FPL

FPL

Le Fonds pour une Presse Libre (FPL) est un organisme à but non lucratif ayant pour objet de défendre la liberté de l’information, le pluralisme de la presse, l’indépendance du journalisme.
Abonné·e de Mediapart

14 Billets

0 Édition

Billet de blog 2 nov. 2020

Le Fonds pour une presse libre est créé

Le Fonds pour une presse libre (FPL) est créé et a commencé ses travaux. Voici son premier communiqué, diffusé à l'issue de la première réunion tenue par son conseil d'administration.

FPL

FPL

Le Fonds pour une Presse Libre (FPL) est un organisme à but non lucratif ayant pour objet de défendre la liberté de l’information, le pluralisme de la presse, l’indépendance du journalisme.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La création du Fonds pour une presse libre (FPL), déclaré à la préfecture de Paris le 14 août 2019, a été publiée au Journal Officiel du samedi 14 septembre.

Né de la volonté commune des cofondateurs et des salariés du journal en ligne Mediapart (lire ici l’article de Mediapart du 2 juillet), réunis dans une Association pour le droit de savoir (ADS), ce fonds de dotation a pour objet de « défendre la liberté de l’information, le pluralisme de la presse et l’indépendance du journalisme ; contribuer à la protection du droit de savoir et de la liberté de dire à l’heure de la révolution numérique ; promouvoir un journalisme d’intérêt public, portant des valeurs humanistes, au service du bien commun et de l’égalité des droits, du rejet des discriminations et du refus des injustices ».

Son conseil d’administration a tenu sa première réunion jeudi 12 septembre. Conformément aux statuts du FPL, cinq de ses membres ont été choisis « pour leur attachement aux droits fondamentaux et notamment à la liberté et l’indépendance de la presse », les deux autres étant « désignés parmi les salarié(e)s de Mediapart dont une journaliste », étant précisé qu’ « aucune personne exerçant une fonction de direction et/ou de gestion au sein de Mediapart ne peut siéger au sein du conseil d’administration du Fonds ».

Présidé par Michel Broué (mathématicien, professeur d’université), le conseil d’administration du FPL est composé de Dominique Cardon (sociologue, directeur du MédiaLab de Sciences Po), Stéphanie Chevrier (éditrice, présidente des éditions La Découverte), Christine Lazerges (professeur de droit, ancienne présidente de la Commission nationale consultative des droits de l’homme), François Vitrani (directeur général de la Maison de l’Amérique latine), Renaud Creus et Jade Lindgaard (représentants des salarié.e.s de Mediapart).

Lors de cette première réunion, le FPL a fixé ses priorités immédiates : élaboration d’une charte éthique, qui sera son code de conduite dans l’acceptation, la gestion et la répartition des fonds qui lui seront confiés (provenant de dons de citoyens ou d’entreprises, assortis des déductions fiscales prévues par la loi pour les missions reconnues d’intérêt général) ; constitution d’un comité stratégique, chargé de l’étude préalable des dossiers qui lui seront soumis et de conseiller son conseil d’administration ; recrutement d’un (ou d’une) directeur (directrice) exécutif (exécutive), avec un statut de salarié.e permanent ; création d’un site internet, assurant une totale transparence sur son activité.

Cette phase d’installation devrait permettre au FPL d’être en état de marche fonctionnelle début 2020. Parallèlement, d’ici la fin 2019, le FPL aura créé une Société pour la protection de l’indépendance de Mediapart (SPIM) destinée à sanctuariser le capital de ce journal, en le rendant incessible, afin de rendre irréversible son indépendance économique.

Paris, le 16 septembre 2019

Contact : contact@FondsPresseLibre.org

Fonds pour une presse libre, 8 passage Brulon, 75012 Paris

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
Comment le CHU de Bordeaux a broyé ses urgentistes
Les urgences de l’hôpital Pellegrin régulent l’accès des patients en soirée et la nuit. Cela ne règle rien aux dysfonctionnements de l’établissement, mettent en garde les urgentistes bordelais. Épuisés par leur métier, ils sont nombreux à renoncer à leur vocation.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Force ouvrière : les dessous d’une succession bien ficelée
À l’issue du congrès qui s’ouvre dimanche, Frédéric Souillot devrait largement l’emporter et prendre la suite d’Yves Veyrier à la tête du syndicat. Inconnu du grand public, l’homme incarne, jusqu’à la caricature, le savant équilibre qui prévaut entre les tendances concurrentes de FO.
par Dan Israel
Journal
« Travail dissimulé » : la lourde condamnation de Ryanair confirmée en appel
La compagnie aérienne a été condamnée, en appel, à verser 8,6 millions d’euros de dommages et intérêts pour « travail dissimulé ». La firme irlandaise avait employé 127 salariés à Marseille entre 2007 et 2010, sans verser de cotisations sociales en France. Elle va se pourvoir en cassation.
par Cécile Hautefeuille
Journal — Social
En Alsace, les nouveaux droits des travailleurs détenus repoussent les entreprises
Modèle français du travail en prison, le centre de détention d’Oermingen a inspiré une réforme du code pénitentiaire ainsi qu’un « contrat d’emploi pénitentiaire ». Mais entre manque de moyens et concessionnaires rétifs à tout effort supplémentaire, la direction bataille pour garder le même nombre de postes dans ses ateliers.
par Guillaume Krempp (Rue89 Strasbourg)

La sélection du Club

Billet de blog
Le service public d’éducation, enjeu des législatives
Il ne faudrait pas que l’avenir du service public d’éducation soit absent du débat politique à l’occasion des législatives de juin. Selon que les enjeux seront clairement posés ou non, en fonction aussi des expériences conduites dans divers pays, les cinq prochaines années se traduiront par moins ou mieux de service public d’éducation.
par Jean-Pierre Veran
Billet de blog
Macron 1, le président aux poches percées
Par Luis Alquier, macroéconomiste, Boris Bilia, statisticien, Julie Gauthier, économiste dans un ministère économique et financier.
par Economistes Parlement Union Populaire
Billet de blog
Ce qu'on veut, c'est des moyens
Les salarié·es du médicosocial se mobilisent à nouveau les 31 mai et 1er juin. Iels réclament toujours des moyens supplémentaires pour redonner aux métiers du secteur une attractivité perdue depuis longtemps. Les syndicats employeurs, soutenus par le gouvernement, avancent leurs pions dans les négociations d'une nouvelle convention collective avec comme levier le Ségur de la santé.
par babalonis
Billet de blog
par Bésot