La Fondation Copernic lance un processus de refondation

La Fondation Copernic lance un processus de refondation avec un appel signé par des chercheurs, des responsables associatifs, syndicaux et politiques. Ce qui est en jeu, c’est la re-construction d’espaces d’échanges et de convergences pour permettre l’élaboration de propositions alternatives pour une gauche opposée au néolibéralisme et au néoconservatisme.


Manifeste pour une refondation de la Fondation Copernic

Nous ne nous résignons pas aux défaites sociales, écologistes et féministes. Ce que l’histoire récente a fait, l’histoire prochaine le changera. Nous n’avons pas encore perdu.

 Une Bourse du travail intellectuelle

La Fondation Copernic a 18 ans. Nous appelons à sa re-fondation, à sa re-fabrication. Depuis 18 ans, elle arme les critiques contre le libéralisme, contre les culpabilisations que l’univers concurrentiel accentue, contre la lutte entre les plus proches qu’il organise. Depuis 18 ans, Copernic s’emploie à tirer vers la gauche le curseur des débats publics avec des dizaines de Notes et par l’intervention dans les médias (plusieurs centaines de tribunes de presse cosignées).

Mais face à la puissance des mécanismes du marché, devant la coalition de ceux qui les célèbrent et sont hautement rétribués, difficile de faire contrepoids. Depuis 18 ans, la Fondation Copernic œuvre à des campagnes unitaires : pour l’avenir des retraites, le « Non » au TCE, les services publics ; contre les privatisations, l’austérité, la précarité qui gagne, les logements chers et les lois Macron ; pour défendre le code du travail et s’opposer aux déréglementations qui tuent impunément ; pour les droits des femmes toujours discriminées, l’accueil des migrants, l’égalité homos-hétéros...

Tant reste à faire. Et nous restons si séparés, si cloisonnés malgré l’utilité de chacun, si peu mêlés, que nous n’opposons pas aux néolibéraux, une force intellectuelle suffisante, la force sociale d’un intellectuel collectif à la hauteur de ce qu’il faut. L’enjeu n’est pas de témoigner, l’enjeu est de transformer.C’est pourquoi nous appelons, avec nos diversités, à travailler ensemble davantage. À une « maison commune intellectuelle ». Nous l’inventerons ensemble.

Nous voulons une « Bourse du travail intellectuelle », pour que s’y rencontrent sans hiérarchie (ce qui est très rare) salariés, chômeurs, retraités, syndicalistes, historiens, sociologues, économistes, juristes, etc… où chacune et chacun partagera ce qu’il sait. Sans hiérarchie mais sans populisme, sans indifférencier les savoirs. Davantage de critiques sociales en sortira, en davantage de domaines.

De plus en plus d’organes de presse, de maisons d’éditions, de télévisions sont propriétés d’industriels ou de banquiers. Les experts officiels sont sans cesse convoqués, dans les lieux de haute légitimité médiatique, pour nous convaincre de consentir au monde tel qu’il va et qu’il faudrait, à les suivre, libéraliser davantage. Ce n’est que réunis (dans l’autogestion de notre regroupement), en mutualisant nos savoirs, que nous pourrons faire valoir d’autres diagnostics, d’autres solutions et les indignations indispensables.

Car nous vivons une situation paradoxale et dangereuse. Le mouvement social contre la loi travail, largement soutenu, a montré l’ampleur et la vigueur du refus des dogmes néolibéraux. Nuit debout exprima haut et fort l’aspiration à davantage de débats démocratiques, davantage d’élaborations d’alternatives, pour fabriquer une citoyenneté concrète, « en continu ». Et pourtant, ni ce mouvement social, ni la dynamique citoyenne n’a réussi, et surtout n’a voulu, se poser la question de son existence sur le terrain partidaire et électoral. La cassure entre le social et le politique persiste. Ce qui favorise les jeux d’appareils, les petits calculs et l’autonomisation des trajectoires et des ambitions individuelles, avec pour effet un éclatement politique de la gauche critique.

