Occuper la politique: quand les femmes de ménage entrent à l’Assemblée Nationale

«J'ai commencé à faire de la politique en récurant les toilettes d'un juge» lance la jeune députée noire Andreia de Jesus, ancienne femme de ménage. Occuper les espaces institutionnels, faire une politique du quotidien et du partage, tel est le but de ce mouvement créé au Brésil en 2016 autour de jeunes élues comme Marielle Franco, qui continue de s'étendre.

(de gauche à droite) Taliria Petrone députée fédérale, Andreia de Jesus, députée régionale de l’État du Minas Gerais, Avelin Buniaca, figure du mouvement indigène © Ocupa Politica (de gauche à droite) Taliria Petrone députée fédérale, Andreia de Jesus, députée régionale de l’État du Minas Gerais, Avelin Buniaca, figure du mouvement indigène © Ocupa Politica

Texte publié initialement dans le blog du journal italien Il Fatto Quotidiano

«J'ai commencé à faire de la politique en récurant les toilettes d'un juge», commence Andreia de Jesus, femme noire âgée de 30 ans et députée régionale de l'État de Minas Gerais, née dans la banlieue de la ville de Belo Horizonte. "Le jour des élections, quand j'ai appris que j'étais élue, je n'avais même pas l'argent du bus pour rentrer chez moi". À ses côtés, Taliria Petrone, députée fédérale de 34 ans et Monica Francisco députée régionale de l'État de Rio de Janeiro, ancienne directrice de cabinet de la conseillère municipale Marielle Franco, assassinée le 14 mars 2018.

"Désolée pour les larmes, ce n'est pas l'émotion, mais c'est le poids de générations d'oppression. Ce sont celles de ma mère, de ma grand-mère et de mon arrière-grand-mère, toutes descendantes d’esclaves », continue Andreia. C'est ainsi que débute cette conférence emblématique qui réunit trois femmes noires élues l'an dernier représentantes du peuple brésilien. Elles participent de l’événement "occuper la politique" qui s'est déroulé à Recife début septembre et qui propose de construire une nouvelle politique en plaçant au premier plan ceux qui voient leurs droits violés quotidiennement. Au Brésil, 44,2% de la population se déclare blanche (données officielles de 2016), mais elle est représentée par 75% des parlementaires.

"J'ai reçu ma première arme avant mon premier livre", raconte Renato, candidat au conseil municipal vaincu de peu à São Paulo en 2016. Lors d’une autre conférence sur la politique dans les banlieues, Renato raconte l'histoire de sa vie, le premier membre de sa famille à obtenir un diplôme universitaire. Lorsqu'il est entré à la faculté de droit, il a compris la quantité de connaissances fondamentales auxquelles la plupart des jeunes Brésiliens de banlieue n'auraient jamais eu accès. Il se rappelle la difficulté de se confronter aux autres étudiants blancs et plus aisés pendant les cours. Les heures de temps libre que ceux-ci avaient pour étudier, il les passait à travailler au supermarché ou comme concierge. "Les Blancs disent que les jeunes de banlieue qui entrent dans le trafic de drogue choisissent une vie facile. Je dirais que ce sont eux qui ont une vie facile puisqu'ils n'ont jamais eu à se soucier de leur survie. Nous, si nous ne mourons pas d’un balle dans le corps, nous mourrons à petit feu de ne pas avoir d’avenir", lâche Renato.

"Les Blancs disent que les jeunes de banlieue qui entrent dans le trafic de drogue choisissent une vie facile. Je dirais que ce sont eux qui ont une vie facile puisqu'ils n'ont jamais eu à se soucier de leur survie. Nous, si nous ne mourons pas d’un balle dans le corps, nous mourrons à petit feu de ne pas avoir d’avenir"

personnes participant à l’événement “Occuper la Politique” © Ocupa Politica personnes participant à l’événement “Occuper la Politique” © Ocupa Politica

 Au Brésil, le nombre de jeunes noirs qui étudient à l'université est passé de 5,5% en 2005 à 12,8% en 2015 grâce aux politiques sociales de quotas des gouvernements progressistes de Lula et Dilma Rousseff. D'autre part, 75% des victimes d'homicide étaient de couleur noire en 2017. Et en moyenne 21 jeunes noirs de moins de 19 ans sont tués chaque jour dans le pays.

