Francis Daspe
Abonné·e de Mediapart

64 Billets

0 Édition

Billet de blog 10 avr. 2014

Les atteintes à la laïcité républicaine, maintenant ça suffit !

Francis Daspe
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Appel pour la marche du 12 avril contre l'austérité, pour l'égalité et le partage des richesses. A signer sur le site national:

http://www.marche12avril.org/?p=289

Militant-e-s de gauche de la laïcité républicaine, nous défendons la liberté de conscience contre tous les fanatismes et l’égalité de tous les citoyens devant la loi au-delà des choix spirituels et religieux individuels. Nous défendons le service public et l’école laïque contre la marchandisation libérale et le communautarisme ethnique. Et nous estimons que les atteintes à la laïcité, maintenant ça suffit !

Les privilèges des cultes, maintenant ça suffit !

Depuis 1905, année du vote de la loi de séparation des Églises et de l’État, la République française est laïque. Toute la République ? Non ! De nombreuses exceptions territoriales ou législatives sacralisent l’inégalité aux profits de certains cultes.

En Alsace-Moselle, l’existence de cultes reconnus, outre qu’elle est en évidente contradiction avec le principe de l’égalité républicaine devant la loi, coûte 60 millions d’euros par an au contribuable. Les croyants des cultes non reconnus et les non-croyants n’ont pas à financer par leurs impôts les pratiques confessionnelles des autres. Le régime concordataire est un archaïsme qui doit être supprimé !

Et, partout en France, certaines fondations religieuses prétendument « d’utilité publique » bénéficient de financements de l’État.

Ça suffit !

Les menaces contre la liberté de conscience, maintenant ça suffit !

La République française est laïque et assure l’égalité de tous devant la loi. Et pourtant le délit de blasphème continue de sévir en Alsace-Moselle ! La survivance de cette anomalie, issue du maintien du droit pénal allemand en Alsace-Moselle après 1918, a pour conséquence d’étouffer la liberté d’expression dès lors qu’un propos déplaît à une autorité religieuse. Récemment encore, unmetteur en scène a été visé par une plainte pour « blasphème et tentative de blasphème » pour avoir monté une pièce de théâtre à Strasbourg ! Ça suffit !

La communautarisation de l’espace public, maintenant ça suffit !

Il n’est plus acceptable de laisser perdurer les provocations anti-IVG des groupes religieux devant les hôpitaux et les maternités. Les prières collectives, et en plein air, organisées par l’extrême-droite religieuse contre le mariage pour tous et l’égalité des droits n’ont pas non plus leur place dans nos rues. Ça suffit !

Les impostures de la droite et de l’extrême-droite, maintenant ça suffit !

Jean-François Copé et Marine Le Pen aiment à présenter comme des militants de laïcité. Il n’y a pas de plus gros mensonge. En réalité, les élus UMP et FN passent leur temps à plaider en faveur de l’augmentation des financements publics aux écoles privées, voire soutiennent les commandos anti-IVG ou les prières collectives de rue.

Quand l’UMP ou le FN évoquent la laïcité, c’est seulement pour s’opposer à la prétendue « islamisation » de la société française ; en réalité, elle ne fait que reprendre un terme en en modifiant la signification pour exprimer l’obsession anti-immigration de la droite et l’extrême-droite françaises.

Ça suffit !

Et surtout, les reniements du pouvoir Hollande-Valls,maintenant ça suffit !

Pas plus qu’il n’est de gauche, le pouvoir Hollande-Valls n’est en rien républicain et laïque.

Déjà, lors de sa campagne électorale de 2012, le candidat Hollande proposait de constitutionaliser les privilèges des cultes en Alsace-Moselle. Et, comme président, Hollande n’a jamais brillé que pour les blagues vaseuses devant des instances communautaristes, comme devant le CRIF au mois de décembre dernier.

Avec Valls à Matignon, c’est encore pire. Quand Valls était ministre de l’intérieur, donc chargé des cultes, il s’est rendu à plusieurs reprises au Vatican pour assiter à des messes de béatification ou de canonisation, de surcroît de personnalités réactionnaires, mysogines et quasi-racistes.

