Francis Daspe
Abonné·e de Mediapart

64 Billets

0 Édition

Billet de blog 15 avr. 2014

Valls, le socialisme de la Montagne au Marais

Francis Daspe
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Francis Daspe est président de la Commission Education du Parti de Gauche. Il est également secrétaire général de l’AGAUREPS-Prométhée (Association pour la gauche républicaine et sociale – Prométhée).

La mise en perspective du passé avec le présent immédiat est souvent enrichissante pour peu que l’on se défie du piège de l’anachronisme. Elle permet bien souvent d’éclairer de manière heureuse l’actualité pour mieux en décrypter ses enseignements.

Il y a 220 ans, les députés Montagnards de la Convention, pourtant submergés par de multiples tempêtes, celles du dedans et du dehors coalisées, posaient les bases républicaines de la France. C’était l’an II de la République. Le nouveau Premier ministre, Manuel Valls, vient de prononcer devant la représentation nationale son discours de politique générale en vue d’obtenir la confiance. L’an passé, pour désigner la période qui s’ouvrait, le Président de la République avait parlé de l’an II de son quinquennat. Ces circonstances politiques constituent le meilleur plan marketing pour la sortie du livre qu’avec François Cocq nous venons de sortir (1).  

            Le projet initial consistait à passer le hollandisme au miroir de la République montagnarde. La comparaison avait été suggérée de manière subliminale par le Président de la République lui-même. Elle était ambitieuse et risquée pour un pouvoir dont l’audace n’est pas la marque de fabrique. A l’usage, elle se révéla cruelle. Le volontarisme des « soldats et des hussards bleus » de l’an II de la République contrastait avec le renoncement érigé en règle par le gouvernement de solfériniens.

Chacun des paragraphes illustre un renoncement à transformer la société selon les principes de l’universalisme républicain. Réforme fiscale initiée à la suite des récriminations des pigeons alimentant un supposé ras-le-bol fiscal contre emprunt forcé sur les riches du 30 mai 1793 ; contresens idéologiques de la loi de refondation scolaire contre plan d’instruction publique présenté devant la Convention le 29 juillet 1793 par Robespierre ; autorégulation factice concédée au Medef contre maximum général adopté le 29 septembre 1793 ; acte III de la décentralisation contre consolidation de l’unité de la Nation tracée par le rapport de Saint-Just du 15 avril 1794 ; engoncement dans la monarchie présidentielle de la V° République contre souffle créateur de la constitution du 24 juin 1793 ; soumission aux injonctions de la Troïka (Commission européenne, Banque centrale européenne, Fonds monétaire international) contre souveraineté populaire promue par le suffrage universel. Non exhaustive, la liste tourne en fin de compte au réquisitoire sans concession. La République en est bien la cible, son démantèlement la convergence visée.

La sanction démocratique s’est abattue sur les tenants de l’austérité à l’occasion des élections municipales. Curieusement, est alors promue chef du gouvernement une personne qui approfondira les politiques d’austérité pourtant durement rejetées. Le discours de politique générale de Manuel Valls ne se ressource pas aux hauts combats de la Montagne. Il s’échoue dans le Marais. Le pacte de responsabilité, colonne vertébrale du projet gouvernemental, est l’outil de ce démantèlement continu et méthodique : les services publics seront étranglés, la protection sociale rognée, les collectivités territoriales étouffées, l’emploi précarisé. Voilà l’horizon promis.

Ironique et cruelle coïncidence : tout cela au moment même où on célèbre les soixante-dix ans du programme du Conseil national de la Résistance. Ces autres soldats de la République qui s’étaient rassemblés dans d’autres Montagnes, celles du maquis, avaient adopté comme règle d’or, par une audace inouïe dans un pays ruiné et dévasté par la crise des années trente et la seconde guerre mondiale, le principe suivant : chacun cotise selon ses moyens et reçoit en fonction de ses besoins. L’historiographie militante de la pensée dominante a définitivement et sans appel possible condamné la République montagnarde. Elle a choisi d’encenser le Conseil national de la Résistance pour mieux en détricoter son programme au motif de l’adaptation au monde de la compétition et du profit.