Cette situation s’accompagne d’une désintégration idéologique. Le consensus minimal sur les valeurs démocratiques et républicaines est en train de se dissoudre. Commencée lors du quinquennat de Nicolas Sarkozy, cette tendance, loin de s’inverser avec François Hollande, s’est au contraire renforcée. La porosité entre la droite et l’extrême droite se double d’une porosité entre une grande partie de la « gauche de gouvernement » et la droite, voire l’extrême droite, comme le montrent diverses déclarations de Manuel Valls, les lois sécuritaires, le traitement indigne des réfugiés, la déchéance de nationalité, « l’affaire » du Burkini… Au nom de la lutte contre le terrorisme, les stigmatisations et les contrôles infondés des musulmans ou supposés tels, se développent et se banalisent. La conception d’une société homogène traquant la diversité s’affirme et se dissémine. Le « chacun pour soi » qu’impose la nouvelle organisation libérale du travail se prolonge dans l’exaspération des « haines de l’autre » : racismes de classes, banalisations des actes islamophobes et depuis longtemps mais toujours constamment des actes antisémites, agressions homophobes…

Montée du chômage et de la précarité, développement de la pauvreté, dérèglementation du droit du travail, recul du pouvoir d’achat, décomposition du tissu industriel, destructions des éco-systèmes et de la biodiversité, violences faites aux femmes (économiques, symboliques, physiques…), se combinent avec une offensive idéologique qui remet en cause les droits conquis et les fondements de l’État de droit. Le FN n’a pas besoin de faire campagne pour exister, les autres le font pour lui et il peut se présenter tranquillement comme candidat au pouvoir.

 Nos chantiers

 Dans cette situation, la bataille des idées est une priorité. Les idées élaborées et portées en commun, peuvent devenir forces matérielles. C’est pourquoi nous appelons à une « maison commune intellectuelle », à une sorte de « Bourse du travail intellectuelle ». Autour de quels chantiers ?

 

-      1) Produire des contrefeux et des solutions anti-libérales (notes, tribunes, campagnes unitaires). En des groupes autogérés, pour répondre, mais à temps ou en les précédant, à chacune des déconstructions sociales que les libéraux inscrivent dans les têtes et dans les faits. Il faut se l’avouer : pour le moment, tous et chacun, nous travaillons trop peu de dossiers. Et trop peu ensemble.

-      2) Diffuser les savoirs critiques et monter des dispositifs de co-construction de savoirs. Nous voulons et nous allons, faire circuler aussi large qu’il faut et tellement plus large qu’aujourd’hui, les savoirs qui dérangent, parce qu’ils dévoilent l’arbitraire des hiérarchies, les mécanismes de leurs reproductions et leurs justifications. Ce qui aidera à résister aux dominations de toutes espèces, dans les entreprises, les industries culturelles, en politique, à l'école, dans l’existence quotidienne. Et nous voulons parallèlement inventer des dispositifs, des ateliers, où syndicalistes, usagers, universitaires, élus, se mêlent et puissent s’écouter. Ces ateliers permettront de lutter contre les résignations : résignations aux inégalités, résignations à « rester à sa place », résignations au fait d’être exclu des « mondes » qui parlent et qui décident. Sur quels thèmes ? Nous le déciderons collectivement. Mais par exemple : pour réinventer des services publics désormais cassés, articuler social et écologie, inventer une école non-ségrégative, une santé non marchandisée, une protection sociale élargie, un impôt qui redistribue, ou pour démocratiser la démocratie, etc…

-       3) Faire entendre « directement » les indignations de ceux qui subissent. Et qui doivent « la fermer » face aux licenciements, face aux réorganisations forcées des collectifs de travail, face aux discriminations, aux exploitations, à l’insupportable, face au sexisme partout installé. Trop longtemps, l’expression des paroles « ordinaires », des paroles jugées illégitimes, a été étouffée. Avec leurs mots, leurs urgences, leurs forces, nous allons les faire entendre.