Ça suffit !

La liberté de conscience doit être assurée sur tout le territoire, sans distinction. La laïcité en France est une réalité pacificatrice et émancipatrice. Face aux attaques de la droite, de l’extrême-droite et du gouvernement contre la laïcité en France, maintenant, ça suffit ! Le 12 avril, marchons pour exprimer un ras le bol de gauche contre les renoncements et les trahisons à l’encontre de la laïcité, et pour qu’elle s’étende dans tous les secteurs de la vie publique !

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
L’impunité et la lâcheté des puissants
Après la révélation des accusations contre l’ancien ministre, le parquet de Paris a annoncé l’ouverture d’une enquête préliminaire. Au-delà de son devenir judiciaire, cette affaire nous interpelle sur l’insuffisance de la lutte contre les violences sexuelles et sur l’impunité des sphères de pouvoir.
par Lénaïg Bredoux
Journal — International
Le variant Omicron, identifié en Afrique australe, déjà repéré en Europe
La communauté scientifique est en alerte depuis l’identification d’un nouveau variant au Botswana. Les premiers séquençages en Afrique du Sud font craindre une propagation à grande vitesse. L’Organisation mondiale de la santé vient de le classer parmi les variants préoccupants et l’a baptisé Omicron.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal — International
Paris et Rome s’accordent à moindres frais pour tenter de peser dans l’après-Merkel
Emmanuel Macron et Mario Draghi ont conclu un traité pour tourner la page des années de tensions entre la France et l’Italie. Une façon aussi, pour le président de la République, de se rapprocher d’un homme bien plus influent que lui sur la scène européenne.
par Ludovic Lamant et Ellen Salvi
Journal — France
Dans la Manche, les traversées de tous les dangers
Le naufrage meurtrier survenu le 24 novembre, qui a coûté la vie à 27 personnes, rappelle les risques que les personnes exilées sont prêtes à prendre pour rejoindre les côtes anglaises. En mer, les sauveteurs tentent, eux, d’éviter le plus de drames possible.
par Sheerazad Chekaik-Chaila

La sélection du Club

Billet de blog
L'Europe-forteresse creuse sa tombe dans le faux abri de ses fantasmes d'invasion
L'épisode dramatique à la frontière Pologne/Biélorussie confirme une fois de plus la fausse sécurité d'une Europe-forteresse qui se croit en sécurité en payant pour refouler et bloquer migrants et réfugiés, ignorant ses fondements, ses valeurs, son histoire. La contre-offensive massive à rebours des renoncements successifs matraqués en certitudes au coin du bon sens est une nécessité vitale.
par Georges-André
Billet de blog
À l'indignation, monsieur Darmanin, a succédé la rage
Au lendemain du drame qui a coûté la vie à 27 personnes dans la Manche, Michaël Neuman, directeur d'études au Centre de réflexion sur l'action et les savoir humanitaires de la fondation MSF, dénonce les responsabilités de l'État français et du ministre de l'Intérieur.
par Médecins sans frontières
Billet de blog
Tragédie de Calais : retrouvons d’urgence notre humanité
Au moins 27 personnes sont mortes noyées au large de Calais ce mercredi 25 novembre. Ce nouveau drame vient alourdir le bilan des morts à cette frontière où, depuis une trentaine d’années, plus de 300 personnes ont perdu la vie, soit en essayant de la franchir soit en raison de leurs conditions de (sur)vie sur le littoral Nord.
par La Cimade
Billet de blog
Ça suffit ! Pour un accueil inconditionnel des exilé.es
Allons-nous continuer à compter les morts innocents et à force de lâcheté, d’hypocrisie et de totale inhumanité, à nous faire contaminer par un imaginaire rance de repli sur soi qui finira par tout.es nous entraîner dans l’abîme ? Non, il faut commencer par rétablir les faits avant que de tout changer en matière de politique migratoire et de droit des étrangers.
par Benjamin Joyeux