qui concernent les droits humains, les violences faites aux femmes ou aux enfants, l’aide aux personnes discriminées, précaires ou malades, etc. Elle a aussi développé des supports pédagogiques, les "Fiches info", qui ont pour but d’informer sur la question des droits des animaux. Largement partagées sur les réseaux sociaux et lors d’événements militants, ces fiches détaillent une forme d’exploitation (consommation de chair animale, chasse, cuir, zoos, etc.), et ses implications, en proposant des solutions pour s’en affranchir. Son approche se veut pédagogique, rationnelle, sceptique et bienveillante. L’idée est d’utiliser une forme de communication non violente et ludique pour casser les idées reçues et éveiller l’esprit critique.
Voir tous
  • Véganisme : pourquoi Paul Ariès, Frédéric Denhez et Jocelyne Porcher "ont tout faux"

    Par
    Dans une tribune publiée dans Libération, P. Ariès, F. Denhez et J. Porcher prétendent nous expliquer "pourquoi les végans (sic) ont tout faux." En enchaînant les raisonnements fallacieux sur fond de rhétorique anxiogène, ce texte révèle une incompréhension profonde de ce que sont l'antispécisme et le véganisme. Mise au point.
  • Véganisme, végétalisme : ce que dit la science

    Par
    Le véganisme est parfois décrit comme une mode, un régime alimentaire dangereux, une religion ou une lubie. Ces qualificatifs cachent les bases d'un mouvement reposant pourtant sur un principe moral que personne ne prétend refuser : ne pas nuire à autrui en l'absence de nécessité. D'un point de vue nutritionnel, que dit la science de ce caractère "nécessaire" ?