-       4) Nous réapproprier l’histoire de nos luttes. Trop de militants disparaissent et s’en vont avec eux les archives des luttes, qui forment notre patrimoine. Les conserver est essentiel, nous allons y contribuer. Non par souci d’antiquaire mais pour leurs forces vives, vivantes. Et puis, chantier parallèle, en des ateliers d’histoire collective, nous voulons également écrire notre propre histoire : l’histoire de nos combats (même minuscules), sans plus longtemps être dépossédés du pouvoir de dire directement les rapports de force, les difficultés, les souffrances, les solidarités, les bonheurs, les colères, les galères, qui font le monde social et nos existences. Si chacun.e se réapproprie son histoire et perçoit à quel point elle s'entremêle à l'histoire des autres, alors la connaissance ne restera plus un instrument de pouvoir, réservé aux élites. Elle deviendra arme critique à disposition de toutes et tous.

-       5) Mieux comprendre les relations internationales et les configurations économiques et sociales « à l’étranger ».Parce que nous y contraignent l’interconnexion des économies, les effets dominos des conflits locaux, leurs causes imbriquées, les interventions des puissances occidentales, la persistance et les conséquences du néocolonialisme et du passé colonial, les « grands marchés libéraux », la puissance renforcée des firmes transnationales au capital multinational, les ravages d’une finance mondialisée et folle, la destruction sans frontières du vivant, etc…Comprendre « là-bas », c’est comprendre ici. Comprendre les résistances « là-bas », aide à résister ici.

Autogestion et réseau

La Fondation Copernic existe pour étendre les zones d’accord dans la gauche antilibérale et écologiste, sociale, féministe, syndicale et politique. Nous ne fonctionnons et nous ne fonctionnerons qu’au consensus, avec abstentions amicales si cela est possible, en cas de désaccords. La Fondation Copernic refuse le pyramidal. Nous proposons que s’autogèrent les groupes, ateliers et chantiers, mis en réseau et qui constituent Copernic.

Cette « maison commune » intellectuelle, nous voulons et nous allons l’inventer et la fabriquer ensemble, le samedi 28 janvier, en une AG conviviale de « re-fondation » de la Fondation Copernic. Nous y appelons.

Les 440 signataires : 

