Pour ne plus perdre sa vie à la gagner (meeting)

Face aux menaces graves pesant sur l’existence même des CHSCT dans le cadre de la négociation sur le dialogue social, aux dangers de la loi Macron en ce qui concerne le travail du dimanche et de nuit, l’indépendance et les moyens de l’inspection du travail ou la suppression du délit d’entrave, aux nouvelles attaques contre la médecine du travail, l’urgence d’agir et de s’unir.

 

Le 15 janvier dernier, des acteurs et actrices du mouvement syndical et de la santé au travail ont rendu public dans plusieurs média un appel intitulé « Pour ne plus perdre sa vie à la gagner ! ».

 

Cet appel a recueilli les premières signatures d’Annie Thebaud-Mony, directrice de recherches honoraire à l’INSERM, Danièle Linhart, sociologue, directrice de recherches émérite au CNRS, Eric Beynel, porte parole de l'Union syndicale Solidaires, Christophe Godard, secrétaire national de l’UGFF-CGT (responsable Santé-Travail), Jean-Michel Sterdyniak, président du SNPST, Dominique Huez pour l’Association Santé Médecine du Travail, Alain Carré pour le SMTIEG-CGT, Arnaud de Broca, secrétaire général de la FNATH, Julien Lusson pour Attac, Louis-Marie Barnier pour la Fondation Copernic, les syndicats CGT, FSU et SUD de l’inspection du travail, un Collectif de 27 cabinets, experts CHSCT ou intervenants en santé au travail et les associations Henri Pezerat, Ban Asbestos et Robin des Toits.

 

La santé au travail est au cœur de l’activité de tous les acteurs impliqués dans la prévention des risques et l’amélioration des conditions de travail. Dans le contexte actuel, tous devraient voir leurs conditions d’intervention favorisées et améliorées : CHSCT, médecins du travail, inspecteurs du travail, contrôleurs Carsat, experts CHSCT, intervenants en prévention de la mutualité, tous interagissent de façon complémentaire au sein d’un ensemble devenu cohérent, celui de notre système de prévention. C’est lui qui, morceau par morceau, est progressivement défait depuis quelques années ; c’est lui que nous voulons préserver et renforcer.

 

La Fondation Copernic et les premiers signataires de ce texte appellent l’ensemble des travailleuses et travaileurs et toutes les actrices et acteurs de la santé au travail à signer massivement la pétition.

 

Avec les actrices et acteurs du mouvement syndical et de la santé au travail (syndicats, représentants du personnel au CHSCT, médecins du travail, inspecteurs du travail, experts CHSCT, psychologues du travail, ergonomes, chercheurs en santé au travail, etc.), nous appelons à une mobilisation, à l’organisation d’états généraux pour défendre et améliorer les droits collectifs des travailleurs en matière de santé au travail et à participer au meeting qui se tiendra le mercredi 11 février 2015, à 18 heures 30, à l'Espace Jean Dame, à Paris (17, rue Léopold Bellan, 2ème arrondissement, M° Sentier).

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.