Francis Daspe
Abonné·e de Mediapart

64 Billets

0 Édition

Billet de blog 7 mars 2014

Promouvoir les enjeux républicains de la sécurité

Francis Daspe
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Francis DASPE est secrétaire général de l’AGAUREPS-Prométhée (Association pour la gauche républicaine et sociale  – Prométhée).

Trop souvent, une vision étriquée de la sécurité, surfant sur les peurs irrationnelles et l’électoralisme médiocre, occulte sa dimension révolutionnaire. Transcrite dans l’article 2 de la déclaration des droits de l’homme et du citoyen du 26 août 1789 sous le terme de « sûreté », elle s’est construite contre toutes les formes d’arbitraires et d’absolutismes : la transformation des sujets en citoyens et la reconnaissance de la souveraineté populaire en constituaient les préalables. Il est donc cocasse de constater que ceux qui récupèrent la question de la sécurité soient souvent imbibés d’une culture politique contre-révolutionnaire dénigrant l’héritage de 1789 et 1793.

La sécurité est porteuse d’enjeux éminemment républicains. Le premier a trait à la nature de monopole public. Il est aujourd’hui généralement admis que la sécurité relève d’un devoir d’Etat, et qu’il s’agit d’une fonction exclusivement régalienne. Qui sait qu’aujourd’hui les emplois des entreprises privées de sécurité ne sont plus très loin d’atteindre ceux des effectifs publics de la police et de la gendarmerie ?

Le second enjeu en découle : c’est celui de la marchandisation. On pourrait très vite estimer que la sécurité relève de la responsabilité individuelle : ce serait la faire entrer par voie de conséquence dans le champ de la concurrence et de la marchandisation. Les valeurs libérales dominantes favorisent cette évolution. La floraison des entreprises privées de sécurité en témoigne. La privatisation des missions de sécurité devrait se développer à l’avenir si aucun sursaut ne survient.

Un troisième enjeu concerne l’efficacité des politiques de sécurité. La multiplication des lois montre l’inefficacité des devancières qui étaient pourtant sensées solutionner bon nombre de problèmes. Des gesticulations sarkozystes ont découlé un maquis d’une législation surabondante. Pour tenter de masquer ses échecs, Nicolas Sarkozy instaura plutôt brutalement une culture du chiffre. Elle a occulté les vrais problèmes. Les statistiques peuvent en effet être considérées comme « l’art de mentir de façon convenable »…  La culture du chiffre se situe en opposition à l’essence de l’ambition républicaine et de la notion de service public, par une confusion entre efficacité et rentabilité.

             Le quatrième enjeu ouvre sur la manière de faire société. Le vivre ensemble en constitue l’aboutissement logique : s’agit-il de raccommoder ou de désagréger ? C’est ainsi que les contresens et les malentendus fâcheux se sont multipliés, entre la criminalisation de la pauvreté et les stigmatisations gratuites, en passant par les incompréhensions avec les jeunes, les déséquilibres police justice ou le non respect des libertés et le contrôle des esprits. Là aussi, ce sont comme autant de manquements rédhibitoires à l’idéal républicain.

L’existence de ces enjeux républicains éloigne la sécurité d’un simple « basse besogne sécuritaire ». Pour dépasser le simple effet d’annonce, deux conditions doivent être au rendez-vous de l’ambition affichée : des moyens humains et une volonté systémique. C’est l’exact contraire des politiques menées par les gouvernements depuis 10 ans : suppression de la police de proximité, ignorance de la dimension prévention, réductions des emplois de travailleurs sociaux et de médiateurs urbains etc. L’austérité et le culte de la réduction des dépenses publiques aggravent la situation. On se rallie de la sorte à une gestion étriquée de la société. Il ne faut pourtant pas oublier que ce qui est en jeu, c’est la res publica, son renforcement ou sa désagrégation. 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Violences sexuelles
Violences sexuelles : l’ancien ministre Jean-Vincent Placé visé par une plainte
Selon les informations de Mediapart et de l’AFP, le parquet de Paris a ouvert une enquête préliminaire après la plainte pour harcèlement sexuel d’une ancienne collaboratrice. D’après notre enquête, plusieurs femmes ont souffert du comportement de l’ancien sénateur écolo, devenu secrétaire d’État sous François Hollande.
par Lénaïg Bredoux
Journal
Élections étudiantes : le débat
Alors que les élections du Crous ont lieu du 6 au 10 décembre, quatre des principales organisations étudiantes débattent dans « À l’air libre » sur les sujets essentiels pour près de 3 millions d’étudiants en France : précarité, logement, alimentation... Sur notre plateau, Mélanie Luce, présidente de l’UNEF, Jacques Smith, président de l’UNI, Paul Mayaux, président de la FAGE, et Naïm Shili, secrétaire national de L’Alternative.    
par à l’air libre
Journal — Outre-mer
Élie Domota : « L’État a la volonté manifeste de laisser la Guadeloupe dans un marasme »
Le porte-parole du LKP (« Collectif contre l’exploitation ») est en première ligne de la mobilisation sociale qui agite l’île depuis deux semaines. Contrairement à ce qu’affirme l’exécutif, il estime que l’État est bien concerné par toutes les demandes du collectif.
par Christophe Gueugneau
Journal — Justice
La justice révoque le sursis de Claude Guéant, le procès des sondages de l’Élysée rouvert
La justice vient de révoquer en partie le sursis et la liberté conditionnelle dont l’ancien bras droit de Nicolas Sarkozy avait bénéficié après sa condamnation dans le scandale des « primes » du ministère de l’intérieur. Cette décision provoque la réouverture du procès des sondages de l’Élysée : le tribunal estime que Claude Guéant n’a peut-être pas tout dit lors des audiences sur sa situation personnelle.
par Fabrice Arfi et Michel Deléan

La sélection du Club

Billet de blog
Ne lâchons pas le travail !
Alors qu'il craque de tous côtés, le travail risque d'être le grand absent de la campagne présidentielle. Le 15 janvier prochain, se tiendra dans la grande salle de la Bourse du travail de Paris une assemblée citoyenne pour la démocratie au travail. Son objectif : faire entendre la cause du travail vivant dans le débat politique. Inscriptions ouvertes.
par Ateliers travail et démocratie
Billet de blog
L'extrême droite a un boulevard : à nous d'ériger des barricades
Un spectre hante la France… celui d’un pays fantasmé, réifié par une vision rance, une France qui n’a sûrement existé, justement, que dans les films ou dans les rêves. Une France muséale avec son glorieux patrimoine, et moi je me souviens d’un ami américain visitant Versailles : « je comprends mieux la Révolution française ! »
par Ysé Sorel
Billet d’édition
2022, ma première fois électorale
Voter ou ne pas voter, telle est la déraison.
par Joseph Siraudeau
Billet de blog
Le bocal de la mélancolie
Eric Zemmour prétend s’adresser à vous, à moi, ses compatriotes, à travers son clip de candidat. Vraiment ? Je lui réponds avec ses mots, ses phrases, un lien vidéo, et quelques ajouts de mon cru.
par Claire Ze