Florian Gaité
Chercheur en philosophie, critique d'art et enseignant
Abonné·e de Mediapart

6 Billets

0 Édition

Billet de blog 13 nov. 2021

Florian Gaité
Chercheur en philosophie, critique d'art et enseignant
Abonné·e de Mediapart

« Dispak Dispac'h » de Patricia Allio : circulez, y'a tout à voir

Mercredi, alors que la situation à la frontière biélorusse s’embrase, j'assiste au spectacle documentaire de Patricia Allio sur les migrations et la crise de l’hospitalité. J’en sors ému, piqué au vif, plus conscient. Depuis, les paroles les plus crasses se déversent sur les plateaux TV, preuve de plus, s'il en fallait, que les fantasmes autour de la migration engendrent des monstres.

Florian Gaité
Chercheur en philosophie, critique d'art et enseignant
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Dispak Dispach, dernière création de Patricia Allio, fait circuler sans entrave une parole ouverte (« dispak » en breton) et révoltée (« dispac’h » en breton), ou plutôt un ensemble de paroles et de silences qui s’opposent aux impasses des discours. Les discours c’est généralement ce qu’on oppose aux actes. Ce sont les conventions internationales, les programmes de campagne, les déclarations d’intentions, les promesses en l’air, les lois qu’on oublie. Les beaux discours, les officiels, ceux qu’on préfère dire plutôt que mettre en pratique. C’est au Tribunal Permanent des Peuples[1], dont la pièce reproduit une séance, que revient ici la charge de les mettre en accusation. De son souffle net et son débit tranchant, aussi inflexible qu’un principe juridique, Élise Marie égrène les violations systémiques des droits de l’humain, de la personne, de l’enfant et des travailleur·se·s en Europe par les États-Nations mêmes qui les ont mis en place et sont censés les garantir. Son contre-discours rappelle la loi à la loi : ici on défend les droits humains jusqu’à s’époumoner, un moindre mal quand tant d’autres rendent pour rien leur dernier souffle.

"Dispak Dispac'h", Patricia Allio, théâtre, 2h30, création 2021 au Théâtre National de Bretagne de Rennes. Crédit Photo: Emmanuel Valette

On n’est plus au théâtre ordinaire, ou alors dans un théâtre rappelé à son agentivité sociale et politique. Il n’est pas un lieu de divertissement, on n’y va plus vraiment pour la détente, ou alors pour appuyer sur celle d’une arme : on ne résiste pas sans poigne à la puissance de la nécropolitique. La scène est un asile ouvert où chacun peut dire son refus, son engagement, son humanité. On est sur un ring, au tribunal, en manif, au parlement, dans une réunion militante, en suspens au-dessus de la Méditerranée. En club aussi parfois. L’agora est un site de rencontre, au sens propre, qui lubrifie les mécanismes d’identification, une "communauté de regards" selon les mots de Patricia Allio dans laquelle nous nous voyons toustes et observons nos silences de plus d’une minute. Face à l’indifférence collective, à celle des navires marchands qui laissent crever les bateaux à la dérive, face à notre attentisme général et à la tentation de voir la misère comme un spectacle, Dispak Dispac’h nous remet littéralement à notre place. Celle de spectatrices et de spectateurs pressés d’agir, de comprendre, de ne pas ne pas ressentir. La pièce déconstruit juste assez le dispositif théâtral pour nous émanciper du show quotidien. On rejoint le centre, on circule, on s’assoie sur les bancs d’utopie, ceux de Francis Cape, pour commencer à y croire.

"Dispak Dispac'h", Patricia Allio, théâtre, 2h30, création 2021 au Théâtre National de Bretagne de Rennes. Crédit Photo: Emmanuel Valette

Puis viennent les témoins. Ce soir-là, iels sont quatre : une ancienne députée européenne, un boulanger gréviste de la faim, un journaliste afghan, un des fondateurs d’Utopia 56. Marie-Christine Vergiat fait parler les affects de la langue politique, celle qui fait et défait tout. Elle dit aussi des chiffres implacables : les personnes migrantes représentent aujourd’hui 0,6 % de la population européenne, les Européens sont 70 millions sur 700 à actuellement migrer, les Africains 37 pour un milliard. Qui pour encore dire que toute la misère du monde est à nos portes ? Mortaza Behboudi rappelle la condition d’exil à la possibilité du dialogue, être migrant·e c’est demander à être écouté·e, à répondre, à être interpelé·e pour être reconnu·e comme personne. On écoute Gaël Manzi qui sait plus que quiconque que toutes les existences précaires doivent être nos deuils, que c’est à ce prix seulement qu’on peut accorder de la valeur à la vie. On rencontre enfin Stéphane Ravacley, le boulanger gréviste de la faim, qui touche comme il magnétise, à peine à distance, mais déjà au plus profond de nous. Il est bouleversant.

Livret graphique d'Hélène Alix Mourrier pour Dispak Dispac'h de Patricia Allio, 2021. Impression Nathalie Bihan / Super Banco. Production Théâtre National de Bretagne (Rennes).