Catherine Achin (politiste), Gilbert Achcar (sociologue), Etienne Adam (syndicaliste), Jean Agnes (philosophe), Christophe Aguiton (sociologue), Paul Alliès (politiste), Maxime Amblard (informaticien, université de Lorraine), Bastien Amiel (politiste), Bruno Ambroise (philosophe), Jean-Loup Amselle (ethnologue), Nils Andersson (éditeur), Michel Angot (syndicaliste FSU), Sylvie Aprile (historienne), Eric Aunoble (historien), Clémentine Autain (co-porte parole d’Ensemble), Tristan Auvray (économiste), Daniel Bachet (sociologue), Jacqueline Balsan (MNCP), Lucie Bargel (politiste), Louis-Marie Barnier (sociologue), Lorenzo Barrault-Stella (sociologue), Michel Barthélémy (sociologue), John Barzman (historien), Baton (sociologue), Francine Bavay (écologiste), Willy Beauvallet-Haddad (politiste), Maria-Benedita Basto (africaniste), Stéphane Beaud (sociologue), Julien Beaugé (politiste), Nicolas Benies (économiste), Marlène Benquet (sociologue), Fatima-Ezzahra Benomar (féministe, Les effronté.E.s), François Bernard (économie solidaire), Olivier Besancenot (NPA),  Sophie Béroud (sociologue), Céline Bessière (sociologue), Eric Beynel (co-porte parole de Solidaires), Michel Bianco (syndicaliste), Emilie Biland (sociologue), Michel Bilis (directeur d’hôpital honoraire), Emmanuel Blanchard (historien), Philippe Blanchet (sociolinguiste), Béatrice Bloch (littérature moderne), Catherine Bloch-London (sociologue), Loïc Blondiaux (politiste), Virginie Blum (sociologue), Jacques Bidet (philosophe), Frédéric Boccara (économiste), Alain Bonhomme (haut fonctionnaire), Christophe Bonneuil (historien), Sylvain Bordiec (sociologue), Claire Bornais (syndicaliste FSU), Martine Boudet (anthropologue), Ali Boulayoune (sociologue), Jérôme Bourdieu (économiste), Bruno Bourgarel (Arc en ciel Théâtre), Jacques Boutault (maire EELV du 2d arrondissement de Paris), Anne Bory (sociologue), Samuel Bouron (sociologue), Claudy Bouyon (linguiste), Jean-Claude Branchereau (syndicaliste), Emmanuel Brandl (sociologue), Patrick Braouezec (député honoraire), Antoine Brescia (syndicaliste CGT), Claire-Akiko Brisset (japonologue), Eric Brun (sociologue), Isabelle Bruno (politiste), Ivan Bruneau (sociologue), Patrick Bruneteaux (sociologue), Marc Brynhole (PCF), Fanny Bugeja-Bloch (sociologue), Sylvaine Bulle (sociologue), Noëlle Burgi (politiste), Michel Cahen (études hispaniques et iberiques), Marie-Claire Cailletaud (syndicaliste CGT), Claude Calame (anthropologue), Marie-Claire Calmus (écrivaine), Jean-Marc Canon (syndicaliste CGT), Coline Cardi (sociologue), Manuel Cervera-Marzel (sociologue), Jacqueline Ceyte (historienne), Leila Chaibi (PG), Gérard Chaouat (immunobiologiste), Patrick Chamoiseau (écrivain), Isabelle Charpentier (sociologue), Michel Chauvière (sociologue), Jeanne Chevallier (PG), Françoise Clément (économiste), Patrice Cohen-Seat (avocat), Gabriel Colletis (économiste), Sonia Combe (historienne), Pierre Concialdi (économiste), Philippe Corcuff (politiste), David Cormand (secrétaire national EELV), Christel Coton (sociologue), Annie Couëdel (sciences de l’éducation), Alain Coulombel (secrétaire national adjoint EELV), Thomas Coutrot (économiste), Robert Crémieux (revue Partage), Alexis Cukier (philosophe), Sylvie Chaperon (historienne), Vincent Charbonnier (philosophe), Pierre Crétois (philosophe), Laurence de Cock (historienne), Laurent Cordonnier (économiste), Pierre Cours-Salies (sociologue), Gaëlle D’Arnicelli (cadre territorial), Hendrik Davi (Inra), Marielle Debos (politiste), Jean-Pierre Debourdeau (membre d’ATTAC), André Déchat (militant antiraciste), Hervé Defalvard (économiste), Caroline De Haas (féministe), Christian Delarue (altermondialiste), Christophe Delecourt (syndicaliste CGT), Christine Delphy (sociologue), Sandra Demarcq (NPA), Monique Dental (réseau féministe Ruptures), Fabien Desage (politiste), Christine Détrez (sociologue), Jean-Michel Drevon (secrétaire général Institut de recherche FSU), Françoise Dreyfus (politiste), Blandine Destremau (sociologue), Claude Didry (sociologue), Paul Dirkx (sociologue), Josepha Dirringer (juriste), Keith Dixon (études britanniques), Etienne Douat (sociologue), Véronique Dubarry (élue EELV), Vincent Dubois (sociologue), Frédéric Dufaux (géographe), Stéphane Dufoix (sociologue), Cedric Durand (économiste), Eloise Durand (anthropologue), Mireille Eberhard (sociologue), Henri Eckert (sociologue), Philippe Enclos (juriste), Guillaume Etiévant (économiste), Anne Eydoux (économiste), Patrick Farbiaz (Sortir du Colonialisme), David Faroult (études cinématographiques), Eric Fassin (sociologue), Didier Fassin (anthropologue), Jacques Fath (membre du PCF), Jean-Michel Faure (sociologue), Sophie Fesdjian (anthropologue), Benjamin Ferron (sciences de la communication), Yann Fievet (professeur sciences économiques et sociales), Olivier Fillieule (sociologue), Gérard Filoche (BN du PS), Karin Fischer (études irlandaises et britanniques), Fabrice Flipo (philosophe), Jacques Fijalkow (psychologue), Frank Fischbach (philosophe), Artemisa Flores (sociologue), Bernard Floris (sociologue), Jacques Fontaine (géographe), Anny Fradin (écologiste), Nathalie Frigul (sociologue), Bernard Friot (sociologue), Philippe Fritsch (sociologue), Marie-Carmen Garcia (sociologue), Isabelle Garo (philosophe), Laurent Garrouste (inspecteur du travail), Jean-Paul Gaschignard (bibliothécaire), William Gasparini (sociologue), Franck Gaudichaud (politiste), Bertrand Geay (sociologue), Didier Gélot (économiste), Susan George (écrivain), Julie Gervais (politiste), Mathieu Gervais (sociologue), Jérôme Gleizes (économiste), Cécile Gondard-Lalanne (co-porte parole de Solidaires), Roland Gori (psychanalyste), Camille Gourdeau (anthropologue), Gérard Gourguechon (syndicaliste Solidaires), Guillaume Gourgues (politiste), Yves Guerre (réseau Arc en ciel Théâtre), Caroline Guibet-Lafaye (philosophe), Thierry Guilbert (socio-linguiste), Stéphane Guillemarre (professeur de philosophie), Paul Guillibert (philosophe), Ozgur Gun (économiste), Michaël Gutnic (mathématicien), Janette Habel (politiste), Guy Haudebourg (historien), Gérard Halie (Mouvement de la paix), Ingrid Hayes (historienne), Alain Hayot (sociologue), Charles Heimberg (historien), Thomas Hippler (historien), Helena Hirata (sociologue), Yvon Huet (syndicaliste), Michel Husson (économiste), Sabina Issehnane (économiste), Lionel Jacquot (sociologue), François Jarrige (historien), Gisèle Jean (élue), Esther Jeffers (économiste), Raoul-Marc Jennar (politiste), Anne Jollet (historienne), Samy Joshua (sciences de l'éducation), Nicolas Jounin (sociologue), Edouard Jourdain (philosophe), Camille Jouve (NPA), Elise Julien (historienne), Martine Kaluszynski (historienne), Karl Ghazi (syndicaliste CGT), Denise Karnaouch (historienne), Daniele Kergoat (sociologue), Razmig Keucheyan (sociologue), Pierre Khalfa (économiste), Robert Kissous (économiste), Michel Koebel (sociologue), Stathis Kouvelakis (politiste), Judith Krivine (avocate), Isabelle Krzywkowski (littératurre contemporaine), Thierry Labica (études