Nous les femmes, au nom de l'Humanité et de la Terre, choisissons la Fraternité

Les grandes révolutions se font avec les femmes. Le changement de monde nécessaire aujourd'hui, se fera par la fraternité et la solidarité.

Nous les femmes, au nom de l'Humanité et de la Terre nous choisissons la Solidarité.

J'ai, ce matin, visionné une video, extraite d'une émission dans laquelle Yann Arthus Bertrand est intervenu (https://www.rtbf.be/auvio/detail_yann-arthus-bertrand?id=2408682).

Dans cet extrait il dit que les changements nécessaires pour sauver la planète passeront nécessairement par un changement spirituel (pas religieux), il évoque des valeurs « de compassion, d'empathie, de bienveillance et d’honnêteté », et je crois que c'est en effet cela qui permettra un changement concret et profond de nos sociétés humaines.

Je crois en outre, que nous les femmes, parce que porteuses particulièrement de ces valeurs « dites féminines » sommes les plus à même à nous engager dans ce sens. Nous sommes, partout dans le monde, celles qui nous consacrons aux enfants et celles qui donnons la plus grande part de nos revenus à nos famille. C'est la réalité et ceci est essentiel pour comprendre la question qui suit.

Qu'est ce qui nous freine, alors, dans un engagement plus conséquent pour l'Environnement, la Paix ou encore la Liberté ? Je crois que c’est la peur pour nos enfants ; Yann Arthus Bertrand dit encore que les citoyens attendent avant tout de préserver leur emploi. En effet, de cet emploi dépend le bien être de la famille ou au moins la satisfaction des besoins liés à la survie dans notre société menée par le capitalisme.

Comment alors dans notre monde permettre à notre société de choisir une économie respectueuse des valeurs que nous portons comme du rêve que nous faisons pour nos enfants. Je pense évidemment à un monde de Paix, et ceci n'est acquis pour aucun de nous tant que cela ne sera acquis pour tous dans ce monde ; je pense également à une nourriture saine ; comment en effet, pouvons encore empoisonner nos enfants avec des fruits ruisselants d’insecticides ou des poulets gavés d'antibiotiques sous prétexte de rentabilité? Au delà des choix du consommateur, trop souvent élevé comme étendard pour justifier le statut-quo notamment en agriculture, il nous est demandé de choisir collectivement notre orientation économique.

Pourquoi existe t il des résistances si fortes à la fin de l'industrie de l'armement, à la mutation totale de l'agriculture chimique vers une production saine ? Comment enfin chacun et chacune, concernés directement par ces nouvelles orientations économiques accepteraient de s'engager dans une démarche si elle reste porteuse d'un risque pour le bien être des proches, en provoquant l'insécurité de l'accès aux besoins primaires ? Et ici, je parle de perte d'emploi pour les ouvriers de certaines industries, de dépôt de bilan pour les agriculteurs et plus généralement de peur de ne plus avoir accès à de biens de consommation de base pour les personnes les plus en précarité.

Je crois que nous devons nous engager, individuellement et collectivement à prendre en charge, à soutenir et garantir l'accès à ces biens à toute personne qui aurait subit une perte d'emploi, de lieu de vie ou autre bien essentiel en raison de cette mutation.

Plus largement, nous devons enfin, assurer par nous même, l'accès à des conditions de vie correctes à chaque être humain.

La confiance dans les aides et compensations apportées par l’État ne suffisent plus à rassurer les personnes concernées par un changement de politiques économiques (ouvriers de l’industrie de l’armement, employés des centrales nucléaires ou encore les agriculteurs dépendants de la chimie). Mais la solidarité de chacun de nous donnera accès à un soutien illimité à ceux qui pâtirons de ces changements, nous partagerons ainsi concrètement les conséquences immédiates de nos choix. Ceci sera la Solidarité.

Les portes de nos maisons comme celles de nos cœurs doivent s'ouvrir afin d'accueillir avec bienveillance mais aussi confiance ceux qui en ont besoin, ce qui en auront besoin, en raison de la révolution spirituelle, politique et matérielle désormais nécessaire.

Ceci est à mon sens le terrain qui nous permettra, à nous les femmes, de répondre à cet appel de l’Humanité et de la Terre et envisager un monde meilleur pour nos enfants au delà de la préservation de leurs besoins de base. Lorsque nous n'aurons plus peur pour le quotidien, nous demanderons la Liberté, la Paix et le bien être pour tous.

Nous choisissons de participer à cette révolution, c'est pourquoi nous nous engageons à ouvrir notre porte et accueillir ceux qui pâtiraient du nécessaire changement de cap de l'Humanité. Nous choisissons aujourd'hui de mettre un terme à la destruction de notre planète et de l'humanité et nous engageons pour cela à prendre notre part de responsabilité en partageant les coûts de cette mutation selon nos moyens et en faisant de notre mieux.

Nous, les femmes de ce monde, choisissons la Paix et la Bienveillance pour offrir un monde sain à l'Humanité.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.