Florence Poznanski
travaille dans une association. Secrétaire nationale du Parti de Gauche/France Insoumise. Militante internationaliste
Abonné·e de Mediapart

12 Billets

0 Édition

Billet de blog 25 janv. 2023

Florence Poznanski
travaille dans une association. Secrétaire nationale du Parti de Gauche/France Insoumise. Militante internationaliste
Abonné·e de Mediapart

1 kg de minerai ou une vie humaine ?

Il y a 4 ans au Brésil, le 25 janvier 2019, le barrage de déchets miniers de Brumadinho s'est rompu, déversant des millions de m3 de boue tuant 270 personnes. Un des plus grands crimes écocides de l'histoire. Un crime annoncé de la multinationale brésilienne Vale qui déroge depuis des années aux règles environnementales.

Florence Poznanski
travaille dans une association. Secrétaire nationale du Parti de Gauche/France Insoumise. Militante internationaliste
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Article initialement publié dans la revue du Parti de Gauche "l'intérêt général" en vente pour 5€ (contacts ici)

Version en italien publiée sur le site du journal Il fatto quotidiano

Image extraite du vidéoclip de la chanson "Quanto Vale ?" du groupe brésilien Djambé - https://youtu.be/U2kwUnA7tpY © Emilio Dragão

Il fait bon vivre dans les campagnes du Minas Gerais (mines générales), au milieu des prairies verdoyantes où paissent les buffles sous le regard nonchalant des toucans. Sauf que dans cet état au sud-est du Brésil, 3e producteur mondial de fer, on marche parfois sans le savoir sur un barrage de déchets miniers. Prenant la forme d’une colline artificielle, ces barrages accumulent des résidus à l’état boueux emplis de produits toxiques issus des mines voisines.

Rien de bien différent de nos terrils français, direz-vous ? Si, car il existe aujourd’hui des techniques bien plus écologiques qui traitent à sec ces boues pour réduire leur impact environnemental et les rendre plus stables. Mais dans un pays comme le Brésil où la législation ne fait pas le poids devant les enjeux économiques de l’exportation de matières premières, la multinationale brésilienne Vale ne se pose pas ce genre de question qui réduiraient ses profits… ce sont ceux qui luttent pour défendre ses victimes qui les posent à sa place.

Le 5 novembre 2015 à Bento Rodrigues (Mariana), le barrage de déchets miniers de la mine du Fundão cède, déversant 40 millions de m³ de boue toxique dans le fleuve Rio Doce qui se situe à proximité. Bilan : 19 morts et un fleuve de 750 km de long contaminé jusqu’à l’océan. Puis rebelote, le 25 janvier 2019 à Brumadinho, le barrage du Corrego do Feijão lâche 12 millions de m³, faisant cette fois 270 morts. C'était il y a quatre ans.

Outre la violence de la boue qui a détruit maisons, routes et ponts, les plus gros dommages se trouvent dans la pollution de l’eau par les produits toxiques comme l’arsenic, le plomb ou le mercure utilisés par l’industrie minière. Des taux bien trop élevés sont retrouvés dans le sang des riverains, ainsi qu’une augmentation d’infection de la peau et troubles respiratoires. Toute l’industrie de la pêche, de l’agriculture, principalement les petits producteurs, et du tourisme est touchée. Sans compter la destruction de dizaines de communautés autochtones pour qui le fleuve est une divinité au centre de la vie quotidienne. Le MAB, mouvement des victimes des barrages, principal mouvement actif sur le terrain, estime à 1 350 000 le nombre total de victimes.

Impossible de chiffrer l’impact d’un tel désastre humain et environnemental. C’est le plus vaste en son genre et malheureusement le premier d’une série de catastrophes déjà annoncées. On compte 700 barrages de déchets miniers uniquement dans le Minas Gerais dont 31 en situation d’alerte maximale qui peuvent lâcher à tout moment. Une véritable bombe à retardement qui révèle la violence du capitalisme prédateur pour qui 1kg de minerai vaut plus qu’une vie humaine.

Tragédie ou crime annoncé ?

Nombreux ont été ceux à avoir allumé des bougies pour les victimes de cette « tragédie ». Beaucoup plus rares ont été les voix pour dénoncer ce « crime prémédité », comme une grave erreur politique qui aurait pu être évitée. Car 7 ans après Mariana, aucune année de prison n’a été requise et aucune maison n’est encore reconstruite.

