mot de passe oublié
1 euro 15 jours

Construisez avec nous l'indépendance de Mediapart

Accédez à l'intégralité du site en illimité, sur ordinateur, tablette et mobile à partir d'1€.

Je m'abonne
Le Club de Mediapart lun. 26 sept. 2016 26/9/2016 Dernière édition

Discours politiques et classes populaires

Les classes populaires disparaissent des discours politiques depuis plusieurs décennies. « En même temps que disparaît la société industrielle de la France du XXe siècle s’opère, à travers des luttes symboliques, le vieillissement des mots sociaux qui servent à la décrire : ouvrier, patronat, classe ouvrière », pourrait-on dire avec Stéphane Beaud. Comment les partis politiques contribuent-ils à ce processus d’invisibilisation ? La Fondation Copernic en a discuté avec Remi Lefebvre et Franck Lepage, sur Fréquence Paris Plurielle (106.3 FM).

Les classes populaires disparaissent des discours politiques depuis plusieurs décennies. « En même temps que disparaît la société industrielle de la France du XXe siècle s’opère, à travers des luttes symboliques, le vieillissement des mots sociaux qui servent à la décrire : ouvrier, patronat, classe ouvrière », pourrait-on dire avec Stéphane Beaud. Comment les partis politiques contribuent-ils à ce processus d’invisibilisation ? La Fondation Copernic en a discuté avec Remi Lefebvre et Franck Lepage, sur Fréquence Paris Plurielle (106.3 FM).

Les « exploités » sont, en effet, devenus des « vulnérables » ou de simples « malchanceux » du système. La construction du réel véhiculée par les mots reflète l’incapacité politique de certains partis à proposer des identités positives, capables de servir à la fois de socle de reconnaissance et de levier de mobilisation.

Comment comprendre ce déclin de l’identité ouvrière et des discours qui l’ont construite au sein des partis politiques, alors même que les catégories populaires constituent la grande majorité de la population active et les ouvriers son quart ? L’évolution du Parti socialiste à cet égard nous intéressera particulièrement dans cette émission, avec deux invités :

Rémi Lefebvre, professeur de science politique à l’Université Lille 2, chercheur au CERAPS, spécialiste des partis politiques et auteur de Les primaires socialistes, la fin du parti militant (Raisons d'agir, 2011) et - avec Frédéric Sawicki - de La société des socialistes (Editions du Croquant, 2006),

et, en seconde partie d’émission, Frank Lepage, auteur, acteur, promoteur des « conférences gesticulées » (vidéo ci-dessous) et ancien membre de la coopérative d’éducation populaire Le Pavé.

 

Le podcast de l'émission du 28 décembre 2012 est disponible ici.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

Tous les commentaires

Sujet intéressant, dont traite également (de manière élargie) la sociologue Sarah Abdenour dans Les nouveaux prolétaires (Textuel, collection "Petite encyclopédie critique", 2012).

 

Construisez l'indépendance de Mediapart

onze euros par mois

Souscrivez à notre offre d'abonnement à 11€/mois et téléchargez notre application mobile.
Je m'abonne

L'auteur

Fondation Copernic

La Fondation Copernic regroupe des militant-e-s associatifs, syndicaux, politiques, des praticiens et des chercheurs de la gauche anti-libérale et écologiste. Elle s’adresse à toutes celles et ceux qui ne se résignent pas à l’ordre néolibéral

Le blog

suivi par 139 abonnés

Remettre à l'endroit ce que le libéralisme fait fonctionner à l'envers