Mettre le pieds dans la porte

Le mouvement "occuper la politique" est né il y a deux ans, lors des élections municipales de 2016, où des candidats ont été élus dans diverses capitales sur la base d'un discours horizontal, d'un engagement collectif et citoyen. Aujourd'hui, ce réseau est composé de 16 parlementaires, en particulier de jeunes femmes, aux trois niveaux institutionnels du pays.

Son objectif principal est de promouvoir les candidatures et l’élection de personnes qui sont directement touchées par la violence de l'État qui reste structurellement élitiste, raciste et patriarcal. "Personne ne parlera en notre nom", "mettre le pied dans la porte", "des expériences stratégiques pour occuper les espaces de pouvoir" étaient quelques-uns des thèmes des différentes activités proposées au cours de ces trois jours.

"Quand une unique femme noire se bouge, c'est l'ensemble d'un système qui change, car les symboles et les possibles se transforment. Et l’on passe directement de la micro-politique à la macro-politique », explique Ana Carolina, représentante de la fondation latino-américaine citoyenneté intelligente qui accompagne ce mouvement.

Mais élire des femmes, des personnes racisées, des indigènes ou des personnes transsexuelles pour leur seule identité serait trop simpliste. Le mouvement cherche justement à construire son propre "savoir-faire" politique, loin des idéologies partisanes, en partant des problèmes quotidiens des citoyens, à partir des principes de redistribution, de bien commun et de transparence. Il s’agit également de reconstruire une vision politique populaire dans la réalité de citoyens eux-mêmes. Aujourd'hui, il y a peu de quartiers périphériques qui maintiennent une organisation et une culture communautaires fortes. Sans cette identification de classe, les concepts méritocratiques imposés par l'élite induisent les plus pauvres à une concurrence fratricide pour chercher à s'intégrer individuellement dans la classe supérieure, au dépends de la collectivité, reniant leurs origines populaires. La construction d'un "ennemi interne" est un mécanisme classique du capitalisme qui est actuellement exacerbé par la conjoncture de crise économique et de chômage, avec les incitations quotidiennes à la haine, vociférées par le président Jaïr Bolsonaro.

Danser c’est politique

Une femme raconte comment elle a commencé à s’investir davantage en politique quand, dans sa favela, un groupe de femmes s'est organisé pour s'occuper à tour de rôle des enfants afin de se délivrer des tâches ménagères pour profiter du dimanche après-midi et aller danser. "La politique doit s’inscrire dans la vie quotidienne des gens, elle commence avec le prix du pain, du ticket de bus. Nous devons repartir de nos particularités et nos besoins communs", explique Taliria Petrone.

Ivan Moraes est membre du conseil municipal de Recife et l'un des rares hommes blancs à faire partie de ce réseau. "Je me considère comme un vecteur. Je reçois les luttes et je leur donne plus de voix. Mon mandat c’est comme un « cheval de Troie » pour briser le toit en verre [du système gouverné par les privilégiés]".

(de gauche à droite) Andreia de Jesus, députée régionale de l’Etat du Minas Gerais, Taliria Petrone députée fédérale et Monica Francisco députée régionale de l’État de Rio de Janeiro © Ocupa Politica (de gauche à droite) Andreia de Jesus, députée régionale de l’Etat du Minas Gerais, Taliria Petrone députée fédérale et Monica Francisco députée régionale de l’État de Rio de Janeiro © Ocupa Politica

«Il est clair qu’une politique faite par ceux qui n’ont pas la moindre idée de ce que signifie souffrir des difficultés quotidiennes qui nous touchent, cela ne pourra jamais marcher. Nous n'avons jamais cessé de faire de la politique, depuis que nous sommes nés, nous faisons une politique d'échange et de solidarité car nous n'avons pas le choix. Mais nous n’avons jamais eu l’occasion d’appliquer ce modèle au pays entier", ajoute Taliria Petrone. A quoi sa collègue Monica Francisco répond: "mais nous sommes déjà en train de changer les choses" ...

(crédits photographiques: Ocupa Politica)

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.