britanniques), Thomas Lacoste (cinéaste), Claire Lacour (mathématicienne), Bernard Lacroix (politiste), Rose-Marie Lagrave (sociologue), Annie Lahmer (élue EELV), Jean-Charles Lallemand (PG), Adeline Lamberbourg (sociologue), Corinne Lanoir (théologienne), Juliette Lancel (historienne), Huayra Lanque (plasticienne), Mathilde Larrère (historienne), Xavier de Larminat (sociologue), Marine de Lassalle (politiste), Christian Laval (sociologue), Léa Laval (sciences de l’éducation), Cécile Lavergne (philosophe), Stéphane Lavignotte (pasteur), Christian Lazzeri (philosophe), Frédéric Lebaron (sociologue), Frédérique Leblanc (sociologue), Francis Lebon (sociologue), Bleuwenn Lechaux (sociologue), Olivier Lecour Grandmaison (historien), Catherine Leclercq (sociologue), Rémi Lefebvre (politiste), Edwin Le Heron (économiste), Jean-Philippe Legois (historien), Olivier Legros (géographe), Patrick Lehingue (politiste), Gérard Leidet (historien), Sarah Legrain (PG), Frédéric Le Marcis (anthropologue), Claire Lemercier (historienne), Patrick Le Moal (inspecteur du travail), Benjamin Lemoine (sociologue), Aurélia Léon (sociologue), Loïc Le Pape (politiste), Tristan Leperlier (sociologue), Jacques Lerichomme (Ensemble), Benoit Leroux (sociologue), Rémy Le Saout (sociologue), Claire Le Strat (politiste), Catherine Lévy (sociologue),  Daniele Linhart (sociologue), Catherine Lévy (sociologue), Wenceslas Lizé (sociologue), Fabien Locher (historien), Elise Lowy (EELV), Cédric Lomba (sociologue), Michael Lowy (sociologue), Corinne Luxembourg (géographe), Christian de Montlibert (sociologue), Béatrice Mabilon (sociologue), Jean Magniadas (syndicaliste CGT), Christian Mahieu (sociologue), Christian Mahieux (syndicaliste SUD Rail), Pascal Maillard (littérature française), Henri Maler (politiste), Jean Malifaud (mathématicien), Justine Malle (réalisatrice), Jean-Claude Mamet (co-animateur du blog syndicollectif), Gilles Manceron (historien), Marc Mangenot (économiste), Patrice Maniglier (philosophe), Jean-Christophe Marcel (sociologue), Robert March (syndicaliste), Pascal Marichalar (sociologue), Pascal Martin (sociologue), Igor Martinache (sociologue), Philippe Marlière (politiste), Roger Martelli (historien), Jean-Pierre Martin (psychiatre), Christiane Marty (ingénieure), Philippe Mary (sociologue), Gustave Massiah (économiste), Gérard Mauger (sociologue), Philippe Mazereau (sciences de l’éducation), Caroline Mecary (avocate), Christine Mennesson (sociologue), Jérôme Meizoz (sociologue), Françoise Mesnil (pépinieriste), Olivier Michel (professeur d'informatique, Paris Est), Jean-Philippe Milesy (Rencontres Sociales), Catherine Mills (économiste), Christophe Miqueu (philosophe), Vincent Moeneclaey (sociologue), Sylvie Monchatre (sociologue), Matthieu Montalban (économiste), Frédéric Montferrand (philosophe), Ricardo Montserrat (auteur dramatique), Robi Morder (juriste), Gérard Mordillat (écrivain et cinéaste), Corinne Morel-Darleux (PG), Léonard Moulin (économiste), Anas Moutabarrik (juriste), Richard Moyon (militant RESF), Corinne Nativel (géographe), Delphine Naudier (sociologue), Olivier Nay (politiste), Erik Neveu (politiste), Olivier Neveux (‎professeur d'études théâtrales), Evelyne Ngo (Solidaires), Valérie Nicolet-Anderson (théologienne), Dominique Noguères (juriste), Alain Obadia (responsable associatif), Janine Olmi (politiste), Julien O’Miel (politiste), Laurence Pache (PG), Ugo Palheta (sociologue), Sylvain Pattieu (historien), Christophe Pébarthe (historien), Roland Pfefferkorn (sociologue), Robert