Francis Daspe
Abonné·e de Mediapart

64 Billets

0 Édition

Billet de blog 7 oct. 2013

Non aux saignées curatives de l’hôpital Fioraso

Francis Daspe
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Il s'agit d'une tribune collective du Parti de Gauche Languedoc-Roussillon portant sur la situation de l'Université Paul-Valéry de Montpelier 3 en particulier, celle de l'enseignement supérieur et de la recherche plus largement.

Les auteurs: 

Francis DASPE, Président de la Commission nationale Education du PG

Bruno FLACHER, adjoint au maire de Grabels, enseignant de l’Université de Montpellier 3 à la retraite

Sophie GUGLIELMI, Membre du Conseil National du PG, étudiante à l’Université Montpellier 3

Charles MENARD, Délégué régional du PG en Languedoc-Roussillon

Jean-Philippe PROST, Co-secrétaire du comité Montpellier Nord du PG, Maître de conférences à l’Université

René REVOL, Membre du Bureau national du PG, Ancienne tête de liste de la liste unitaire « A gauche maintenant ! » aux élections régionales de 2010

Le combat de l'Université Paul-Valéry (Montpellier 3), porté par sa présidente Anne Fraïsse et mené courageusement par ses étudiants et personnels, a tout le soutien du Parti de Gauche. Il salue une initiative, espérons-le, salutaire pour l'ensemble du milieu universitaire européen.

Ce combat ne concerne, en effet, pas uniquement Paul-Valéry. Elle ne doit donc pas le mener seule : la file d'attente devant les urgences de l'hôpital Fioraso ne fera que grandir de jour en jour si nous ne faisons rien. Parce que lorsqu'un patient en vient à choisir de se ronger lui-même un membre pour pouvoir survivre, c'est la société toute entière qui doit s'interroger sur sa propre responsabilité. Il est urgent de rechercher les causes profondes d'une telle extrémité.

Les différentes mesures drastiques que l'UM3 est aujourd'hui contrainte d'annoncer contre son gré (fermeture du site de Béziers, fermetures de filières d'enseignement, filtrage des inscriptions par tirage au sort) sont en effet alarmantes. Elles sont malheureusement symptomatiques d'un mal qui dépasse les seules frontières de Paul-Valéry, de Béziers, ou même de la France. Les causes profondes sont à chercher dans une politique européenne dévouée à des intérêts mercantiles et privés à grande échelle. Elle gangrène l'Enseignement Supérieur et la Recherche publics des nations européennes.

Cette politique européenne a été définie de longue date dans des directives comme le Processus de Bologne (1999) ou la Stratégie de Lisbonne (2000). Elle affirme sans rougir que l'avenir de notre société doit passer par une marchandisation du savoir, et donc notamment (et entre autres choses) une remise des clés inconditionnelle de l'enseignement supérieur et de la recherche au secteur privé. En somme, à une gestion commerciale, quantitative, et uniquement motivée par un profit financier immédiat. Les différentes lois et mesures nationales prises au cours des ces 15 dernières années concernant l'ESR (LRU ou loi sur l'autonomie, procédures d'évaluation quantitative à court terme, financement compétitif de la Recherche publique, Loi Fioraso, etc.), dont l'Université Paul-Valéry fait aujourd'hui les frais, ne sont que la mise en application de ces directives. Elles sont, qui plus est, dictées par un pouvoir européen non-élu démocratiquement.

Ne nous y trompons pas : l'étranglement financier auquel doit aujourd'hui faire face Paul-Valéry dans l'urgence concerne en réalité l'ensemble du milieu universitaire européen. Les universités grecques ferment à tour de bras ; les italiennes, pour ne citer qu'elles, suivent en ordre rangé ; les françaises annoncent chacune à leur tour des perspectives de dépôt de bilan à un, deux, voire trois ans pour les plus optimistes.

Ce combat dépasse donc largement la seule sphère universitaire locale de l'Université Montpellier 3. C'est une sirène d'alarme, qui doit nous interpeller sur la question du rôle que nous souhaitons voir jouer au Savoir dans notre société. Devons-nous conserver et défendre un accès pour tous, public et gratuit, au Savoir, et donc à l'Université ? La recherche de nouvelles connaissances est-elle du domaine public, à l'accès et aux bénéfices publics, ou échoit-t-elle uniquement au secteur privé ? Et lorsque le financement est public, doit-on continuer à encourager la privatisation des résultats, qui en retour d'argent public, verrouille l'accès aux nouvelles connaissances acquises, et soumet à transaction financière un savoir parfois aussi fondamental que des séquences génomiques ?