Le socialisme puise ses sources dans la Montagne. C’est là que naissent l’exigence républicaine et l’ambition de transformation sociale censées se conjuguer dans le socialisme authentique. Il n’a pas vocation à se perdre dans le Marais ; et encore moins à finir dans le  marécage. Si une telle chose devait advenir, il est alors sûr que dans quelques années nous ne célébrerions plus le Conseil national de la Résistance : à la place il ne resterait plus qu’à le commémorer tristement. C’est à l’esprit de la Montagne, de toutes les Montagnes, qu’il incombe de veiller à la sauvegarde et à la promotion de ces acquis si chèrement conquis.

(1)     François Cocq et Francis Daspe, Hollande, la République pour cible, éditions Bruno Leprince, collection « Politique à Gauche », avril 2014. 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — International
En Pologne, les migrants toujours en quête de protection
Plusieurs centaines de migrants ont tenté d’entrer en Pologne la semaine dernière. Dans la forêt située côté polonais, activistes et médecins bénévoles croisent toujours des familles ou hommes seuls, traumatisés et transis de froid, qu’ils aident du mieux qu’ils peuvent. En parallèle, des avocats se mobilisent pour faire respecter le droit d’asile.
par Nejma Brahim
Journal — France
La visite du ministre Lecornu a renforcé la colère des Guadeloupéens
Le barrage de La Boucan est l'une des places fortes de la contestation actuelle sur l’île. À Sainte-Rose, le barrage n’est pas tant tenu au nom de la lutte contre l’obligation vaccinale que pour des problèmes bien plus larges. Eau, chlordécone, vie chère, mépris de la métropole... autant de sujets que la visite express du ministre des outre-mer a exacerbés.
par Christophe Gueugneau
Journal — France
L’émancipation de la Guadeloupe, toujours questionnée, loin d’être adoptée
Alors qu’une crise sociale secoue l’île antillaise, le ministre des outre-mer, Sébastien Lecornu, a lâché le mot : « autonomie ». Une question statutaire qui parcourt la population depuis des années et cristallise son identité, mais qui peine à aboutir.
par Amandine Ascensio
Journal — France
Guadeloupe et Martinique, de crise en crise
Née d’un refus de l’obligation vaccinale avant d’embrasser des revendications sociales, une nouvelle poussée contestataire a saisi la Guadeloupe et la Martinique. Environnementales ou économiques, politiques ou policière, les îles des Antilles vont de crise de crise, que le quinquennat Macron n’aura pas permis de résoudre. Notre dossier.
par La rédaction de Mediapart

La sélection du Club

Billet de blog
Les communautés masculinistes (1/12)
Cet article présente un dossier de recherche sur le masculinisme. Pendant 6 mois, je me suis plongé dans les écrits de la manosphère (MGTOW, Incels, Zemmour, Soral etc.), pour analyser les complémentarités et les divergences idéologiques. Alors que l'antiféminisme gagne en puissance tout en se radicalisant, il est indispensable de montrer sa dangerosité pour faire cesser le déni.
par Marcuss
Billet de blog
Pas de paix sans avoir gagné la guerre
« Être victime de », ce n’est pas égal à « être une victime » au sens ontologique. Ce n’est pas une question d’essence. C’est une question d’existence. C’est un accident dans une vie. On est victime de quelque chose et on espère qu'on pourra, dans l’immense majorité des cas, tourner la page. Certaines s’en relèvent, toutes espèrent pouvoir le faire, d’autres ne s’en relèvent jamais.
par eth-85
Billet de blog
Effacement et impunité des violences de genre
Notre société se présente volontiers comme égalitariste. Une conviction qui se fonde sur l’idée que toutes les discriminations sexistes sont désormais reconnues et combattues à leur juste mesure. Cette posture d’autosatisfaction que l’on discerne dans certains discours politiques traduit toutefois un manque de compréhension du phénomène des violences de genre et participe d’un double processus d’effacement et d’impunité.
par CETRI Asbl
Billet de blog
Ensemble, contre les violences sexistes et sexuelles dans nos organisations !
[Rediffusion] Dans la perspective de la Journée internationale pour l'élimination des violences faites aux femmes, un ensemble d'organisations - partis et syndicats - s'allient pour faire cesser l'impunité au sein de leurs structures. « Nous avons décidé de nous rencontrer, de nous parler, et pour la première fois de travailler ensemble afin de nous rendre plus fort.e.s [...] Nous, organisations syndicales et politiques, affirmons que les violences sexistes et sexuelles ne doivent pas trouver de place dans nos structures ».
par Les invités de Mediapart