En cause, une série d’illégalités dûment documentées, révélatrices de ce qu’il se passe lorsque les intérêts du capital parlent trop fort et dictent les priorités de la collectivité. C’est toute une chaîne de décisions contrôlée par Vale pour se rendre intouchable et indispensable : de la corruption des services de l’État en amont pour l’octroi des autorisations d’implanter de tels équipements, jusqu’au financement des campagnes électorales des députés membres de la commission parlementaire d’investigation mandatée pour juger les faits. Des millions qui auraient pu servir à renforcer la sécurité de ses mines et à traiter de façon plus durable ses déchets miniers.

Si le procès contre le crime écocide et social de Vale patine, c’est justement que la liste des responsables est bien trop longue.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans Le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France

Affaire Pellerin : la fuite judiciaire qui menace l’Élysée et le ministère de la justice

Le député Emmanuel Pellerin, visé en septembre dernier par une enquête en lien avec sa consommation de cocaïne, a été prévenu des investigations en cours, pourtant censées rester secrètes. L’élu des Hauts-de-Seine affirme que l’information lui a été transmise par Thierry Solère qui lui aurait dit la tenir du ministère de la justice. Le conseiller politique du président de la République et Éric Dupond-Moretti démentent.

par Pascale Pascariello et Antton Rouget

Journal — France

Le député Pellerin : la cocaïne en toute impunité

Député des Hauts-de-Seine de la majorité présidentielle, l’avocat Emmanuel Pellerin a consommé de la cocaïne avant et après son élection à l’Assemblée en juin dernier, d’après une enquête de Mediapart. Confronté à nos éléments, il a reconnu cet usage illégal. Saisie en septembre dernier, la justice n’avait pourtant pas souhaité enquêter.

par Pascale Pascariello et Antton Rouget

Journal

TotalEnergies est visée par une enquête préliminaire pour mensonges climatiques

Selon nos informations, la multinationale pétrolière est l’objet d’une enquête ouverte par le parquet de Nanterre à la suite d’une plainte au pénal pour « pratiques commerciales trompeuses ». Ce délit ouvre la voie à des sanctions pour « greenwashing ». Une première en France.

par Mickaël Correia

Journal

TotalEnergies : l’heure des comptes

TotalEnergies sait que ses activités sont nocives pour le climat depuis 1971. Pourtant, le géant pétrolier continue d’émettre autant de gaz à effet de serre que l’ensemble des Français·es. En pleine crise énergétique, TotalEnergies a annoncé début 2022 un bénéfice record de 14 milliards d’euros. Retrouvez ici nos articles et nos enquêtes sur une des multinationales les plus polluantes au monde.

par La rédaction de Mediapart

La sélection du Club

Billet de blog

OQTF : la réalité derrière ces quatre lettres

À cause de l'OQTF, j'ai perdu mon travail étudiant. Je me suis retrouvé sans ressources du jour au lendemain, sans rien. C'est très dur, car je cotisais comme tout le monde. Avec ma compagne, on attend une petite fille pour juin prochain. D'ici là, je dois me terrer. J'ai l'impression de vivre comme un rat, j'ai tout le temps peur de tomber sur la police. Je ne suis certes pas Français, mais j'aime la France comme j'aime le Sénégal.

par Couzy

Billet de blog

Nous, les banni·e·s

À travers son nouveau podcast « Nous, les banni·e·s », La Cimade a décidé de donner la parole aux personnes étrangères qui subissent une décision de bannissement. Pour illustrer la violence des interdictions de retour sur le territoire français (IRTF), 5 témoins partagent leurs histoires, de leur départ vers la France jusqu’aux difficultés d’aujourd’hui.

par La Cimade

Billet de blog

SOS solidarité pour famille intégrée en péril

Le recours contre l'OQTF du 6-12-22 a été rejeté. Cette famille, avec trois jeunes enfants est menacé de mort dans son pays, risque l'expulsion. Conséquence immédiate : logés au CADA (hébergements demandeurs d'asile) de Cebazat, ils seront à la rue le 31 janvier et si le 115 ne répond pas ce jour-là ou ne propose rien... SOS solidarité rapide et concrète dans ce billet. A vous de jouer.

par Georges-André

Billet de blog

Loi sur l’immigration : la nouveauté sera de rendre la vie impossible aux immigrés

Le ministre de l’intérieur, comme ses prédécesseurs, veut sa loi sur l’immigration destinée notamment à expulser plus efficacement les étrangers faisant l’objet d’une OQTF. Mais pourquoi, une fois de plus, le gouvernement ne s’interroge-t-il jamais sur les causes profondes de cette immigration ?

par paul report