Pour nous projeter dans l'avenir, et chercher à prédire ce que nous sommes en train de préparer, imaginons un instant que les mesures actuelles aient eu cours un ou deux siècles en arrière. Serait-il alors concevable, par exemple, qu'un patient aujourd'hui cardiaque doive payer, en plus des frais d'intervention médicale, des royalties au(x) découvreur(s) du système vasculaire avant de pouvoir être opéré ? Cette question n'est pas qu'une métaphore, c'est ce que nous préparons : "l'économie de la connaissance la plus compétitive et la plus dynamique du monde" (Stratégie de Lisbonne).

La Stratégie Europe 2020, établie en mars 2010 par la Commission européenne pour succéder à celle de Lisbonne, ne change en rien la direction de fond. Le combat ne fait donc que commencer. L'Université Paul-Valéry-Montpellier 3 n'est "que le patient zéro à la seule échelle nationale".

En conséquence, le Parti de Gauche réaffirme ici son soutien aux luttes menées à l'Université Paul-Valéry et à ses acteurs. Il entend prendre une part active au combat politique sous-jacent, dont la première étape doit être l'abrogation immédiate des lois Pécresse (LRU) et Fioraso. Nous serons également présents aux côtés des personnels, étudiants, parents et citoyens concernés.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Financement de la vie politique

À la Une de Mediapart

Journal
La faim, seule certitude dans le chaos afghan
Alors que le pays vit un effondrement économique total, les talibans hésitent entre davantage de répression et une très relative modération. Sur la scène internationale, ils n’ont marqué aucun point. À l’intérieur, la famine menace toutes les provinces.
par Jean-Pierre Perrin
Journal
Au nom de l’union, Taubira ajoute sa candidature à gauche
L’ancienne ministre de la justice est désormais officiellement candidate à la présidentielle. À Lyon, elle a dévoilé plusieurs propositions programmatiques, et annoncé s’inscrire dans le processus de la Primaire populaire, dont elle espère sortir gagnante à la fin du mois.
par Fabien Escalona et Mathilde Goanec
Journal — France
Élèves handicapés : les vilénies de Zemmour, le tollé, et après ?
Les adversaires d’Éric Zemmour font part de leur indignation après ses propos sur « l’obsession de l'inclusion » scolaire, qui serait « une mauvaise manière faite aux autres enfants ». Une « obsession » qui manque pourtant cruellement de moyens. Et jusque-là, de propositions à la hauteur.
par Caroline Boudet
Journal — Enseignement supérieur
Universités : le renforcement « systémique » promis par Macron cache mal un projet de privatisation
Le quasi-candidat Macron a souhaité jeudi une réforme « systémique » des universités. Derrière la promesse de les rendre « plus fortes » et de casser la concurrence avec les « grandes écoles », il a posé, en creux, les jalons d’un projet de privatisation.
par Martin Clavey

La sélection du Club

Billet de blog
La petite musique de l'union pour l'union m’agace
Je n'ai pas signé la tribune de « l'Appel des Jeunes pour l'union de la Gauche en 2022 »¹ parue dans Le Monde le 8 janvier, et je veux expliquer pourquoi dans ce billet. Cette tribune ne propose pas de méthode, ne prend pas en compte les enjeux stratégiques de chaque candidature et fait semblant de ne pas voir des choses pourtant fondamentales. Par consensualisme ? Par naïveté ?
par Etienne COGNET
Billet de blog
La Primaire Populaire confirme l'échec : un autre Hamon est possible
Ce collectif, qui avait pour ambition originelle d'organiser une grande primaire de l'ensemble de la gauche, se retrouve après plusieurs déconvenues à muter vers une nouvelle formule s'apparentant désormais à un simple vote de consultation présentant une sélection discutable des candidats de "gauche" (dont certains qui refusent) et ce afin de simplement obtenir l'investiture de l'organisme.
par Eliot Thibault
Billet de blog
En état de mort cérébrale, que reste-t-il à attendre du Parti Socialiste ?
Incapable de produire la moindre idée, le PS ne peut que se reposer sur ses gloires passées et les petites manoeuvres de ses dirigeants pour conserver leur poste. Le parti ne suscite à gauche que mépris, ou pire, indifférence, et sa défaite annoncée pourrait être une nouvelle étape vers sa disparition. Mais serait-ce si grave ?
par Gauche Pinard
Billet de blog
Il faut considérer avec pragmatisme la candidature de Jean-Luc Mélenchon
Accepter que la candidature de Jean-Luc Mélenchon soit la mieux placée pour amener la gauche au second tour permettrait d'accélérer les funérailles du vieux monde. Les électeurs et les militants des partis de gauche peuvent aujourd'hui faire un choix pragmatique, que leurs représentants n'ont pas su (ou pas pu) faire, en vue de mieux se projeter collectivement dans l'avenir.
par Electeurdegauche