L’ensemble est un collectif. Toute les dimensions d’un art effrontément vivant sont convoquées : la danse expressionniste de Bernardo Montet, qui dialectise la puissance et la vulnérabilité des corps en crise, le graphisme insolent d’Hélène Alix Mourrier qui sublime les colères motrices de ces luttes, la musique de Léonie Pernet qui dit la fragilité du combat, la mélancolie et la violence qui l’animent, la lumière précise d’Emmanuelle Valette et la scénographie vive de Mathieu Lorry-Dupuy qui à deux organisent l’espace de ce jeu complexe entre réalité et fiction. Il y a enfin la (re)médiation de Patricia Allio qui, metteuse en scène, ne la quitte pourtant pas, intimement liée aux existences qui s’y expriment. Elle accompagne d’une voix posée, limpide et articulée les paroles mobiles qui questionnent avec urgence les formes du témoignage silencié : que fait-on concrètement du désir de parler de l’autre ? Quelles voix méritent d’être entendues et pourtant ne le sont pas ? Que dit-on enfin lorsqu’on ne trouve plus les mots ? Evitant le double écueil du misérabilisme et des raisonnements simplifiés, Dispak Dispac’h ouvre elle le dialogue, les esprits et l’espace d’une micro-révolution où célébrer les indisciplines. Nos défaites sont alors bien nos victoires, comme elle l’assure, consciente que la seule chose à ne pas perdre pour pouvoir s’insurger, ce sont encore nos voix.

"Dispak Dispac'h", Patricia Allio, théâtre, 2h30, création 2021 au Théâtre National de Bretagne de Rennes. Crédit Photo: Emmanuel Valette

[1] Le TPP est un tribunal d’opinion qui agit de manière indépendante des États et répond aux demandes des communautés et des peuples dont les droits ont été violés. Le but des audiences est de « restaurer l’autorité des peuples lorsque les États et les organisations internationales ont échoué à protéger les droits des peuples ». Le TPP fait suite au Tribunal Russel et s’appuie sur la Déclaration universelle des droits des peuples (Alger, 1976) et de tous les instruments du droit international. Il dénonce les actes portant atteintes aux droits des peuples. Le Tribunal se compose de personnes venues du monde entier, garantissant ainsi son indépendance. Les sentences prononcées sont remises à plusieurs instances telles que : le Parlement européen, la Cour Européenne des droits de l’Homme, les commissions de l’ONU, aux organisations internationales et régionales, aux organisations humanitaires, etc. (source: www.ldh-france.org/).

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Derrière le triomphe annoncé de l’extrême droite, des élections aux multiples enjeux
Dimanche, les Italiens votent pour renouveler leur Parlement. Une élection décisive qui conclut une campagne morne mais pourrait porter l’extrême droite au pouvoir. Tour d’horizon des programmes et des enjeux. 
par Romaric Godin
Journal — Exécutif
Retraites, chômage, énergie : Macron attaque sur tous les fronts
Le président de la République souhaite mener à bien plusieurs chantiers d’ici à la fin de l’année : retraites, chômage, énergies renouvelables, loi sur la sécurité, débat sur l’immigration… Une stratégie risquée, qui divise ses soutiens.
par Ilyes Ramdani
Journal — Moyen-Orient
L’Arabie saoudite soudoie des stars des réseaux sociaux pour attirer les touristes
Le royaume entend préparer l’après-pétrole grâce aux revenus du tourisme. Pour faire la promotion des trésors touristiques saoudiens, des influenceurs des quatre coins du monde affluent par avions entiers. Avec un objectif : montrer par leurs publications Instagram que le pays s’est ouvert. 
par Yunnes Abzouz
Journal — Écologie
Trois ans après Lubrizol, Rouen confie aux entreprises la prévention des risques industriels
Trois ans après l’accident de l’usine chimique, la métropole normande a mandaté une association d’industriels pour étudier les attentes de la population et former les élus. Une association de victimes dénonce un « McKinsey » de la pollution.
par Jade Lindgaard

La sélection du Club

Billet de blog
L’éolien en mer menacerait la biodiversité ?
La revue Reporterre (par ailleurs fort recommandable) publiait en novembre 2021 un article auquel j’emprunte ici le titre, mais transposé sous forme interrogative … car quelques unes de ses affirmations font problème.
par jeanpaulcoste
Billet de blog
Le gigantisme des installations éoliennes offshore en Loire Atlantique et en Morbihan
Un petit tour sur les chemins côtiers en Loire Atlantique et en Morbihan pour décrire et témoigner du gigantisme de ces installations offshores, de la réalité de l'impact visuel, et de quelques réactions locales.
par sylvainpaulB
Billet de blog
Éolien : vents contraires !
[Rediffusion] Mal aimées parmi les énergies renouvelables, les éoliennes concentrent toutes les critiques. La région Provence Alpes-Côte d'Azur les boycotte en bloc sans construire d'alternatives au « modèle » industriel. le Ravi, le journal régional pas pareil en Paca, publie une « grosse enquête » qui ne manque pas de souffle...
par Le Ravi
Billet de blog
Les sulfureuses éoliennes de la baie de Saint-Brieuc en débat
[Rediffusion] A l’initiative d’Ensemble ! deux débats ont été organisés les 24 et 25 septembre autour du projet de parc éolien dans la baie de Saint-Brieuc. En voici le compte rendu vidéo, avec mon intervention, présentant mes enquêtes sur Mediapart, et les prises de parole de Katherine Poujol (responsable de l’association « Gardez les caps !) ou encore de Lamya Essemlali (présidente de Sea Shepherd France).
par Laurent Mauduit