Pelletier (syndicaliste CGT, NPA), Willy Pelletier (sociologue), Jean-François Pellissier (co-porte parole d’Ensemble), Claude Pennetier (historien), Bruno Péquignot (sociologue), Mathilde Pette (sociologue), Irène Pereira (philosophe), Corinne Perraudin (économiste), Lenita Perrier (anthropologue), Michel Pialoux (sociologue), Aurélie Pinto (sociologue), Louis Pinto (sociologue), Céline Piques (féministe, OLF), Clyde Plumauzille (historienne), Sophie Pochic (sociologue), Camille Pollet (historien), Raphael Porteilla (politiste), Tristan Poullaouec (sociologue), Christine Poupin (NPA), Laurence Proteau (sociologue), Bernard Pudal (politiste), Romain Pudal (sociologue), Cécile Rabot (sociologue), Jean Raiola (magasinier en BU), Thierry Ramadier (psychologue), Frédéric Rasera (sociologue), Nicolas Renahy (sociologue), Emmanuel Renault (philosophe), Juliette Rennes (sociologue), Carole Reynaud-Paligot (historien), Laurent Rippart (historien), Elen Riot (économiste), Michele Riot-Sarcey (historienne), Jean Robelin (philosophe), Evelyne Rognon-Berchtold (présidente de l’Institut de recherche FSU), Nicolas Roinsard (sociologue), Caroline Rolland-Diamond (historienne), Joseph Romano (sociologue), David Rotman (sociologue), Sandrine Rousseau (secrétaire national adjoint EELV), Michel Rousseau (Marches européennes contre le chômage), Violaine Roussel (sociologue), Hélène Roux (sociologue), Monique de Saint Martin (sociologue), Arnaud Saint-Martin (sociologue), Julien Salingue (politiste), Gregory Salle (sociologue), Catherine Samary (économiste), Véronique Sandoval (économiste), Jacques Sauvageot (responsable associatif), Nicolas Sembel (sociologue), Julie Sedel (sociologue), Pinar Selek (sociologue), Yasmine Siblot (sociologue), Patrick Silberstein (éditeur), Patrick Simon (démographe), Rémi Sinthon (sociologue), Evelyne Sire-Marin (magistrate), Jean-Paul Scot (historien), Jérémy Sinigaglia (politiste), Arnault Skornicki (politiste), Omar Slaouti (militant antiraciste), Alexis Spire (sociologue), Richard Sobel (économiste), Alexandre Sokolovitch (réseau Tchaap), Eric Soriano (politiste), Baptiste Talbot (syndicaliste CGT), Julien Talpin (politiste), Lucie Tanguy (sociologue), Danielle Tartakowsky (historienne), Jean-Pierre Terrail (sociologue), Didier Theveniau (PG), Alain Thevet (haut fonctionnaire), Annie Thébaud-Mony (sociologue), Natacha Thiéry (études cinématographiques), André Tosel (philosophe), Jean-Michel Toulouse (ancien cadre hospitalier), Michet Tovet (cadre territorial), José Tovar (syndicaliste), Axel Tranni (haut-fonctionnaire), Josette Trat (sociologue), Enzo Traverso (historien), Stéphanie Treillet (économiste), Anna Trespeuch-Berthelot (historienne), Christophe Trombert (sociologue),  Aurélie Trouvé (économiste), Georges Ubbiali (sociologue), Paul Vannier (PG), Dominique Vanstaevel (syndicaliste SUD Energie), Eleni Varikas (politiste), Corine Vedrine (sociologue), Marie-Christine Vergiat (députée européenne Front de gauche), Nicolas Vieillescazes (éditeur), Marie-Pierre Vieu (PCF), Xavier Vigna (historien), Sébastien Vignon (politiste), Claire Vivès (sociologue), Christophe Voilliot (politiste), Christophe Vuylsteker (biologiste, Snesup), Louis Weber (éditeur), Laurent Willemez (sociologue), Françoise Willmann (germaniste), Karel Yon (sociologue), Philippe Zarka (astrophysicien), Pierre Zarka (ancien directeur de l’Humanité), Malika Zediri (APEIS), Marina Zuccon (présidente du Carrefour de chrétiens inclusifs)

 

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.